Suivez-nous :
Les live AS Roma / AmoRoma.fr


Actualité de Trigoria

Fonseca s’exprime sur sa 1ère année en Italie dans une longue interview

091120-fonseca

Paulo Fonseca s’est livré à une longue interview auprès du programme portugais “Quarantine da Bola“.

L’interview vidéo en VO (Portugais) est disponible sur youtube : https://youtu.be/X4xjxr2GsxA

Votre évolution en tant que manager?

“Je me suis senti bien dans tous les clubs où j’ai été dans le passé, même dans ceux où je n’ai pas eu autant de succès. Mis à part les résultats, j’ai toujours créé d’excellentes relations avec les gens qui ont travaillé avec moi, avec les joueurs, avec les dirigeants. Il n’y a pas de club dans lequel je ne me sois pas senti bien, j’ai toujours créé d’excellentes relations, mon évolution a été naturelle, ce que je suis aujourd’hui est le résultat des expériences que j’ai vécu dans le passé, même les plus petites. L’entraîneur que j’étais avant, et j’en suis fier. Je ne suis même pas l’entraîneur que j’étais l’année dernière, j’ai surtout évolué sur le plan tactique: ces années en Italie ont été une belle expérience d’apprentissage.”

Vous avez dit qu’on ne pouvait pas comprendre l’idée du football de Mourinho sans avoir entrainé en Série A…

“Nous avons une image du football italien comme un football très tactique et c’est la réalité. Chaque match est une histoire différente, tous les clubs changent de forme et sont très bien organisés défensivement. Maintenant que je suis ici, je commence à comprendre quelle était la façon de jouer de cet Inter et de la prédisposition aux séquences défensives et à la rigueur tactique. Cela m’aide à comprendre comment l’Inter de Mourinho a gagné. J’ai toujours été obsédé par la possession du ballon, ici j’ai appris à apprécier d’autres moments comme la transition offensive. Nous sommes modernes et nous devons nous adapter, nous devons nous rendre compte que si nous sommes fermés dans nos croyances, il devient difficile de nous adapter à des contextes complexes comme celui de l’Italie.”

Quand vous êtes arrivé à la Roma, vous avez dit que vous ne vouliez pas seulement gagner, mais aussi bien jouer. Comment avez-vous concilié ce besoin avec l’aspect tactique du championnat italien?

“Être offensif est la chose fondamentale qui nous intéresse. Au cours de la semaine, ils m’ont envoyé un article disant que dans les 60 premiers matchs, j’étais l’entraîneur le plus offensif des 90 dernières années de la Roma. Je pense que c’est excitant d’avoir une équipe offensive, une équipe qui sait marquer. Une autre étude a révélé que l’an dernier, nous étions la deuxième équipe derrière Atalanta à avoir créé le plus d’occasions de marquer. Et je pense que c’est une marque qui nous distingue, l’audace, le courage …

L’image que nous avons du football italien est fausse, disons qu’il est très tactique et donc défensif. C’est vrai que les équipes sont bonnes défensivement, mais pendant le confinement j’ai fait une étude et j’ai vérifié que la Serie A ressemble à la Bundesliga et à la Premier League en termes de concrétisation offensive. La rigueur défensive n’est pas associée au fait que toutes les équipes défendent bas. Le moment où le ballon est perdu, la transition défensive, est un moment très important”.

Sur le modèle du jeu en Italie

“Il est difficile de définir notre modèle de jeu, notre formule de jeu est en constante évolution. Je ne peux pas dire qu’à Rome j’ai idéalisé un modèle de jeu. Ce que j’avais en tête à mon arrivée est très loin de ce que nous sommes aujourd’hui. . Nous avons appris de l’expérience, d’autres équipes … Les idées parfaites n’existent pas, il y a des idées qui donnent des résultats et ne donnent pas de résultats.

Au Portugal, nous ne pouvons pas tenir homme contre homme, mais ici en Italie il y a des équipes qui le font très bien. Personnellement je n’aime pas ça, mais par exemple j’ai joué contre Hellas Verona qui le fait très bien et qui a d’excellents résultats. Ce n’est pas ce en quoi je crois, mais les équipes qui le font ont des résultats en jouant comme ça. Il y a des moments dans les matchs où vous pouvez également jouer homme contre homme, comme lorsque nous avons trois défenseurs centraux et que chacun choisit le sien”.

Sur la tactique

“Le match en Italie est principalement stratégique. Je travaille dessus et prépare des stratégies pour toujours surprendre les adversaires. Une équipe que j’apprécie vraiment ici est Sassuolo. Ils ont un entraîneur très courageux qui donne l’exemple aux autres entraîneurs. Nous essayons toujours de créer quelque chose qui peut surprendre les adversaires”.

Les différences avec les autres pays où vous avez entraîné?

“Le coaching en Italie n’est évidemment pas la même chose qu’en Ukraine. Il est impensable de construire deux équipes égales dans deux pays différents. Il faut être ouvert à des contextes différents. On ne peut pas penser à transporter les mêmes principes d’un pays à l’autre.”

Fonseca Brescia 0-3 Roma
photo : asroma.com

L’importance du leadership pour un entraineur?

“La capacité d’être un leader est essentielle pour un manager. Je pense qu’aujourd’hui ce qui différencie les entraîneurs est une question de détails. Aujourd’hui, nous jouons tous les trois jours et nous avons de moins en moins de temps pour nous entraîner. C’est pourquoi motiver et influencer les joueurs est toujours devenu le plus important pour bâtir une carrière réussie pour un entraîneur.”

Sur la VAR

“Ça a apporté plus de vérité aux résultats. On parle de deux centimètres, mais quand il est hors-jeu, il est hors-jeu. Il y a tellement de situations qui peuvent influencer le résultat final, avec la VAR elles ont complètement disparu. Un souci des entraîneurs maintenant est de comprendre le critère des fautes à la main pour les tirs au but. Je pense que pour ceux qui ont joué et qui ont de l’expérience sur le terrain, il est difficile de comprendre certaines règles qui ont été créées. Beaucoup ne sont pas d’accord, peut-être que ces règles aident les arbitres mais ce n’est pas la chose la plus pratique, comme je peux le dire. Il est difficile de comprendre certaines situations où l’image n’est pas évidente, on ne connaît pas les sentiments que ressentent les joueurs.

En conclusion, je pense qu’au Portugal, il y a eu plus de controverses et on parle trop de ces questions d’arbitres. En Italie, il n’y a pas de programme qui parle d’erreurs d’arbitres, ici nous parlons généralement de tactique, de jeu. Je pense souvent que cela est évoqué comme une excuse et de manière excessive par rapport à la bonne manière simplement parce que vous êtes déçu et qu’il n’y a aucune justification pour le résultat. Je suis convaincu que l’introduction du VAR a été positive et qu’avec le temps, nous finirons tous par l’accepter”.

Est-il important d’entraîner l’endurance pour améliorer la lucidité au fil du temps? Comment gérez-vous le travail des entraîneurs personnels avec celui de votre personnel? Parce que ce n’est pas partagé comme en Angleterre…

“Nous essayons de dialoguer et de combiner notre travail avec le leur et en cela nous sommes aidés par les fichiers avec lesquels nous pouvons contrôler le travail qu’ils font. Je pense qu’il n’y a pas d’autre moyen: nous les vérifions et nous sommes en contact avec les entraîneurs personnels”.

Comment s’est passée l’adaptation des joueurs italiens à votre style de jeu?

“C’était relativement facile. Nous devons être convaincants: le plus important au début est la façon dont nous présentons notre proposition de jeu. Et les premières semaines sont les plus critiques: si les joueurs ont des doutes, il devient difficile de les récupérer et de les convaincre”.

L’organisation doit être associée à la mentalité

“Bien sûr, l’organisation doit être associée à la mentalité”.

A propos de Tiago Pinto ? (ndlr: le nouveau directeur générale de la Roma en provenance de Benfica)

“Pour moi, la figure du directeur sportif est fondamentale. Je n’ai pas encore eu le privilège de parler avec Tiago Pinto, mais je suis évidemment content. Mais surtout j’ai compris que c’est un grand professionnel, beaucoup me l’ont confirmé, beaucoup de gens qui ont travaillé avec lui donnent un avis positif. Je suis heureux qu’il soit à Rome et je pense que le président et les nouveaux propriétaires ont pris la bonne décision au moment où il a été choisi. Il est essentiel que les gens qui travaillent avec nous soient préparés , afin que nous puissions discuter ouvertement de ce qui est d’intérêt commun.

Nous aurons de grandes discussions avec Tiago. Évidemment, la décision finale est toujours la mienne (rires). L’opinion des autres est importante. J’ai beaucoup appris des autres entraîneurs, en travaillant dans des contextes différents, mais je fais avant tout confiance à mes idées. Je suis sûr que Tiago le pense aussi”.

De quel joueur Fonseca a-t-il besoin?

Il reste encore beaucoup de temps (rires).

Que diriez-vous à un collègue qui vient en Italie pour entraîner?

“Parfois, appeler un collègue peut être vu de manière négative. Je suis prêt à aider n’importe quel entraîneur à s’intégrer, à lui faire comprendre ce qu’est le football italien. Je lui dirai certainement que le football d’un point de vue pratique est très exigeant. Être en Italie est un défi de taille, mais cela vous fait beaucoup évoluer. À votre arrivée, vous devez vous préparer à des scénarios complètement différents de ceux auxquels nous sommes habitués.”

Qu’est-ce que ça fait d’affronter la Lazio dans le derby?

“La première fois, nous n’avons pas eu un grand match et je pense qu’ils méritaient plus que le match nul. Contrairement au retour, quand nous étions ceux qui méritaient la victoire. Préparer un derby, c’est la même chose pour moi que préparer un match avec Napoli ou Sassuolo. Ce qui change, c’est la façon dont les gens vivent en dehors du centre sportif et les joueurs le ressentent aussi.”

Espérez-vous revenir entrainer au Portugal à l’avenir?

“C’est sûr qu’un jour cela arrivera. Quand vous quittez le Portugal, vous pensez à y revenir, mais avec le privilège de pouvoir continuer mon travail avec plaisir. Le retour ne fait pas partie de mes projets à court terme.”

Commenter cette publication

You must be logged in to post a comment Login

Laisser un commentaire

Article posté par

🇮🇹🐺 Supporter de la Roma (depuis 2005) 🖊 Rédacteur et CM sur la page Facebook AS Roma Francophone

Prochains matchs / Live

17/01/2021 à 19h00 : Série A Féminine – J11
AS Roma F / Naples

18/01/21 dès 21h00 ▶ Live Instagram
🎙 “La libre Antenne 100% AS Roma

19/01/2021 à 21h15 : Coppa Italia – 8ème finale
AS Roma / Spezia

19/01/21 à 23h00  ▶ Live Youtube
🎙 “Le débrief avec Rabal”

Articles récents

Connect
La Gazetta

Recevez chaque semaine par mail l'actualité de l'AS Roma en Français, le programme des matchs et des lives....