La faiblesse défensive de la Roma en chiffres.

En cette saison 2020/21, la Roma est dotée d’une très mauvaise défense. Cela coûte de plus en plus souvent, et bêtement, des points. Mais la faute à qui?

La défense de la Roma laisse à désirer cette saison. Mais à qui la faute? Le jeu prôné par le coach ? La défense ? Les gardiens ?

L’une des questions les plus débattues au sein de la tifoseria giallorossa est justement la question du gardien : Si Antonio Mirante a les faveurs de la grande majorité des tifosi romanisti, c’est Pau Lopez qui a la confiance du Mister Fonseca envers et contre tout. 

Pourtant, aucun des deux ne donne de garanties suffisantes pour être considéré comme indiscutable! Sur les 27 matchs joués (21 en Serie A TIM et 6 en EUROPA LEAGUE, ndlr), la Roma encaisse 32 buts! Alors certes, certains sont dus à des erreurs des joueurs de champs, mais d’autres sont aussi la cause des gardiens! 

La prochaine analyse, proposée par les confrères de Voce Giallorossa, se base sur la donnée psxG (post shoted expected goal), c’est à dire la statistique des « buts attendus après coups ». Ici, il est question d’analyser les buts marqués en effectuant un/des tirs depuis une certaine position, sa distance, la trajectoire, le point d’arrivée ou encore la manière dont il est tiré (de la tête ou pas, …) et de quantifier en moyenne les buts récoltés. 

Partant, un tir avec une valeur élevée de buts attendus pourrait générer un 0 de psxG car il manque sa cible, tandis qu’un tir avec une très faible valeur de buts attendus (un tir de loin, par exemple) peut au contraire générer une valeur psxG élevée car il emprunte une trajectoire très difficile à intercepter pour les gardiens. En conséquence, plus la valeur psxG est basse, plus le gardien a la responsabilité de sauver le but. 

Le jeu est « bon », les acteurs ne le sont pas. 

D’après les données d’Understat, la défense de la Roma est positionnée en 4e place du championnat avec une moyenne de 22,66 psxG. Seules la Juventus (19,14), Naples (19,89) et Udinese (21,60) font mieux.

Néanmoins, à cause de ses 32 buts encaissés, elle détient un delta négatif de 9,34. Et là, seul Crotone fait pire avec -10,97, pour un psxG de 39,10. Concrètement, cela veut dire que la défense de la Roma fonctionne « plus ou moins bien », étant donné qu’elle a un psxG assez faible; mais qu’elle est sabotée par des erreurs individuelles, parfois inexcusable, des défenseurs voire des gardiens!

D’après les données fournies par Fbref, un psxG de 25,1 est généré contre la Roma, c’est la cinquième meilleure valeur du championnat après la Juventus, Naples, Verona et l’Inter! Mais avec ce chiffre, il faut tenir compte des 30 buts marqués*, ce qui fait une différence négative de 4,9. Et là, on arrive au 4e pire indicateur du championnat, à peine devant Parma (-5,6), Torino et Crotone (+/- 10).

Vous l’aurez compris, en théorie, cela fonctionne plus ou moins correctement, mais sur le terrain, c’est autre chose. Les difficultés sont même apparentes sans database: sur les 8 matchs joués en cette année civile, la Roma encaisse 15 buts, avec un seul clean-sheet. Pire encore, sur les 5 dernières rencontres, la Roma encaisse 11 buts sans aucun clean-sheet. Depuis le 10 janvier (Roma-Inter), la Roma encaisse en moyenne 2 buts par matchs.

Pau Lopez ou Mirante ? 

Concrètement, les gardiens ont joué 11 matchs chacun. Léger désavantage pour Mirante, qui encaisse 16 buts, alors que Pau Lopez n’en prend « que » 14 .(16 buts si on devait compter les deux autogoals). Cela s’illustre aussi sur le papier : Mirante a un psxG de -3,3, contre -1,6 pour l’ex joueur du Betis. Parmi les gardiens ayant joué au moins 900 minutes, les deux giallorossi sont classés à peine 18e et 14e du championnat. Probablement en raison des erreurs de placement ou de jugement de leur part… A titre d’exemple, Reina est à +3,9 et Musso à +2,4.

Mais il faut aussi tenir compte des tirs jugés « pas dangereux » qui ont quand même atteint les filets en raison du manque d’opposition, voire de la faiblesse des défenseurs de la Roma qui n’ont tout pas su faire la différence. Les erreurs paient cash, en témoigne le raté de Ibanez lors du derby ou de Kumbulla contre La Spezia. Les gardiens ne sont pas bons, certes, mais ils ne sont clairement pas aidés par la défense. Et ceci vaut pour les deux.

Bref, quelques grands arrêts mais surtout trop d’erreurs de part et d’autres. Tant la défense que les gardiens sont responsables et coupables du nombre trop élevé de buts encaissés. En tout état de cause, ce qui est affiché est largement insuffisant pour la course à la ligue des champions!

Et si le problème venait simplement du jeu prôné et non des acteurs ?

*les autogoals de Cristante et d’Ibanez ne sont pas pris en compte

Antonino

⚖️ Avocat (Belgique)⚖️ | 🐺 CM @AsRomaFrancophone depuis 2013 🐺 |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *