Amoroma in Giro, épisode 1 : sur les traces de Diego Armando Maradona..

Aujourd’hui que Maradona est parti, je me rends compte que rien n’a changé pour moi, évidemment je parle d’un point de vue pratique.

En y réfléchissant, en fait, tous mes souvenirs de Maradona sont liés à son absence, à des histoires orales ou à des vidéos amateurs. Je me souviens d’une cassette de mon père avec l’étiquette manuscrite, « les légendes du football », dans laquelle il y avait les images et les buts de Diego avec le Napoli et avec l’équipe nationale de l’Argentine, du Napoli en bleu après le Scudetto remporté en 1990.
Il y a également les images professionnelles qu’enfant, mais aussi adulte, j’ai regardé mille fois avec des magnétoscopes, puis avec des lecteurs DVD et aujourd’hui en streaming. Ces images sont toujours les mêmes, toujours belles et étonnantes.

Malgré tant d’années passées, Napoli est comme restée suspendue, arrêtée à ce moment-là, c’est comme si toutes les générations suivantes – y compris la mienne, je suis né en 1991 – avaient été élevées, voire enveloppées dans l’attente que tout pourrait être accompli à nouveau, sur et en dehors du terrain.
Napoli est beaucoup plus petit qu’on ne le pense, de la façon dont elle est représentée, et puis les images et les histoires de Maradona sont toujours arrivées partout, elles atteignent partout même aujourd’hui, elles font irruption dans la vie de tout le monde, de ceux qui ne suivent pas le football et ne le font pas. n’ont jamais supporté Napoli , de ceux comme moi, qui n’ont pas vécu son temps.

C’est pour cela , même en tant que Romanista, j’ai décidé de commencer mon voyage avec Amoromam.fr pour Amoroma in Giro à Naples. plus précisemment dans le quartier espagnol, le célèbre…
L’amour de Naples pour Maradona, je l’ai vécu ces jours là, je l’ai vu et entendu aussi. Et je trouve ça beau, j’ai toujours trouvé cela beau, parce que ça a survécu au joueur, à ses triomphes. C’est devenu un élan complètement désintéressé, qui était et est de la pure gratitude. Or cet amour a aussi survécu à l’homme, et cela rendra peut-être tout encore plus triste, plus voilé de mélancolie, pour quelques jours ou peut-être pour toujours. Mais parfois, même la mélancolie peut être douce, si vous y réfléchissez. Par exemple, lorsqu’il peut se souvenir de bonnes choses, même celles que vous n’avez pas vécues.

On a passé la journée au quartier espagnol, et on a commencé notre tournée dont vous trouverez ici notre feedback , au murale qui se trouve dans via Emanuele de Deo au n. 60 et qui a été peint sur un immeuble de 6 étages en 1990 lorsque Napoli a remporté le deuxième Scudetto grâce également aux exploits de Diego Armando Maradona. Il a été créé par Mario Filardi, un jeune artiste qui vivait alors dans la région et avait 23 ans, grâce à une collecte organisée par les fans du quartier, Filardi a créé le grand portrait de Maradona en deux nuits et trois jours.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.