Guido FIENGA : “Mourinho et Pinto choisiront les joueurs”

Guido FIENGA, Administrateur-délégué de la Roma, s’est exprimé depuis le Roma Club Testaccio, auprès de la chaine Rete Sport.

D’où vient l’idée de Mourinho ?

« C’était une intuition des actionnaires. Quand l’occasion s’est présentée, ils y ont tout de suite pensé et ont su le convaincre. En très peu de temps l’accord a été conclu, c’est-à-dire juste avant qu’il ne soit annoncé. Les Friedkins sont très intelligents et apprennent vite. Je ne sais pas quand il pourra y avoir une conférence de presse ».

Les grands footballeurs arriveront-ils?

« Nous avons dit une chose et nous voulons que ce soit clair. Nous avons engagé Mourinho pour venir ici et nous apprendre à gagner. Et le chemin suivra les paramètres que nous nous sommes fixés. Le monde du foot a changé, vous voyez les meilleurs clubs qui ont dépensé des sommes inatteignables pour nous, et qui maintenant qui ne le feront plus. Tiago PINTO et MOURINHO choisiront les joueurs. Attendez-vous au sérieux du projet plutôt qu’aux coups ».

Concernant les abonnements ?

« C’est compliqué de pouvoir vendre maintenant car on ne connaît pas la disponibilité du stade, c’est une discussion qui change de jour en jour. On peut émettre une hypothèse sur la capacité, pour le moment c’est 25%. C’est peu. Tant qu’il n’y a pas de règles, il est impossible de pouvoir vendre des abonnements ».

La décision d’ériger un mur en termes de communication ces dernières années a créé une division entre ceux qui ont critiqué et ceux qui ne l’ont pas fait. Qu’est-ce qui ne s’est pas matérialisé au cours de ces 10 années ?

« Je n’aime pas parler du passé, j’aime analyser les erreurs. J’accepte la critique, mais ne la donne pas pour déclarer un principe de mauvaise foi. Nous pouvons faire des erreurs, mais nous faisons de notre mieux. Nous espérons faire de moins en moins d’erreurs, mais nous espérons trouver de l’enthousiasme et trouver quelque chose qui nous fait nous réjouir. Au centre de Rome il y a Roma et les tifosi. Même si nous voulons que la marque soit internationale, pourquoi ne pas consolider de plus en plus cette relation ? ».

Friedkins profite du “petit jeu”.

« Ils ont acheté Roma pour le gérer pendant longtemps, donc ce n’est pas un jeu mais un objectif dans lequel se battre et s’engager. Vous savez à quel point ils sont présents et actifs. Peu importe qu’ils ne parlent pas. Ce ne sont pas des actions pour gagner en visibilité. Rome paie pour sa régularité dans le maintient de l’esprit du football. Nous nous sommes opposés à la Super League parce qu’elle n’était pas un bon choix et n’a pas respecté la nature du football qui est un mouvement populaire et non commercial ».

Où sera construit le Stadio della Roma ?

« Le projet que nous avons suivi jusqu’à présent n’est plus considéré comme durable. Egalement, le COVID-19 a changé la donne. L’intention est de construire un stade, et seulement un stade, avec une capacité qui sera considérée comme convenable – plus ou moins aux alentours de 45 000 places -, aussi près que possible des supporters. Donc à proximité des zones où se trouvent déjà les fans, qui n’impliquent pas la migration de 60 milles personnes à chaque fois, pour les faire vivre au quotidien. Ce doit être la maison des romanisti, ils doivent donc l’avoir à proximité pour en faire l’expérience. À ce jour, nous n’avons pas encore réussi à clore la procédure Tor di Valle, nous ne pouvons donc pas aller plus loin. Les idées sont là, les critères sont ceux-là ».

Quelle évolution pour le football dans le futur ?

« Au cours des 10 dernières années, il y a eu une tendance à dépenser plus et à payer plus. Les dépenses ont ensuite été plafonné en fonction des revenus, puis avec le COVID-19, certains ont essayé de faire une sorte d’expropriation aux différentes ligues en en faisant une dans laquelle seules quelques équipes jouent, leur permettant de dépenser de plus en plus. Maintenant, nous devons contrôler les dépenses, réduire les coûts des transferts et des salaires. Ce qui ne veut pas dire acheter des joueurs moins fort ».

Totti est-il de retour ?

« Nous avons une excellente relation avec Francesco. Totti gère son affaire, il a d’excellentes relations avec Rome et cette propriété. Il fait évoluer les jeunes, il fait du scoutisme, c’est une relation qui marche. Il n’a pas besoin d’être à l’intérieur ou à l’extérieur, et il n’y a pas une telle demande de sa part. La relation est absolument bonne, elle est également bonne avec la propriété. Il n’y a pas d’adversités dérivées de faits anciens. C’est une relation de collaboration, car il fait certaines choses pour certains joueurs qui font également partie de nos équipes de jeunes. Il suit plusieurs jeunes et les fait grandir, ça nous va ».

Avec Mourinho, la Roma est-elle à nouveau intéressante pour les sponsors ?

« Elle l’a toujours été. La septième place n’a pas grand chose à voir avec le charme, nous avons commis une erreur à certains moments du championnat. Mourinho a redonné de la visibilité, il y avait des délais et tous les sponsors sont un peu reconsidérés, ce qui a en partie réduit les investissements. Nous aurons un nouveau sponsor technique. New Balance est important car nous sommes leur équipe phare. Pour les sponsors maillots certains seront confirmés et d’autres pourront changer. Maintenant ce n’est pas facile, car nous commençons tous avec une disponibilité budgétaire moindre ».

Sur le Campo Testaccio..

« Cela fait un an et demi que nous côtoyons tous les quartiers, par exemple avec les fresques des visages célèbres. Sur Campo Testaccio, nous savons que nous avons diverses initiatives, nous sommes conscients de la valeur de cette zone pour l’histoire de Rome et nous nous sommes rendus disponibles pour faire notre part en collaborant, en récupérant et en réalisant une partie de nos activités. La direction que la ville veut donner à cette zone n’est pas claire, mais nous avons donné la disponibilité à toute activité ».

Antonino

⚖️ Avocat-stagiaire (Belgique)⚖️ | 🐺 CM @AsRomaFrancophone twitter depuis 2013 🐺 |

Articles similaires