A la Une

Mourinho : « Passer ce tour était une question de fierté et concernant Vina… »

José Mourinho s’est exprimé après la victoire de la Roma 3-1 face à Ludogorets ce jeudi 03 novembre 2022. Victoire synonyme de qualification pour les playoff de l’Europa League (La Roma rencontrera un des 3ème des groupes de Ligue des champions).

La Roma ne pouvait obtenir qu’un seul résultat qui à la fin de la première mi-temps semblait difficile à atteindre. Comment l’équipe a t-elle évolué entre la première et la seconde mi-temps ?

« Match vraiment difficile. Ils savent jouer et ont des joueurs avec de la créativité et de la rapidité qui peuvent faire ce qu’ils ont fait lors du premier but, qui peuvent faire ce qu’ils ont fait là-bas, à la maison, quand on a perdu. Ce n’est pas une équipe facile. Cependant, en deuxième mi-temps, nous avons tout risqué, nous sommes entrés avec une attitude différente, avec une intensité différente ».

« Évidemment, les caractéristiques de Zaniolo nous ont beaucoup aidés, car c’est une chose de jouer avec deux attaquants comme Tammy et Belotti et une autre est de le faire avec l’un des deux et avec Nicolò. Le but est venu et c’est l’émotion qui a fait le reste ».

« Mais nous devons mieux jouer, nous devons mieux gérer. Les équipes qui joueront les playoffs sont des équipe de Champions League. Des équipes d’un niveau supérieur. Pour nous c’était important de sortir de ce groupe, c’était une question de fierté, d’évolution. Maintenant, les requins arrivent ».


On a bien aimé Volpato à son entrée, et Pellegrini a été glacial sur les deux penaltys : on parle souvent d’attitude.

« En termes d’attitude, ils sont tous intouchables. Je dois dire quelque chose que je regrette un peu et qui me semble un peu injuste : il faut respecterdavantage Vina. Car lorsqu’on joue à l’extérieur, Vina est un joueur différent. A domicile, il y a quelques attitudes des supporters dans le stade qui n’aide pas. Et j’en suis désolé, car Vina fait partie de ces joueurs qui ont toujours une attitude exemplaire »

« Vous avez parlé de Volpato et de Pellegrini, des joueurs qui ont une grande créativité. Quand Volpato entre, il apporte du dynamisme. Sa prochaine étape sera de pouvoir jouer quand l’équipe a aussi besoin de défendre, car il ne l’a pas encore appris. Maintenant, il joue plus vite qu’avant, garde sa créativité et a ma confiance pour réaliser cette créativité, mais après, sans ballon et quand on doit défendre, c’est dur »


Souvent, les jeunes donnent ce petit plus… et vous avez dit que c’est un projet que nous devons porter et que vous aimez faire jouer ces garçons.

« C’est vrai, je suis content. Mais si nous mettions sur le terrain des joueurs qui n’ont pas les qualités ou qui ne sont pas prêts, nous le ferions uniquement pour les stats, pour que tout le monde parle des deux, trois, cinq ou dix jeunes joueurs. Mais ce n’est pas l’objectif. Le but est de les faire grandir et, quand ils arrivent, ils arrivent préparés »

« Juste par curiosité, quand Volpato est entré dans le match contre Vérone l’année dernière, nous étions menés 2-0. Et quand il a fait son entrée à Vérone cette année, on était 1-1 et il fallait marquer. Quand il joue, il crée beaucoup. C’est un peu un garçon anarchiste, mais il crée aussi l’anarchie chez l’adversaire. Sa prochaine étape est de savoir jouer sans ballon, d’un point de vue défensif »

« Quand il joue à un poste plus offensif, il le comprend déjà. Mais aujourd’hui, après le 2-1, on avait besoin de lui pour se rapprocher davantage dans l’entrejeu, pour doubler, et « doubler » est un mot qui n’existe pas encore dans son vocabulaire. Ce sont les choses qu’il doit apprendre pour devenir un joueur complet. Cependant, il y a beaucoup de choses à voir lorsque les jeunes arrivent. C’est un plaisir de voir ceux de la Juve aussi »

« Lorsque nous atteignons la soixantaine et plus de 20 ans en tant qu’entraîneur, ce sont ces choses qui nous rendent heureux. Par exemple, en ce qui me concerne : j’ai fait débuter Varane, qui est devenu champion du monde, j’ai fait débuter Casemiro, qui a ensuite remporté 5 LDC. Ce sont ces types de joueurs qui te font sourire quand tu as les cheveux blancs »


Quelle force cette victoire donne-t-elle à Rome ?

« Tout d’abord, continuer en Ligue Europa est une question de fierté. Parce que c’est la compétition où nous avons commencé, et aller en Conference League et devenir l’une des équipes les plus fortes, devenir l’un des candidats – Fiorentina, Lazio, West Ham, Villarreal, Rome – n’était pas le but »

« Nous savons que nous sommes toujours en Ligue Europa, que nous sommes en playoff, que les requins arrivent et que maintenant tout est plus difficile, et peut-être que nous n’avons pas les bonnes conditions, comme la profondeur de l’équipe par exemple. Peut-être, je ne sais pas, nous verrons. Peut-être qu’il n’y a pas les conditions pour faire la fête de l’année dernière. Cependant, après la défaite contre Naples, nous avons remporté trois matchs de suite, un en championnat et celui-ci qui a été décisif, car si nous n’avions pas gagné, nous serions sortis »

« Evidemment nous sommes fatigués, Pellegrini et Smalling ont encore joué 90 minutes. Cependant, c’est ma façon de voir les choses : le match le plus important est toujours le suivant. Je n’ai pas été un joueur de haut niveau, mais j’ai toujours pensé que l’une des choses les plus importantes pour se remettre de l’épuisement, c’est la joie. Et dans ce sens, nous rentrons chez nous heureux. Et dimanche nous serons là. Un grand match, un match qu’on aime jouer »


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.