A la Une

Mourinho : « Nous produisons beaucoup mais nous avons besoin de marquer des buts pour gagner »

José Mourinho s’est exprimé en conférence de presse à la veille du déplacement sur la pelouse du Real Betis une semaine après la défaite 1-2 à l’Olimpico. Match qui se jouera ce jeudi 13 octobre à 18h45 pour le compte de la 4ème journée de la phase de groupe de l’Europ League.

La saison anormale avec beaucoup de matchs dès le début avant une trêve de 2 mois pour la coupe du monde puisse expliquer en partie les blessures ? El Shaarawy ou Belotti devant demain ?

« Cette question est bonne. C’est une question sur laquelle nous pouvons tous avoir un avis. On en parlait depuis longtemps : il y a déjà quatre, cinq ans on parlait de cette Coupe du monde. Cependant, la vérité est que c’est maintenant que nous vivons cette situation. J’ai appris à moins pleurer qu’avant et à vivre avec la réalité des choses. Je pourrais dire qu’on joue trop, que les footballeurs d’aujourd’hui par rapport à ceux d’hier ont une carrière complètement différente, que les clubs les plus riches sont privilégiés car ils peuvent avoir un effectif qui permet aux joueurs d’être mieux gérés…».

« Mais la vérité est qu’il y a des riches, des pauvres et des moins riches. Les pauvres jouent un match par semaine et se préparent pour un match par semaine. Les riches, avec les effectifs qu’ils ont, peuvent aussi jouer tous les jours et changer dix joueurs ».

« Les moins riches, qui ont des ambitions équilibrées et doivent jouer le même nombre de matchs que les riches, sont ceux qui ont du mal. Et c’est l’expérience que je vis en ce moment ».

« Quant à Belotti et El Shaarawy : pas de Belotti ni d’El Shaarawy. Tout reste ouvert ».


Abraham semble en difficulté depuis quelques matchs : a-t-il un problème physique ou mental ? Qu’est-ce qui ne va pas avec Tammy ?

« C’est notre problème, c’est un problème d’équipe. Je n’aime pas faire ce genre d’analyse mais je comprends que tu puisses le faire. Il est possible de trouver d’autres joueurs de haut niveau dans d’autres équipes vivant des moments similaires, en Italie comme à l’étranger »

« Ce n’est qu’un chiffre pour vous, ce ne sont que des statistiques. Pour nous, la vérité est que nous avons besoin de buts pour gagner des matchs. Si nous gagnions grâce aux occasions de marquer, nous serions premiers en Serie A, car nous créons beaucoup et commettons beaucoup d’erreurs. Ce sont des instants. Et certaines équipes paieront cette frustration, car un jour on marquera quatre buts avec quatre occasions »

« L’important, c’est qu’on regarde ça en équipe et qu’on ne mette pas la pression comme vous, parce qu’on fait des boulots différents. Pour nous ce n’est pas le joueur A, B ou C qui doit marquer ou qui a marqué, qui a peu marqué ou qui ne marque pas : on pense en équipe et en équipe, pour ce qu’on produit, on marque peu. C’est dans cette direction que nous allons. En tant qu’équipe, nous devons marquer plus, plus efficacement. Ce moment viendra »


A quoi faisiez vous référence en disant, après Roma-Lecce, que les joueurs ne comprennent pas vos indications ? Avez-vous constaté des améliorations ?

« Ce n’est pas facile pour un entraîneur de parler dix minutes après la fin du match. Parfois, ils se dit des choses qui doivent être expliquées plus tard. Vous gagnez toujours avec un plan de match. Et une chose est le plan de jeu et une autre est la capacité des joueurs à le mettre en pratique. Du banc, j’ai eu quelques sensations et quand j’ai revu le match en vidéo, la perspective a un peu changé »

« Vous n’arrêtez pas de dire qu’il faut plus de discipline dans notre jeu : quand deux ou trois joueurs perdent cette discipline, aussi bien en phase défensive qu’en phase offensive, cela a des conséquences sur toute l’équipe. Et à ce niveau, nous devons nous améliorer, car les grands matchs que nous avons joués en cette année et demie que nous sommes ensemble ont été des matchs de grande concentration, de grand respect du plan de jeu et de grande organisation dans la dynamique de l’équipe »

« Il y a très peu de matchs qu’on a gagnés avec des solutions individuelles ou avec des gens qui ont quitté la ligne de jeu qu’on avait préparée plus tôt »


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.