L’AS Roma confrontée à la bureaucratie pour le projet de stade ?

Le parcours du projet de stade 2.0 de l’AS Roma continue son avancée. Mais ce qui est certain, c’est que ce n’est pas de tout repos. Le Club de la Capitale doit faire face à quelques obstacles, déjà connus avant même d’initier son projet.

1 – La Bureaucratie et la mobilité. 

Comme indiqué dans un précédent article, l’AS Roma privilégie l’accès à son futur stade via plusieurs voies de communication, allant du métro (Ligne B) aux navettes, en passant par le train avec la station Tiburtina. Et à cet égard, les exigences ne sont pas encore rencontrées.

LaRoma24 révèle que l’AS Roma est en discussion permanente sur ce point et ce, depuis plusieurs semaines. Si les parties invoquent à tout va des discussions sereines, les premières tensions commencent à apparaitre d’un côté comme de l’autre sur ce point. Le ministère des transport ne cesse de demander précisions et autres informations supplémentaires sur les études de flux de trafic et sur la mobilité et d’implémenter ces informations sur le projet définitif. A l’inverse, il ressort de la presse que les demandes de l’AS Roma ne seraient jamais rencontrées, sans autre précisions.

Ce n’est malheureusement pas le seul problème bureaucratique. En effet, d’après Il Messaggero, l’AS Roma estime – à tort ou à raison – qu’il incombe au Capitole, et non au conseil Municipal de publier la déclaration d’intérêt public du projet du Stade. A l’inverse, le Capitole estime que c’est bien le conseil communal qui doit prononcer cette déclaration car il s’agit de questions concernant la compétence exclusive du Conseil communal. Ces questions sont : le zonage, la domanialité et les actifs.

En tout état de cause, cette déclaration d’intérêt public reste annoncée pour janvier 2023, soit dans le mois.


2 – Le terrain

Si le lieu d’implantation du stade est connu depuis des mois, il reste la question de la zone d’implantation à régler. En effet, s’il est quasiment certain que le stade sera construit sur une zone appartenant à la Ville de Rome qui octroiera au Club un droit de superficie de 90 ans, renouvelable, reste que certains propriétaires des alentours pourraient se voir exproprier pour facilité la construction du Stade.

Ces propriétaires pourraient légalement introduire un recours contre ces expropriations.

Toutefois, cet obstacle ne devrait pas trop poser problème. En effet, d’après Il Messaggero le droit des anciens propriétaires de ces zones querellées devrait être prescrit à partir du mois de de mai 2023. Autrement dit, dès le mois de mai 2023, plus personne ne pourrait y revendiquer le moindre droit! 

En attente de précisions à ce sujet.

Antonino

⚖️ Avocat (Belgique)⚖️ | 🐺 CM @AsRomaFrancophone depuis 2013 🐺 |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *