D’Alisson à Rui Patrício : comment la Roma gère la rotation de ses gardiens

S’il existe un poste à part dans le football, c’est bien le poste de gardien de but. Là où les joueurs de champ sont régulièrement sujets aux remplacements, il est très rare qu’un gardien sorte au cours d’un match.

A l’échelle d’une saison, il peut même arriver qu’il n’y ait aucun turn-over à ce poste et que le portier titulaire dispute quasiment l’intégralité des rencontres de son équipe. Cette saison, c’est le cas de Rui Patrício qui n’a jusque là connu le banc qu’à une seule reprise. Cependant, dans l’histoire récente de la Roma, les choses ne se sont pas toujours déroulées de la sorte.

Le partage du pouvoir entre Alisson et Szczesny

A l’été 2016, la Roma recrute un espoir brésilien en provenance de l’Internacional Porto Alegre : Alisson. Les dirigeants voient en lui le futur du club au poste de gardien mais à l’époque le titulaire n’est autre que Wojciech Szczesny. Les deux joueurs étant talentueux, l’entraîneur Luciano Spalletti opte pour une rotation en fonction des compétitions; Szczesny sera titulaire en championnat et Alisson jouera en Europa League et en Coppa Italia. Au final, le portier brésilien disputera tout de même 15 matchs cette saison-là.


Les changements de statut de Mirante

En juillet 2018, Antonio Mirante débarque à la Roma en provenance de Bologna. A la base, le natif de Castellammare di Stabia est recruté pour être la doublure du gardien international suédois Robin Olsen, lui aussi fraîchement arrivé au club. Face aux résultats jugés insatisfaisants par la direction, l’entraîneur Eusebio Di Francesco sera remplacé par Claudio Ranieri et Mirante sera propulsé titulaire pour la fin du championnat. En 2019/2020, il va encore profiter des performances en dents de scie de son concurrent Pau López pour grapiller quelques minutes de temps de jeu et finalement gagner à nouveau une place de titulaire au début de la saison 2020/2021.

Anotonio Mirante

La souveraineté de Rui Patrício

En cette saison 2021/2022, José Mourinho a décidé de ne pas effectuer de turn-over en fonction des compétitions et donc de systématiquement faire confiance à l’international portugais Rui Patrício. Il est difficile de lui donner tort tant les performances du portier formé au Sporting sont éclatantes depuis le début de la saison. En 39 matchs disputés, Rui a réussi à garder sa cage inviolée à 15 reprises dont 11 en championnat. Parmi les gardiens des équipes du haut de tableau, il est celui qui réalise le plus de parades (77 au total). Mais son impact va en réalité bien au-delà des statistiques. Charismatique, Rui coordonne ses jeunes coéquipiers de la défense, leur donne confiance et leur apporte son expérience. De surcroît, il fait gagner des points à son équipe. Si Lorenzo Pellegrini a transformé le pénalty qui a permis à la Roma d’obtenir le point du nul à Udine ce week-end, rien n’aurait été possible sans la parade décisive de Rui quelques minutes plus tôt en face à face avec Lazar Samardzic.

Dans ces conditions, difficile pour notre gardien remplaçant Daniel Fuzato de trouver du temps de jeu. Cette saison, aussi prometteur soit-il, Dan n’a disputé que le dernier match de la phase de groupes de l’Europa Conference League. Malgré tout, il reste professionnel, il ne fait pas de vagues et se tient prêt en cas de besoin. Cette mentalité est à mettre en avant. Il en est de même pour Pietro Boer, très talentueux lui aussi, qui occupe le poste de troisième gardien. Œuvrer dans l’ombre à l’entraînement pour maintenir un titulaire talentueux en forme, se tenir sur le qui-vive malgré un faible temps de jeu, tel est parfois le lot des gardiens de but.

Va7lupetto

La Roma è la mia vita

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.