Suivez-nous :

Actualité

Un an avec Fonseca : “J’aime faire partie de cette famille”

Fonseca
photo : asroma.com

Le 11 juin 2019, Paulo Fonseca signait son contrat avec l’AS Roma. Un an plus tard, l’entraîneur portugais nous raconte ses mois passés dans la capitale, les défis auxquels l’équipe a été confrontée, la reprise du championnat et les objectifs futurs.

Vous souvenez-vous de vos sentiments ce 11 juin 2019 ?

« Je savais que j’arrivais dans un grand club, j’étais très motivé et il y avait beaucoup d’enthousiasme. La passion des tifosi de la Roma m’a fasciné et après un an je dois dire que nous avons passé plusieurs moments heureux ensemble. Aujourd’hui, je me sens totalement intégré à la Roma et j’aime faire partie de cette famille ».

Début juillet 2019, vous êtes arrivé dans la capitale, quel environnement avez-vous trouvé?

« Un environnement plein d’enthousiasme, marquant le début d’une nouvelle ère. J’ai eu la confirmation que l’atmosphère autour de cette équipe correspondait effectivement à ce que j’avais perçu de loin. Je connaissais pratiquement tous les joueurs et dès le premier jour j’ai tout de suite compris leurs qualités et leur professionnalisme ».

Quelle a été l’importance de la confirmation de Dzeko durant l’été?

« J’ai toujours cru en la permanence d’Edin. À ce moment-là, il avait la possibilité qu’il parte, mais après les premières conversations avec lui, j’ai eu la sensation qu’il pourrait rester. Ca se voyait sur le terrain, il s’entraînait chaque jour avec professionnalisme et engagement ».

Était-ce bon ou mauvais de jouer le Derby immédiatement à la 2è journée ?

« Nous sortions de notre premier match contre Gênes, où nous avons fait un match nul 3-3 et il était difficile de jouer contre la Lazio. Nous étions une équipe nouvelle, avec un nouvel entraîneur alors que de l’autre côté il y avait un groupe qui se connaissait depuis plusieurs années, avec le même coach. Le Derby n’a pas été un grand match de notre part, le match retour a été plus beau. La raison est certainement liée au peu de temps que nous avons passé avec nos joueurs, mais à partir de ce moment nous nous sommes engagés sur une voie positive ».

Tokidoki

Roma / Sassuolo a été le premier vrai match de l’ère Fonseca ?

« Ce fut un bon match, mais j’ai toujours eu confiance en mes joueurs. Contre Sassuolo, en effet, la performance a été très convaincante et à partir de là, le groupe a commencé à prendre confiance pour les défis ultérieurs. Même si la défaite contre l’Atalanta nous à rapidement ramenée sur terre ».

Que représentait ce défi pour vous ?

« La vérité est que tout le monde a perçu ce match comme très difficile. À juste titre, parce que dans le passé, il n’a jamais été facile d’affronter l’Atalanta. Ils sont très forts et eux aussi jouent avec le même groupe depuis de nombreuses années. Cette défaite, cependant, était importante pour nous. Nous avons pris conscience de nos moyens et nous avons compris ce sur quoi nous allions devoir travailler ».

En octobre, il y a eu un autre revers : était-ce un pas en arrière ?

« Roma / Cagliari a été un match malheureux. La performance était bonne, nous avons raté des occasions et ce n’est pas une justification. Nous devons marquer, je le sais, mais l’attitude était la bonne. Sampdoria / Roma a été le premier match de l’année à ne pas me réjouir du tout. Parfois, des matchs comme ceux-ci sont également nécessaires pour comprendre les erreurs que vous ne devez pas faire. Dans notre saison, c’est certainement l’un des matchs qui nous a fait comprendre la manière dont nous ne devions pas arriver sur le terrain. Après le challenge de Gênes, nous avons eu plusieurs blessures qui ne nous ont pas aidés et qui nous ont également amenés à jouer avec Mancini au milieu de terrain. Après deux matchs, cependant, j’ai revu la Roma que je voulais ».

Vous parlez de Udinese / Roma

« Exactement, nous avons démontré la volonté d’un groupe fantastique qui jouait ensemble. Nous étions un seul homme et nous nous sommes battus jusqu’à gagner 4-0. C’était vraiment une belle Roma ».

Photo : asroma.com

À Milan contre l’Inter, il y a eu un match nul sans but, au terme d’une bonne performance : une occasion manquée ou un bon point ?

« Je veux toujours gagner. Cependant on doit considérer plusieurs aspects. Dzeko, à ce moment là n’était pas à son meilleur, et il manquait Pau Lopez. Il nous manquait quelque chose dans les derniers mètres, mais c’était une belle Roma ».

Comment avez-vous vu l’équipe début 2020 ?

« Roma / Torino a été un match particulier, il en va de même pour Roma / Juventus où quelques incertitudes ont entaché une bonne performance de notre équipe. Le mauvais match de cette année est Sassuolo / Roma. L’équipe n’est pas descendu sur le terrain avec la bonne attitude et cette défaite a laissé une trace mentale chez les garçons et dans les matchs suivants nous avons perdu un peu de confiance ».

Comment vous êtes-vous relevé ?

« Grâce au bon parcours en Ligue Europa qui nous a conduit à gagner à nouveau en championnat. Battre Gent à domicile nous a conduit à relever la tête et à sécuriser une partie de la qualification pour les huitièmes de finale ».

Que représente pour vous l’Europa League ?

« Jouer le jeudi n’est pas facile et nous avons souvent pris le terrain pratiquement toujours avec les mêmes joueurs, mais pour nous, c’est une compétition très importante. Nous voulons aller le plus loin possible. Nous aurons Séville, nous connaissons tous leur histoire dans ce tournoi, mais ils affronteront une Roma qui aura la détermination de gagner ».

Quel a été le plus beau but de cette saison ?

« Je ne veux pas choisir un but esthétiquement beau, mais Plutôt un but important : Dzeko contre Bologne, au dernier souffle. Cela a représenté un moment important au niveau du caractère. L’équipe s’est battue pour remporter ce défi et la voir conquérir les trois points de cette manière était magnifique ».

Pendant les matchs, nous avons vue l’alternance entre le 4-2-3-1 et le 4-3-3 ou même utiliser la défense à trois. Comment évolue votre équipe selon le système de jeu ?

« Changer n’est pas facile, ou plutôt, vous avez besoin de jours à votre disposition et jouer des matchs rapprochés ne vous permet pas d’essayer d’assimiler certains concepts. Vous pouvez cependant le changer. Et nous l’avons fait, en gardant toujours nos principes, notre philosophie. Le système ne change pas les idées qui sont au cœur de notre jeu. Vous pouvez toujours changer. Surtout ici en Italie. Je ne suis pas un entraîneur lié à un seul système de jeu ».

Comment se passe la reprise après une longue période et après une si longue pause?

« Ce n’est pas facile de garder l’équipe motivée à la maison, mais je dois dire que les garçons ont fait un travail incroyable. Ils sont tous restés à Rome et ce n’est pas une mince affaire, ce n’est pas simple, cela ne s’est pas produit dans toutes les équipes. Depuis qu’ils sont revenus ici, j’ai tout de suite ressenti une chose : ils sont très motivés ».

Physiquement, comment vont les joueurs ?

« Nous avons fait beaucoup de tests et les joueurs, après deux mois, sont revenus en meilleure condition que quand ils rentrent d’un mois de congé ».

Quel football verrons-nous à la reprise du championnat ?

« L’intensité dans les premiers matchs peut être différente, mais après quatre ou cinq matchs, tous reviendrons à leur meilleur niveau ».

AS Roma

Jouer tous les trois jours entraînera-t-il beaucoup de turnover ?

« Absolument. Avec une telle densité d’engagements, il ne sera pas facile de garder les mêmes joueurs sur le terrain, il n’y a pas d’alternative. Le turnover sera obligatoire ».

En ce sens, êtes-vous favorable aux cinq changements ?

« Pendant cette période oui. Pour l’heure c’est important. Regardez combien de blessés il y a eu en Allemagne lors des premiers matchs. On va également joueur pendant des mois très chauds. Et puis c’est une option. Un entraîneur a la possibilité de le faire ou non, ce n’est pas obligatoire. ».

Conserveriez-vous les 5 changements à l’avenir ?

« Je ne pense pas. Cinq remplacements favorisent les équipes les plus fortes, celles avec une équipe composée de joueurs de haut niveau. Et dans ce cas, les adversaires seraient encore plus en difficulté. Il est préférable de garantir plus d’équilibre à tous ».

Comment va Zaniolo ?

« Il ne travaille pas avec l’équipe, mais il est sur le point de revenir. Il a très bien récupéré, il est en avance sur le calendrier, mais il n’e serait pas productif d’anticiper les délais. Dans les premiers défis, nous ne l’utiliserons pas, mais à partir de juillet, il sera à disposition ».

photo : asroma.com

La même chose pour Zappacosta ?

« Davide va très bien, il est prêt, il travaille normalement avec ses coéquipiers et sera une option valable pour cette période ».

Quel est votre objectif pour cette fin de saison ?

« Nous voulons retourner en Ligue des champions, même si nous savons que c’est une mission très difficile. Nos adversaires sont devant nous au classement et sont très forts. Il n’y a pas beaucoup de temps pour récupérer les points perdus, mais nous allons essayer, match après match. Une chose est sûre : nous serons une équipe plus forte que celle post lockdown. Nous montrerons ce que la Roma peut vraiment être à l’avenir. Pendant cette période, nous avons réussi à travailler sur différents concepts et les joueurs se sont toujours bien entraînés. Ils sont tous motivés. Il sera difficile de conquérir la quatrième place, mais nous voulons vraiment montrer qui nous sommes ».

Traduction en français de l’interview disponible sur asroma.com







Prochains matchs

22/10/20 à 18h55 : Europa Ligue J1
⚽ Young boys / AS Roma

22/10/20 dès 21h sur YouTube
🎙Debrief du match avec Rabal

24/10/20 à 15h00 : série A Primavera
⚽ Lazio U19 / AS Roma U19

Publicité

Articles récents

Connect
Inscription newsletter