Tiago Pinto fait le point sur le mercato, les dossiers en cours et l’avenir de la Roma.

Tiago Pinto, directeur général de la zone sportive de l’AS Roma, s’est exprimé lors d’une conférence de presse sur divers sujets. Du mercato de janvier qui vient de se terminer aux futurs projets du club.

Traduction en français par AmoRoma de l’article paru sur asroma.com

Les événements actuels conduisent à la question de Dzeko-Fonseca. Il y a eu une rencontre entre les deux ce matin. Quelle est leur relation maintenant, quelle est la position de la società et qui sera le capitaine ?

« Je ne veux pas fuir cette question. Il est important de clarifier. Beaucoup de choses ont été dite et écrite à ce sujet. Il est important de comprendre que dans le monde du football, les clubs vivent avec la dynamique d’une famille. Les familles peuvent avoir des problèmes et généralement elles les résolvent. Et quand elles les résolvent, elles en sortent plus fortes. Edin est un grand professionnel, un grand footballeur et un homme au caractère très fort. Il a écrit des pages importantes de l’histoire de la Roma. Comme il est vrai que Fonseca est le chef de file de notre projet sportif, il a fait un excellent travail ici à Rome. Il est la personne à qui nous avons confié notre avenir immédiat et à moyen terme. 
Ces derniers jours, nous avons eu des réunions, moi, l’entraîneur et Edin visant à renforcer ce sentiment de confiance mutuelle. C’étaient des moments importants, des réunions dont nous sommes sortis heureux et confiants de pouvoir réussir avec la Roma. Maintenant, nous devons nous concentrer uniquement sur cela parce que le bien collectif de la Roma est plus important que les intérêts personnels. 

Quant au brassard de capitaine, je suis également convaincu qu’un club doit se tenir sur la discipline et sur les règles de conduite à suivre et à respecter. Edin n’est plus le capitaine de l’équipe pour le moment. Quant à l’avenir, nous travaillerons dans l’intérêt de la Roma et Edin sera certainement le premier à travailler dans ce sens ». 

Pour rester sur le sujet des capitaines, le jour de votre première conférence de presse vous aviez dit qu’après le mercati, il serait temps de parler du renouvellement de Lorenzo Pellegrini, qui a un contrat expirant en 2022. Qu’en est t-il ? Et puis, pouvez-vous faire le point sur le mercato qui vient de se terminer ?

« Concernant Pellegrini, je voudrais rappeler qu’il était le seul joueur dont j’ai parlé individuellement lors de ma première conférence de presse. Je l’ai fait parce que tout le monde dans le club, Dan, Ryan, moi, le coach, pensons qu’il représente parfaitement les valeurs de notre projet. C’est un jeune footballeur talentueux avec une forte identité dans le club, et en même temps c’est un travailleur d’équipe, un travailleur acharné, très dévoué au travail. Nous sommes optimistes, nous rencontrerons son agent sous peu et nous prévoyons de tout résoudre. 
Quant au mercato, je suis une personne ambitieuse et exigeante avec moi-même. Pour le mercato entrant, je crois que l’arrivée d’El Shaarawy et Reynolds sont deux joueurs qui entrent parfaitement dans le projet du club. Ce sont deux signatures importantes qui peuvent aider l’équipe à devenir plus forte jusqu’à la fin de la saison. Nous avons également travaillé pour trouver des solutions sur les départs, pour les joueurs qui ont moins joué et trouvé moins d’espace. Malheureusement, pour une raison ou une autre, ces opportunités ne se sont pas concrétisées. Cela reste un point qui ne peut pas me laisser satisfait d’abord de moi-même ».

Si la Roma n’atteignait pas la Ligue des champions, serait t-elle obligée de vendre des joueurs de valeur comme l’ont déjà fait vos prédécesseurs ?

« Je respecte la demande, mais aujourd’hui nous sommes le 3 février. C’est une question qui nous amène à des scénarios de fin mai, fin de saison. Et je suis incapable de prédire l’avenir. Je peux dire que nous sommes tous engagés, moi, mon équipe, la propriété, le coach, les joueurs et tous les employés de Trigoria, à essayer de construire une mentalité basée sur le quotidien, sur la mentalité qui se joue match après match pour toujours essayer de décrocher les trois points pour atteindre nos objectifs en fin de saison. Pour le moment, notre priorité va au match de samedi, pour le préparer de la meilleure façon possible et pour le gagner ».

Pouvez-vous garantir que Fonseca sera l’entraîneur la saison prochaine ?

« Tout d’abord je veux affirmer que toutes les infos diffusées sur les rencontres que j’aurais eues avec d’autres entraîneurs ne sont absolument pas vraies (pas chez AmoRoma NDLR ;)). Ce sont de purs mensonges. Rien de tout cela ne s’est jamais produit. Deuxièmement, Dan, Ryan et moi sommes satisfaits du travail de Paulo Fonseca avec qui nous travaillons pour le présent et l’avenir de Rome. Je voudrais ajouter que ma relation avec Paulo est très bonne, l’entraîneur ne s’inquiète pas de ces rumeurs, il n’est pas distrait, il se concentre uniquement sur le prochain match de championnat, samedi, et sur les suivants ».

Ce fut un mercato difficile dans lequel personne n’a quitté la Roma. Etes-vous déçu par le comportement de Fazio et Juan Jesus qui ont été exclus de la liste UEFA ? Au niveau comptable, quelle incidence ?

« Il y a trois questions différentes. La première concerne la liste UEFA. Dans laquelle il n’y a que 22 places. Également avec le mercato entrant, 2 joueurs ont été ajoutés, 2 autres sont sortis. C’est un choix qui appartient au staff technique. 
La seconde est une question qui regarde les comptes. Nous ne pouvons pas cacher que la pandémie de Covid a causé de nouveaux et graves problèmes à tous les clubs. Ils doivent donc essayer de gérer cela de la meilleure façon possible et s’ils ne le font pas, cela entraîne d’autres problèmes. 
La troisième question n’est pas d’être déçu par certains comportements. Comme je l’ai déjà expliqué, j’ai travaillé intensivement avec les agents des joueurs pour trouver des solutions. Certaines avaient été trouvés mais ne se sont pas matérialisés pour une raison ou une autre ».

Comment la négociation Sanchez-Dzeko a-t-elle commencé ? L’ambiance du groupe a-t-elle influencé la décision de ne pas aller plus loin ?

« Tout d’abord, je voudrais faire miennes les mots d’un manager très expérimenté et compétent comme le directeur Marotta. Tout ce qu’il a dit est vrai. Mon attitude envers vous sera toujours d’une ouverture et d’une transparence maximales, il est vrai que j’ai rencontré Piero Ausilio à Milan. C’est un professionnel que je respecte beaucoup, il s’est montré particulièrement gentil et cordial. Nous avons discuté de plusieurs problèmes en une seule réunion. Mais nous n’avons jamais pu entamer une véritable négociation. Concernant la question du groupe, l’humeur des tifosi, je pense que la taille d’un club dépend directement de la taille de ses supporters. La Roma est un grand club reconnu dans le monde entier précisément grâce à ses fans, c’est un fait que je respecte et admire beaucoup. De plus, je viens d’un club avec une tradition similaire. Cela dit, les décisions que nous devons prendre sont dans l’intérêt du club, elles doivent correspondre aux stratégies d’appropriation et être fidèles à nos idées pour améliorer et assurer le succès de l’équipe. Mais, après avoir dit tout cela, dans ce cas, tout cela ne s’applique pas parce que nous ne sommes jamais entré dans une négociation ».

Le club demandera-t-il à Fonseca de faire jouer Dzeko ? Et qui décide du brassard de capitaine ?

« Ce sont deux problèmes très différents. Le premier concerne la stratégie future du club. Décider à qui attribuer le brassard de capitaine est une question stratégique qui implique certes l’entraîneur, mais aussi tout le club. Il faudra donc arriver à un choix partagé. Quant aux choix techniques, le coach jouit de son autonomie, Dieu nous en préserve. C’est lui qui choisit les joueurs, la formation ou encore les changements. Il n’y a aucune influence de la part de la società et il ne pourrait en être autrement ».

Pensez-vous toujours qu’aucun autre manager n’est nécessaire après ce premier mois de travail avec la Roma ?

« Je confirme ce que j’ai déjà dit. Pour ce qui concerne le domaine sportif, je suis le manager en contact étroit avec Dan et Ryan. Maintenant, à la fin du mercota, je dois avoir un peu de temps pour me concentrer sur la structure qui tourne autour du club. Il y a des domaines tels que le secrétariat sportif et d’autres domaines qui soutiennent la vie quotidienne du club qui devront être renforcés et améliorés. Ceci Afin de doter le club d’une structure professionnelle, solide et forte. Mais en ce qui concerne ce que vous appelez le management sportif, il n’y aura pas de nouveaux arrivants ».

Mkhitaryan vous a-t-il dit qu’il souhaitait exercer l’option de prolongation ?

« Concernant Mkhi, c’est un joueur très important pour nous. Si je me souviens bien, il est le deuxième joueur en Europe pour les buts marqués et les passes décisives délivrées. Il est juste derrière Bruno Fernandes. Cela témoigne d’une performance extraordinaire dans ce domaine. C’est également un excellent professionnel, un exemple pour tout le monde. Dans ce projet, il peut aussi être un élément très important pour aider les jeunes. C’est vrai, dans son contrat il y a une clause qui lui permet de s’exprimer pour le renouvellement. Mais il a déjà déclaré qu’il était heureux ici à Rome, je ne m’attends pas à des problèmes, je suis déjà d’accord avec son agent que je rencontrerais prochainement pour tout clarifier. Toutes les parties ont intérêt à continuer à être heureuses ensemble ».

La direction précédente a maintenu les coûts de fonctionnement du club élevés pour maintenir l’équipe compétitive. Allez-vous continuer sur cette voie ou avez-vous d’autres idées à ce sujet ?

« Je n’aime pas commenter le passé. Dans le passé, il y a eu une direction avec sa propre orientation stratégique. Des investissements ont été réalisés, avec certains résultats. Je vous laisse les évaluations. Je peux dire que dès le premier jour où nous nous sommes rencontré avec Dan et Ryan, nous avons convenu que l’argent n’était pas tout. Ce n’est pas une course à celui qui dépense le plus. Nous nous sommes toujours dit qu’il fallait être rigoureux, discipliné et équilibré dans la gestion financièret. Nous sommes prêts à dépenser de l’argent, à faire des investissements, mais ce qui compte le plus, ce n’est pas le montant d’argent investi, mais la qualité. Il faudra faire des choix avec des critères extrêmes, prendre les bons joueurs pour rendre la Roma compétitive dans chaque compétition. Je pense que ce mercato de janvier a envoyé un signal précis, un exemple de ce que nous voulons faire. Nous avons pris deux joueurs qui correspondent aux profils que nous recherchons pour le projet. Un ressortissant italien et l’un des meilleurs talents de la MLS. Deux opérations qui seront utiles dans le futur ».

Pouvez-vous dire quel joueur est Reynolds ? Ses forces et ses faiblesses ?

« Reynolds est un joueur que nous avons pris pour les 5 prochaines années, pas pour jouer dès samedi contre la Juventus. C’est un footballeur qui n’est pas sur le terrain depuis deux mois. Il a terminé le championnat aux États-Unis et a eu la Covid. Nous croyons fermement en lui. Je suis très content de cet achat sachant combien de clubs s’étaient intéressés à lui. Je suis content qu’il nous ait choisis. C’est un footballeur à fort potentiel, bien qu’il n’ait que 19 ans. Il a des caractéristiques offensives très intéressantes. D’un point de vue défensif, il peut s’améliorer, mais il est dans la bonne ligue pour travailler sur cet aspect. Physiquement, il est très fort, il a des caractéristiques extraordinaires. Nous avons entre les mains un bijou qu’il nous faut affiner ».

À quel point est-il important dans votre projet de choisir des joueurs comme El Shaarawy ? Des joueurs qui sont enthousiastes à l’idée de rejoindre ce club.

« C’est une bonne question. C’est l’un des défis que nous avons et quand je dis faisons, je fais référence au panorama mondial. Identifiez également les caractéristiques psychologiques et émotionnelles des joueurs. Il y a des joueurs qui finissent par ne pas s’intégrer dans une nouvelle réalité. Certes, la motivation et le dévouement, l’engagement, le bonheur du joueur pour se rendre à un endroit est un facteur déterminant. C’est pour moi la note positive de ce marché, que Stephan et Bryan ont décidé d’embrasser ce projet avec un tel enthousiasme. Dans le cas de Stephan, je tiens aussi à le dire publiquement, il a toujours voulu vivement retourner à Rome. Sa volonté a été décisive. Sans sa volonté, son transfert aurait été difficile à concrétiser. C’est un motif de grande satisfaction ».

Le bilan de vos premières semaines de travail à Rome ?

« Il y a eu des moments dans ces semaines où je me suis senti comme ce personnage de Voltaire, qui la où il mettait le pied, des problèmes se produisaient… Sérieusement, ce furent des mois difficiles. Je suis arrivé dans un nouveau pays, avec une nouvelle langue, au milieu du mercato d’hiver. J’ai pu bénéficier du soutien de toutes les personnes qui travaillent ici à Rome, de la confiance des propriétaires qu’ils m’ont accordée à tout moment. J’ai pu profiter de l’expertise des personnes avec lesquelles je travaille au quotidien dans le club. C’est un club avec un grand potentiel pour construire une structure encore plus performante. À partir d’aujourd’hui, je pourrai me consacrer à toute cette structure. Aux joueurs, au staff technique, à ceux qui travaillent, mais surtout à développer tous les différents départements qui serviront à rendre ce club encore plus fort ».

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.