AS ROMA équipe 1Infos AmoRomaJoueurs

Où se situe Abraham par rapport aux derniers buteurs giallorossi ?

Alors que la phase aller de la Serie A 2021-2022 s’est terminé, nous vous proposons de faire un point comparatif entre les temps de passages de Tammy Abraham et des différents buteurs ayant signé à la Roma ces 10 dernières années. Comment c’était passé les 6 premiers mois de ces différents buteurs, est-ce que des débuts réussis ou ratés étaient forcément synonyme d’échec à venir à Rome ? Voici quelques axes de réponses.

Marco Borriello – 18 matchs / 9 buts (Saison 2010-2011)

Marco Borriello

Après une saison qui l’a vu passer à deux doigts du scudetto, la Roma de Ranieri mise sur Marco Borriello pour animer l’attaque au côté de Totti. Il s’adaptera très vite au contexte romain avec des buts important comme lors du derby ou lors de cette soirée mémorable en Ligue des Champions face au Bayern Munich en phase de groupe. Mené 2-0 sur son terrain à la mi-temps la Roma parviendra à renverser le score pour l’emporter 3-2, Borriello inscrira le but de l’espoir avant d’ensuite provoquer le penalty qui permettra à Totti d’offrir la victoire à la louve.
Avec une moyenne d’un but tous les deux matchs sur la phase aller, Borriello réussi des débuts étincelants qu’il ne parviendra hélas pas à confirmer par la suite. Avec seulement deux buts sur la phase retour il terminera avec 11 buts en 34 matchs disputés et sera mis au placard la saison suivante à l’arrivée de Luis Enrique qui lui préférera Osvaldo.


Pablo Osvaldo – 15 matchs / 7 buts (Saison 2011-2012)

Pablo Osvaldo

En cette saison 2011-2012 et alors que la Roma vient tout juste de passer sous direction américaine, c’est à Luis Enrique que les clés sont donnés. Le coach espagnol axera fortement son mercato sur la Liga avec les signatures de Bojan, Jose Angel, Gago et donc de Pablo Osvaldo.
L’italo-argentin sort d’une saison à 9 buts en 15 rencontres à l’Espanyol Barcelone et fait son retour en Italie après avoir déjà porté les couleurs de la Fiorentina et Bologne où il n’avait pas su s’imposer.
Son arrivée laissera beaucoup de tifosi et d’observateurs sceptiques (à l’image du reste du mercato réalisé par la Roma cet été là) mais il fera vite taire tout le monde.
Trouvant les filets à sa 3ème apparition il marquera ensuite durant 4 matchs consécutifs dont un but lors du derby perdu 2-1 à l’époque.
Avec une moyenne d’un but tous les deux matchs ses débuts sont plus que réussi et il terminera la saison avec 11 buts inscrits en 24 rencontres. Sa deuxième saison sera une réussite avec 16 buts en 29 matchs sous les ordres de Zdenek Zeman.


Mattia Destro – 14 matchs / 4 buts (Saison 2012-2013)

Mattia Destro

Considéré comme l’un des plus grands espoirs italiens au poste d’avant centre à sa sortie du centre de formation de l’Inter il ne lui aura fallu qu’une saison complète à Sienne pour montrer ses talents de finisseurs. Un exercice 2011-2012 durant lequel il inscrit 11 buts en 27 rencontres, suffisant pour pousser la Roma à miser sur lui, offrant ainsi un outil offensif en plus au tout nouveau coach Zdenek Zeman.
À l’image de ses autres coéquipiers il éprouvera quelques peines à s’adapter au système de fonctionnement du coach tchèque bien que celui-ci mette généralement mieux en valeur ses éléments offensifs.
Avec 4 buts en 14 apparitions parfois en sortie de banc, ses débuts sont plutôt prometteur pour un jeune découvrant la pression d’un top club italien.
Il cloturera sa première saison avec 6 buts inscrits en 21 apparitions. Sa 2ème saison sera une réussite avec 13 buts en 20 matchs et ce malgré le fait qu’il ait été blessé durant toute la première moitié de saison.


Edin Dzeko – 14 matchs / 3 buts (Saison 2015-2016)

Edin Dzeko

Le bosnien a vécu un première saison compliquée à Rome, accueilli en véritable star à sa sortie de l’aéroport sa signature cristallisera énormément d’attente. Son entente avec un Totti au crépuscule de sa carrière et un Salah tonitruant feront saliver tous les tifosi romanisti. Ses débuts se feront de la meilleure des manière en marquant dès sa première apparition à l’Olimpico face à la Juventus. Un but permettant d’assurer la victoire face au grand rival du moment dans la lutte pour le scudetto.
Hélas cette entame de rêve sera vite oublié puisqu’il vivra ensuite 6 mois d’une quasi disette où il enchainera les occasions ratés dont quelques immanquables que les tifosi ont encore en tête. Le remplacement de Rudi Garcia par Luciano Spalletti en seconde partie de saison lui fera, comme au reste de l’effectif, le plus grand bien.
Il terminera la saison avec 8 buts au compteur et 6 passes décisives. Une fin de saison prometteuse de lui et de ses coéquipiers qui se confirmera l’année suivante lorsqu’il terminera meilleur buteur du championnat avec 29 buts inscrits.
L’exemple type qu’il ne faut pas juger trop vite certains joueurs. Il fera figure même de contre exemple vis à vis des buteurs mentionnés auparavant, qui ont connu des débuts plus réussi que le bosnien mais n’ont jamais réussi à s’imposer durablement dans la ville éternelle.


Patrik Schick – 7 matchs / 0 but (Saison 2017-2018)

Patrik Schick

Entre son transfert record pour le club, son statut de successeur de Mohamed Salah (malgré qu’il n’avait pas du tout le même profil) et le fait qu’il avait été jusqu’à passer sa visite médicale à Turin 1 mois et demi plus tôt avant que la Juventus ne se ravise on ne peut pas dire que le tchèque arriva à Rome dans les meilleurs conditions. Et comme si tout cela ne suffisait pas il débutera avec une blessure l’écartant des terrains pendant neuf matchs.
Lors de ses rares apparitions il apparaitra très emprunté et maladroit, à des années lumières du joueur tranchant que nous avions pu voir la saison précédente à la Sampdoria.
Il clôturera sa première saison avec maigre bilan de 2 buts inscrits en 22 apparitions. Sa 2ème saison ne sera pas plus probante (3 buts en 24 matchs), il s’agit de l’un des plus gros échec mercato de l’histoire de la Roma. Fort heureusement il sera joliment vendu à Leverkusen où il s’épanouit pleinement aujourd’hui puisqu’il est même 2ème meilleur buteur de cette Bundesliga 2021-22 derrière Lewandowski avec 16 buts.


Tammy Abraham – 18 matchs / 6 buts (Saison 2021-2022)

Tammy Abraham

Arrivé avec l’étiquette de plus gros transfert de l’histoire du club, il a rapidement débloqué son compteur en inscrivant son premier but dès la 2ème journée lors de la victoire 4-0 à Salernitana. Un match durant lequel nous avions pu immédiatement apercevoir à quel point il pouvait se mettre au service du collectif.
Malgré ce bon début ses six premiers mois seront sur courant alternatif à la tête de l’attaque romaine d’où l’idée de réaliser ce comparatif pour nuancer les nombreuses critiques lues et entendues à son encontre.
Il termine cette phase aller avec des statistiques tout à fait honnête pour un joueur découvrant ce championnat italien si particulier (sans oublier ses 6 buts en 7 matchs en Conference League).
On peut prendre en comparaison Edin Dzeko qui avait connu des débuts personnels bien plus difficile que l’anglais pour avoir ensuite la réussite qu’on lui connait.
À l’image de ses coéquipiers il doit se montrer plus décisif lors des grands rendez-vous, chose dont Dzeko était capable, comme il a su le faire dernièrement sur le terrain de l’Atalanta.
Abraham suit une trajectoire plus que correct et il dépendra donc de lui de continuer ainsi pour rentrer dans le coeur des tifosi et contribuer à ramener le club parmi les sommets de la Serie A.

Jess

🇮🇹🐺 Supporter de la Roma (depuis 2005) 🖊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de pub pour continuer à naviguer sur notre site