Leonardo Spinazzola : « J’ai pleuré 3 ou 4 fois – Je n’étais plus moi même ».

Leonardo Spinazzola s’est exprimé au micro de DAZN sur sa blessure, la convalescence, sa famille et l’Euro.

Comment s’est passée cette mauvaise période? 

« J’ai eu des moments d’euphorie, de dépression et de joie. Ce fut un mix d’émotions ».


Quel a été le point culminant dans ton parcours? 

« Quand je suis revenu rapidement, je me suis demandé si je réussirais à faire les choses comme avant. Je voyais tout en noir. Quand j’ai vu que les résultats arrivaient, j’étais content. »


Tu t’es auto-imposé un retour trop rapide ? 

« C’était mon objectif. J’avais vu que d’autres étaient revenus en 4-5 mois. J’ai fait une interview au cours de laquelle j’ai dit que je serais de retour fin 2021. Mais ensuite, je suis resté positif avec l’objectif de revenir calmement. »


Quelle force ta femme et tes enfants t’ont donné? 

« Pendant ces 9 mois, ma femme a été incroyable. Elle a vu que je n’étais pas moi, je voyais dans ses yeux qu’elle était inquiète. Certains jours j’étais dans un autre monde, j’étais fatigué, même avec mes enfants. » 


Tu as beaucoup pleuré? 

« Trois ou quatre fois oui, surtout quand ça n’avançait pas comme je voulais. Je suis une personne qui s’obstine beaucoup. J’étais comme un taureau qui fonce sur un mur en béton jusqu’à ce que le mur s’effondre. »


Un mot sur la saison ? 

« Je dois reprendre le rythme de l’équipe. Je dois être capable de reprendre mes courses de 70 mètres pleine vitesse. On verra si je réussi à reprendre 20-25 minutes et puis on augmentera. J’espère qu’on finira bien en gagnant les matchs qu’il reste et qu’on finira haut au classement. J’espère une grande finale en Conference League ».


Italia / Macedoine du nord ? 

« Un anniversaire amer, comme pour tous mes coéquipiers et l’Italie entière. C’était déjà le cas avec le CT Ventura. Je savais que j’aurais pu apporter quelque chose à mes coéquipiers. C’était une grande désillusion. On se reprendra ».


Qu’est ce que cela aurait donné avec Spinazzola et Chiesa ? 

« On peut parler beaucoup, mais il y a des moments où tout va bien et d’autres où tout va mal. Je ne vais pas faire l’entraîneur et dire quelque chose sur le jeu, on a fait 30 tirs à 1 ».


Que reste-il de l’Euro?

« La beauté de ce qu’on a réussi à faire. Ça restera à vie ».


Qu’as-tu pensé quand Mourinho t’a convoqué? 

« Depuis le mois d’octobre, Mourinho me dit de venir sur le banc. Il m’a toujours encouragé. Quand il m’a vu sourire, il a commencé à me harceler (rire, ndlr). Je voulais retourner sur le banc, j’étais prêt à revenir au stade et puis juste avant le mois d’avril, je n’étais plus prêt à revenir ».

Antonino

⚖️ Avocat-stagiaire (Belgique)⚖️ | 🐺 CM @AsRomaFrancophone twitter depuis 2013 🐺 |

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.