Suivez-nous :

AS ROMA équipe 1

Florenzi s’exprime à 360°. Son départ, la Roma, le coronavirus, l’équipe nationale…

Actuellement prêté au FC Valence, Alessandro Florenzi, s’est exprimé durant une longue interview sur l’émission Casa Sky Sport.

Comment vis-tu cette période?

Personnellement, je vais très bien, je me sens très à l’aise ici. Cela dit, je suis chez moi, comme vous tous. J’ai la chance de profiter de mes deux splendides créatures comme jamais dans ma vie. Je m’entraîne comme je peux, avec les outils que le club m’a mis à disposition. Le confinement espagnol est un peu comme l’italien, la seule chose est que nous sommes tous allés en quarantaine en premier. La contagion s’est quelque peu atténuée. Nous attendons ce que le gouvernement dira sur la façon de reprendre“.

Valence-Atalanta : on a beaucoup parlé de ces 180 minutes et des contagions survenues dans l’équipe de Valence. Comment as-tu vécu cette double confrontation dans les vestiaires?

Pour ce moment, je remercie la varicelle. Je ne l’avais jamais eue de ma vie, elle est arrivée au bon moment. Je ne sais pas qui a été le premier contagieux, mais ce match a été fait. Le retour a été surréaliste pour moi et pour beaucoup de joueurs, c’était la première fois qu’ils jouaient à huis clos. Je ne sais pas si nous aurions dû jouer, Getafe et Roma ont décidé de ne pas partir. Il y a eu des cas chez nous, maintenant je ne peux pas dire si ce match a eu un impact, mais si il ne s’était joué à huis clos ou pas joué du tout, la contagion aurait pu être limitée. Mais Dieu seul le sait“.

Quelles sont les différences entre l’Espagne et l’Italie?

D’après mon ressenti, le football ici est un peu plus ouvert. J’ai remarqué une chose, il y a la même passion, mais vous ne vivez pas comme en Italie. Vous ne vivez pas surtout comme à Rome. Je donne un exemple que j’ai donné à mes amis : pour aller à Getafe nous avons pris le train, comme quand nous sommes allés à Termini pour aller à Reggio Emilia. Nous sommes allés à la Termini espagnole, nous nous sommes garés très loin de la gare. Nous avons fait la queue sans gardes du corps, comme à Rome. Nous avons payé le billet et pris le train normalement. Il n’y a pas cette passion que vous vivez à Rome ou dans d’autres villes. Nous sommes un peu plus libres“.

Pourquoi as-tu décidé d’aller à l’étranger plutôt que de choisir une équipe italienne ?

Dans ma tête, il y a toujours eu l’idée d’avoir une expérience à l’étranger. Je ne savais pas quand, où et comment. Cette possibilité s’est présentée en janvier, après avoir parlé de ses idées au mister Fonseca. Le coach m’a exprimé ses pensées, et ensemble, nous avons pris cette décision qui était bonne pour tout le monde. J’ai appelé l’entraîneur de l’équipe nationale pour lui expliquer ma situation et il a été très ouvert, il voulait seulement que je joue, peu importe où“.

Florenzi-Valence
Florenzi – Valence

Est-ce une parenthèse dans ta tête ou non?

Je ne sais pas. Ce virus m’a appris une chose : je suis un garçon qui a toujours fait des projets dans la vie, ce que tu feras à Noël, où tu iras pour les vacances. Le virus m’a appris à vivre au jour le jour, à m’amuser avec ce que j’ai, comprendre ce que ça peut me donner chaque jour, vivre ici et maintenant. Je ne pense pas à l’après. Je pense à mes filles, au café comme si c’était la dernière chose de la journée. Je ne pense pas à ce que je ferai l’année prochaine. Je pense que c’est la meilleure façon pour terminer la saison ici, puis les vacances, s’il y en a. Avant, si je ne savais pas où partir en vacances, j’étais inquiet, maintenant je le vois comme une belle chose“.

On lui présente un message vidéo de Rudi Garcia: “Hola Flore, comment ça va ? Je te fais un grand salut, même ici en France nous restons à la maison. Tu sais que tu seras toujours mon couteau suisse, que je pourrai utiliser dans différentes situations. J’espère te revoir bientôt, bonne chance“.

Cela a toujours été l’une de mes qualités, l’entraîneur est un gars intelligent, comme on dit à Rome, et il l’a compris. Il m’a remis tout de suite arrière droit quand il a eu besoin de moi, il m’a fait jouer ailier droit la première année. Il est un entraîneur très espagnol, même s’il est français. Il joue du bon football, il maintient bien le groupe. J’ai une très bonne relation avec lui, on se parle quand on en a besoin ou même juste pour un salut. Je le remercie et je lui envoie une grosse accolade.”

Il y a beaucoup de Florenzi, lequel est le meilleur?

Le meilleur Florenzi est celui qui est sur le terrain quand il va bien, a la tête libre et joue heureux. Ensuite, si nous voulons parler des arrières latéraux, je me sens vraiment bien là-bas. Si je dois jouer dans une équipe qui propose du football, je me sens très bien, je joue comme je le pense et comme le football a évolué. S’il y a un entraîneur qui veut 1m80 dans un certain rôle, qui ne joue pas, je lève la main et dis que je ne peux pas être ce type de joueur. Je ne parle pas de Fonseca, Rome, Lazio, Frosinone ou toute autre chose, c’est une discussion générale. Cela dit, je me sens très à l’aise dans un football offensif, bien sûr, mes qualités peuvent se voir depuis le milieu de terrain.”

Mais en jouant derrière tu perds tes capacités à marquer…

Mes amis me le disent. C’est leur critique, ils me disent que j’avais plus d’opportunités en étant 30m plus haut. A l’intérieur de moi il y a des mécanismes internes, dans lesquels il y a mille pensées. Je vois le football d’une manière, et je vois le football où en tant qu’arrière, je peux faire beaucoup plus que l’aile. J’aime jouer sur l’aile, la vérité est que j’aime jouer au ballon. Si nous voulons tout résumer, Florenzi va bien quand il est sur le terrain.”

Quelle était l’importance de porter le brassard du capitaine de la Roma?

Chaque enfant a un tiroir avec des rêves. Jusqu’à présent, je dois dire la vérité, je les ai presque tous réalisé. Je voulais jouer au football dans la ville que je supportais, je voulais devenir un footballeur important et être capitaine, je voulais jouer en équipe nationale et marquer des buts pour ces équipes, jouer la Ligue des champions. Il ne me manque que 2-3 rêves: gagner quelque chose d’important avec mon club et l’équipe nationale et jouer la coupe du monde. Si nous pouvons faire ces trois choses, ce serait pas mal.”

Comment as-tu vécu ce premier moment de grande difficulté ? Passer du statut de protagoniste au statut de non-protagoniste. Quand as-tu compris que tu aurais été moins protagoniste que par le passé?

Comme cela a déjà été dit, ce que signifie porter le brassard du capitaine, ce que c’était. C’était une grande fierté, je suis arrivé après deux figures qui ont fait l’histoire de Rome, Francesco et Daniele. Personne, je peux vous le garantir, ne sera jamais comme eux. D’ici peut-être jusqu’à la fin de Rome. Cela dit, j’ai appris une grande chose d’eux. Cette Roma vient en premier. J’ai simplement essayé de le faire: j’ai mis la Roma avant moi. S’entraîner à deux mille à l’heures, sans dire un mot, en essayant de respecter les rôles, ce qui est fondamental pour moi. Il faut respecter les rôles et les gens, leur travail. Le coach était très clair. Je dois dire une chose, à mon avis Fonseca est l’un des plus grands entraîneurs que j’ai eu, footballistiquement parlant. Le problème est qu’il ne m’aime pas dans ce rôle particulier. Il attendait plus de moi et de quiconque. J’ai une excellente relation avec lui, il a dit qu’il ne savait pas combien d’espace j’aurais.”

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Avant de partir pour Valence, des fans sont venus à Trigoria : qu’en as-tu pensé?

Je suis très attaché aux fans de la Roma et je sais qu’ils aiment aussi particulièrement les joueurs de Roma. Je ne peux pas nier que ce fut un coup dur pour moi de quitter Trigoria. Pas tant de laisser Trigoria seule, mais les gens à l’intérieur, les âmes qui y sont. Je pourrais parler d’un millier de personnes qui ont grandi avec moi, des commerçants, aux physiothérapeutes, les gars du bar. Quand ils m’ont vu, ils se sont demandé si j’allais vraiment partir. C’est quelque chose qui restera et reste toujours dans mon cœur. Ce sont les gens qui ont vécu avec vous, qui ont vécu de mauvais moments après une défaite et de beaux après une grande victoire. Ils étaient toujours là pour travailler, bien qu’ils doivent être professionnels la blague n’est jamais loin. Je pense à Roberto et Valerio qui ne sont pas de Rome en plus. Quand je faisais une erreur ou marquais, ils venaient me le dire. J’ai laissé beaucoup d’amis, une famille, ils sont toujours ma deuxième famille.”

On lui présente un autre message vidéo de Zaniolo cette fois-ci : “Tu me manques tellement, je dois te remercier pour les moments où tu as été là. J’ai rencontré une personne spéciale sur le terrain et en dehors, tu as toujours été prêt à m’aider. J’espère te voir bientôt, t’embrasser, jouer deux touches et mettre Mirko Antonucci au milieu“.

C’est un garçon spécial. Dès son arrivée, il était très calme, et il l’est toujours. Il a lentement fait ressortir ses qualités humaines, ainsi que le football. Je l’ai toujours pris sous mon aile protectrice, je ne lui ai jamais parlé quand il jouait bien. Je lui parlais toujours et essayais d’avoir mon mot à dire quand les choses ne fonctionnaient pas bien, ou quand il ne s’entraînait pas dur ou avait fait un mauvais match. Ou quand il tournait en rond parce qu’il n’avait pas joué une seule fois. Ce que j’ai vécu n’a pas été facile. Il est devenu un de mes amis sur et hors du terrain, quand j’ai vu son visage et ressenti sa blessure j’ai encore du mal à en parler. J’ai senti que je faisais ce qu’un ami devait faire pour lui et ce que d’autres ont fait pour moi. Je ne me suis jamais senti étranger ou mis de côté en allant le voir à l’hôpital ou chez lui. Il m’écrit, m’appelle, on a l’impression de se connaitre depuis toujours. Je l’aime tellement, c’est lui qui a tout boycotté pour l’Euro et qui a fait venir le coronavirus (ndlr: rires)“.

Ta passion pour l’eSport.

Depuis deux ans, je suis devenu partenaire, avec De Rossi, d’une équipe eSports, les Mkers, la plus importante équipe que nous ayons en Italie et nous nous en sortons aussi bien en Europe. C’était une opportunité que mes agents m’ont donné, pour rejoindre une communauté qui pouvait s’installer et ça l’a fait. Les eSports sont entrés sur le marché financier, il y a des professionnels. Ils jouent et s’entraînent pour cela, peut-être même beaucoup plus que nous les footballeurs. c’était une bonne chose, j’aime beaucoup les jeux vidéo, c’est quelque chose qui m’a attrapé. Nous espérons continuer à bien faire avec cette équipe, il y a un travail énorme. Par rapport au match de l’autre jour, il y a des choses qui ne se sont pas bien passées dans mon équipe. On s’est bien amusé, c’était un bon moment.”

Le but face à Barcelone depuis le milieu de terrain était-il le moment le plus marquant sur le plan personnel avec le maillot Roma?

Si nous devons parler d’un moment strictement personnel, c’est évidemment le moment le plus élevé. Si je dois parler d’un moment de l’équipe, je parle évidemment du match contre Barcelone et Liverpool. Ce sont les moments les plus importants de ma carrière ici à Rome. Je parle de matchs à domicile, ce sont des moments que je n’oublierai guère.”

Aujourd’hui, nous parlons de Ter Stegen comme le gardien le plus fort du monde, tu lui as marqué depuis le milieu de terrain…

Je ne peux rien dire de différent de toi, mais pour moi ce n’est pas le cas. Pour moi, c’est Alisson. Je l’ai aussi vécu à l’entraînement. À un moment, nous avons fait des matchs d’entraînement et ils ont tous fini 0-0. Nous avons vu les deux gardiens de but: l’un était Szczesny et l’autre était Alisson (rires). J’ai dû faire face à de grands gardiens.”

Retourneras-tu à Rome?

Honnêtement, je ne sais pas, je dis la vérité. Attendons la fin de ce prêt.

Une petite partie des gens ont commencé à te voir différemment.

Je l’ai entendu, mais ils n’ont jamais su me donner une explication. Si j’avais évolué ailleurs dans ce pays, je comprendrais qu’on dise que je me suis retourné contre quelqu’un. Je suppose et je pense que dans ma carrière, je ne trouverai jamais de fans aussi beaux que ceux de Rome. Je ne sais pas si je continuerai à Rome où nos rues seront divisées, mais je peux dire que les fans de Roma ont toujours été formidables, ils sont toujours dans mon cœur.”

Est-il vrai que tu as renoncé à une méga offre de l’Inter?

C’est une histoire qui a commencé bien avant, dans le sens où j’ai non seulement refusé l’Inter, mais aussi d’autres équipes italiennes. La dernière était l’Inter, quand j’ai dû renouveler avec la Roma, c’était une offre très importante. J’ai senti que je faisais ce que je devais faire, je savais que je n’aurais pas la même opportunité économique, mais les émotions que j’ai ressenties à Rome je ne les sentirais nulle part ailleurs. Ils m’ont dit de choisir avec ma tête, mais j’ai choisi avec mon cœur et je le referais“.

Quelle était tes relations avec certains joueurs qui sont partis? As-tu essayé de les convaincre de rester?

Je pense que l’on peut essayer de faire mille choses pour que quelqu’un reste ou ne joue pas avec votre équipe. Tout d’abord vous le faites parce que ce joueur est fort. Chacun a son propre chemin et a décidé de faire ce qu’il jugeait le mieux pour sa carrière. La relation n’a vraiment changé en rien et ne changera pas. Ce que vous avez à l’intérieur et que vous avez vécu avec ces joueurs vous le portez en vous tout au long de votre carrière. Je ne peux que leur souhaiter du bien.

Peux-tu nous parler de la course pour embrasser ta grand-mère?

C’est un moment qui me touche particulièrement. Je ne veux pas déprécier ma grand-mère, c’était la première fois qu’elle venait me voir. Mon grand-père aimait beaucoup le football, j’imaginais qu’il y avait deux personnes près d’elle: son mari et l’autre grand-mère dont j’étais très proche. Si j’en parle maintenant je ne me sens pas très bien, car je suis ému comme tout le monde peut l’imaginer. Cela dit, tout est venu très spontanément, je lui ai dit que j’irais la serrer dans mes bras si je marquerais un but, mais en réalité je ne l’ai jamais imaginé. Je suis une personne instinctive, parfois à tort et parfois ça se fait bien, c’était un geste instinctif très bien fait“.

Sur le surnom de « Bello de nonna » .

Je ne veux pas dire de mauvaises choses. Une chose n’allait pas, parce que c’était des mois infernaux pour elle. Des appels à la maison, l’interphone, les journalistes sont allés chez elle. Vous avez mis l’enfer à travers elle (rires, ndlr). Elle avait 85 ans -86 ans, elle n’était pas très jeune, ça n’a pas été facile pour elle “.

Le retourné acrobatique face au Genoa.

J’ai toujours cette réaction quand je fais de grands buts, comme si je ne m’y attendais pas. Le pauvre Mattia (Perin) est dans le but, j’ai marqué beaucoup de buts et magnifique. Je lui ai fait un but en sens inverse, un à la volée et un à partir de ma moitié de terrain. Un beau but, qui restera parmi mes favoris, même si ce n’est pas mon préféré “.

Ton préféré ? San Siro ou Barcelone ?

Aucun d’eux. C’est étrange, mais le plus important pour moi fut le but que j’ai inscrit contre l’Udinese.

Sur la relation avec Roberto Mancini.

Nous nous sommes contacté quand je devais venir ici. Je me suis entretenu avec l’un de ses collaborateurs, je m’attendais à aller en équipe nationale en juin“.

De Rossi deviendra-t-il un grand entraîneur?

J’ai mon idée. À mon avis, il deviendra très fort. Il a les qualités pour le faire, non seulement le football mais aussi l’humain. Il a de la personnalité, de la dialectique, il pourrait parler à un groupe. Il est un milieu de terrain de football, mais il est un peu de tout. La phrase la plus cool qu’il m’a toujours dite était si j’aimais jouer avec un de plus, car il était à la fois en défense et au milieu de terrain. Il pourra également faire un grand parcours en tant qu’entraîneur. Il a la veine pour le faire.

Sur le protocole de la Liga espagnole pour reprendre l’entraînement : entraînement en solo avec retour à la maison, entraînement en groupe et entraînement collectif avec stage.

Je savoure, parce que nous commençons à revoir le terrain. C’est la chose qui manque en ce moment, pour ceux qui sont comme moi. J’espère que tout se fait de la meilleure façon, en essayant de ne pas avoir de retour de bâton, ce serait une catastrophe. Des problèmes en Serie A ou en Liga, il y a beaucoup d’argent en jeu qui pourrait voir faire faillite de nombreux clubs, certaines équipes en B et C pourraient le risquer. Les amateurs sont aussi importants que la Serie A pour moi.”






Article posté par

🇮🇹🐺 Supporter de la Roma (depuis 2005) 🖊 Rédacteur et CM sur la page Facebook AS Roma Francophone

Articles les plus lus

230920_dzeko_fonseca_1200 230920_dzeko_fonseca_1200

Fonseca confirmé sur le Banc / Dzeko titulaire et capitaine contre la Juve ?

Actualité de Trigoria

220920_TV_1200 220920_TV_1200

MAJ : Hellas Verone 3 – 0 AS Roma | défaite sur tapis vert.

AS ROMA équipe 1

Libre-antenne-1200 Libre-antenne-1200

▶︎▶︎ 21/09/20 Replay “La libre antenne 100% AS Roma” #1

Replay

Amadou Diawara Amadou Diawara

Cas Diawara, la Roma pourrait perdre 3-0 sur tapis vert contre le Hellas Verone

Actualité de Trigoria

Dates à retenir cette semaine

27/09/20 à 11h00 :
AS Roma U19 / Genoa U19 – série A J02

27/09/20 à 20h45
AS Roma / Juventus – série A J02

27/09/20 dès la fin du match :
Débrief du match sur YouTube

Articles récents

Connect
Inscription newsletter