A la Une

El Shaarawy se livre : Ses débuts, son surnom, son arrivée à la Roma ou encore sa rencontre avec Totti.

Stephan El Shaarawy revient sur sa carrière et sa double aventure à Trigoria dans ‘Pitch moment’ sur 90min.com soulignant la grande fête après la victoire de la Conférence.

Votre premier souvenir lié au football ? 

« Donc, le premier souvenir que j’ai est une photo de moi avec un ballon numéro 5 – le plus gros – dans ma main qui était plus gros que ma tête. Dès que j’ai commencé à marcher, mon père m’a donné ce ballon dans la main et je me souviens qu’on allait dans les petits jardins en bas de la maison et j’ai commencé à donner des coups de pied ».


Quand avez-vous réalisé que vous aviez les moyens de réaliser ce rêve ?

« Disons qu’il n’y a pas eu de moment particulier. Il y a eu des étapes que j’ai franchies et trois ou quatre moments au cours de ma carrière qui m’ont fait prendre conscience que j’allais dans la bonne direction. Le premier a été à 11 ans quand je jouais pour Legino et que j’ai reçu la première lettre de Gênes, et à l’époque, être désiré par l’une des équipes les plus fortes de la région m’a fait me sentir privilégié. C’était une grande émotion, aussi parce que c’était l’équipe favorite de mon père et de mon frère. C’était un rêve pour tout le monde. Le deuxième moment a été lorsque nous avons joué un match contre une équipe de Gênes, le directeur sportif était Mario Donatelli, qui après le match est allé voir mon père et lui a dit que dans trois ans je ferais mes débuts en Serie A et le 21 décembre 2008 J’ai joué mes débuts avec Gênes à seulement 16 ans. Je n’arrive pas à cerner un moment précis, j’étais concentré sur ce que je voulais faire et je n’y pensais pas trop. Mon père était très bon, parce qu’il m’aidait toujours à me fixer de nouveaux objectifs à atteindre sans jamais être satisfait et que je pense que c’était la chose la plus importante. Puis est venu mon premier contrat professionnel avec Padoue et de là, j’ai déménagé à Milan. Là j’ai compris petit à petit que cette passion devenait mon métier »


Quand tu as commencé à jouer au football, tu étais déjà « Il Faraone ». D’où te vient ce surnom ?

« Le Pharaon est né quand j’étais à Gênes, dans la finale du Primavera Scudetto. Cette année-là, nous avons remporté le Scudetto, la Supercoppa et la Coppa Italia, nous avions une équipe très forte. Lors de la finale, nous avons gagné 2 à 1 contre Empoli et j’ai marqué le deuxième but qui nous a encore fait avancer, je suis allé sous les tribunes et j’ai fait le geste du Pharaon. Il y avait Gianluca Di Marzio qui commentait le match et de là est né le surnom »


Comment était-ce d’entrer dans le vestiaire milanais à 18 ans ?

« C’était une grande émotion, un autre rêve qui se réalisait parce que Milan était l’équipe que je supportais depuis tout petit. La nouvelle m’est parvenue le dernier jour où j’étais à Padoue, alors que nous saluions les fans sur une scène. Le directeur Foschi est venu me voir et m’a dit que mon agent et Galliani définissaient les dernières choses et que j’étais sur le point de devenir un joueur de Milan. Ce fut un moment vraiment émouvant. Je suis arrivé au ritiro le soir et les premiers que j’ai rencontrés ont été Abate et Nesta en train de prendre un café après le dîner. C’était vraiment un bon moment  »


Y a-t-il un objectif que vous affectionnez particulièrement et auquel vous vous identifiez ? 

« Mon premier but professionnel contre Reggina sur une passe décisive de Succi. C’était le premier but dans lequel je suis allé sous la curva pour célébrer, ce sont des moments qu’on n’oublie jamais ‘ »


Après Milan, tu as fais un tour avant d’arriver à l’endroit où nous sommes actuellement (Trigoria, ndlr). Que représente Rome pour vous ?

« La Roma pour moi a été une sorte de renaissance aussi parce que quand je suis arrivé à Rome je sortais d’une période difficile après mon expérience à Monaco et ils m’ont accueilli comme dans une grande famille. J’ai toujours exprimé mes sentiments envers ce club, qui est comme une deuxième maison, et envers les personnes qui le compose. J’ai reçu une affection incroyable dès le début et j’ai continué à la ressentir même après mon départ et cela m’a rendu encore plus heureux »


Comment s’est passée la première rencontre avec Francesco Totti ?

« Je dois dire que Francesco a peut-être été le seul des joueurs qui, dès que je l’ai vu, m’a un peu impressionné. Après, en le connaissant, on se rend compte que c’est vraiment un garçon splendide, facile à vivre et très humble. C’était un grand plaisir d’avoir joué avec lui  »


Pas seulement Francesco Totti, vous avez connu toute la dynastie des capitaines de la Roma : d’abord Daniele De Rossi et maintenant Lorenzo Pellegrini. Pouvez-vous les définir avec un adjectif ou avec quelque chose qu’ils vous ont transmis ?

« Daniele, je dirais, est un vrai leader, un leader, un gladiateur. Il y aurait beaucoup à dire sur lui comme sur Francesco. Ce sont deux ‘bandiere’ qui ont fait l’histoire de cette società. Daniele n’était pas seulement un leader sur le terrain mais aussi à l’extérieur. Pour moi et pour de nombreux joueurs, il a toujours été une référence capable d’entraîner l’équipe en disant toujours les bonnes choses au bon moment. Il savait comment vous motiver. Francesco était un leader plus silencieux capable de vous entraîner avec ses jeux et ses prouesses sur le terrainLorenzo est également prédestiné pour le chemin qu’il a parcouru. Il est revenu de Sassuolo et ils lui ont donné le brassard. Ce n’était certainement pas une pression facile à supporter car porter le brassard de capitaine ici à Rome après Francesco et Daniele n’était pas du tout facile. Il y avait de grandes attentes envers lui et il les a prise sur lui avec de la personnalité et de grandes performances sur le terrain. Moi qui ai aussi vécu à l’extérieur, car pour moi c’est un ami, j’ai vu une grande croissance sur le plan humain et je pense que cela a fait une différence. Il a trouvé un grand équilibre qui lui permet d’avoir une continuité dans sa performance et sans aucun doute il mérite tout cela »


Tu as vécu plusieurs soirées européennes avec la Roma, tu étais là contre Barcelone, contre le Shakhtar à ton retour. Un ensemble de nombreuses émotions et de nombreux sentiments. Que représentait Tirana et comment était-ce de voir les gens devenir fous et la ville enfin en fête ?

« Il y avait une super ambiance et même en demi-finale avec Leicester à domicile, il y avait un enthousiasme. Avant le match, en regardant le stade, j’ai parlé au staff et aux magasiniers et nous nous sommes dit qu’il serait impossible de ne pas gagner, car vous avez vu l’enthousiasme et senti la chaleur des gens qui vous poussaient. Une telle ambiance n’avait jamais été créée, pas même en demi-finale contre Liverpool, car avec Feyenoord, vous saviez vraiment que vous pouviez gagner un trophée. Ces fans le méritaient car ils nous ont toujours soutenus, même dans les moments les moins faciles et ils attendaient depuis longtemps de voir un trophée. C’était la bonne récompense pour nous aussi. Le lendemain, j’ai vécu certaines des plus belles émotions de ma vie, lorsque nous avons fait le tour de Rome en bus »


Quel conseil donneriez-vous à un jeune homme qui commence son parcours avec le rêve de devenir footballeur ?

« Je crois qu’il faut d’abord avoir la ferme conviction de pouvoir obtenir un résultat et d’atteindre un objectif. Il faut avoir de la persévérance et surtout trouver l’équilibre mental avant le physique car la réussite est bien plus difficile à maintenir qu’à atteindre. Ensuite il est important d’avoir toujours l’ambition de faire quelque chose de plus et quand on atteint un objectif il faut travailler pour développer encore plus ses qualités pour essayer d’atteindre des objectifs encore plus importants sans s’arrêter. A la base de tout il doit y avoir une grande dose d’humilité et la concentration sur ce qu’il faut faire sans jamais être satisfait »


Source
90min

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.