Mourinho : « Certains joueurs abordent ces matchs de manière superficielle ».

José Mourinho s’est exprimé suite au nul 1-1 obtenu sur la pelouse du Servette Genès. Un nul qui ne permet pas à la Roma d’etre maitre de son destin pour la 1ère place du groupe lors du dernier match.

Match intense, les équipes se sont affrontées à visage découvert, on regrette les trois occasions manquées.

« Des occasions importantes, mais le début de la seconde mi-temps a également été important : quelque chose qui arrive souvent. Au vestiaire à la mi-temps, je martèle toujours cette situation d’entrée en seconde période contre une équipe qui perd 1-0, qui joue à domicile et qui va attaquerdu coté de ses supporters ».

« C’est logique qu’au début de la seconde mi-temps il y ait ce type d’attitude de la part de l’adversaire et nous sommes superficiels dans la façon dont nous interprétons ces moments du match. Il y a aussi des joueurs qui, encore une fois, ont raté une opportunité ».


Aouar ?

« Non, je ne parle pas d’Aouar, mais des joueurs en général. Il y a aussi des joueurs qui ont débuté depuis le banc. Et si en championnat ceux qui débutent sur le banc ont toujours une bonne disponibilité, une bonne concentration, dans ces matchs européens, surtout à l’extérieur, il semble que les joueurs qui sont sur le banc et, n’ayant pas l’habitude d’y aller, quand ils entrent , le font avec une attitude avec laquelle il ne parviennent pas à améliorer l’équipe ».

« Je ne pense pas que ce soit un drame de jouer les séries éliminatoires. C’est évidemment difficile, mais c’est aussi une motivation pour jouer contre une équipe importante qui vient de la Ligue des Champions ».

« Nous jouerons un autre match européen dans un Olimpico encore une fois à guichets fermés (l’entraîneur fait référence aux séries éliminatoires, ndlr), avec des tifosi qui personnes excités. Je ne veux pas dramatiser cette deuxième place, pour moi le plus dramatique ce sont les occasions manquées par certains joueurs et une attitude qui se répète, surtout au début de la seconde mi-temps, quand nous sommes en avance dans le match. résultat ».


Vous avez dit quelque chose d’important : à propos de la croissance de la mentalité, freinée par ces comportements.

TOTTI – 11/04/1999

« En fait, je ne comprends pas. J’ai joué 150 matchs de Ligue des Champions, qui sont bien plus importants – entre guillemets – que celui-ci, et ma motivation pour jouer ces matches est très élevée. Il semble qu’il y ait des personnes qui n’ont pas une grande histoire en Europe et qui jouent ces rendez-vous d’une manière qui pour moi est un peu superficielle ».

« Ce sont toujours les mêmes qui restent concentrés pendant 90 minutes et je n’ai pas besoin de citer de noms. Et puis il y a des gens qui sont un peu superficiels dans leur façon d’interpréter ce genre de matchs ».


Vous avez été obligé de mettre Cristante en défense : quand vous l’éloignez du milieu de terrain, l’équipe perd-elle un peu de stabilité ?

« Bien sûr. Malheureusement, il n’y a qu’un seul Cristante. S’il y en avait trois ou quatre, ils joueraient tous. Il n’y en a qu’un et il est un excellent exemple pour les autres. C’est un bel exemple à ce niveau. C’est un garçon qui joue avec une très grande concentration, sans aucune superficialité ». 

« Face à lui, Paredes a joué un autre match très sérieux, avec une grande coordination du jeu en phase de possession : il est champion du monde et joue des matchs de ce niveau sans superficialité. Ensuite, il y a des gens qui se sentent à l’aise avec cette superficialité et cela se voit dans les résultats ».


Est-ce que quelqu’un va devoir payer ?

« Il n’y a rien à payer. Celui qui vous fait payer pour ces choses est Guardiola, qui peut le faire : s’il n’en est pas content, au revoir, changez et il n’y a pas de problème. Ici, il n’y a pas de place pour ces choses-là : il y a de la place pour un coach qui doit continuer à marteler et à travailler chaque jour pour essayer de tirer le meilleur de ces gens-là ».

« Je le répète, le groupe est fantastique, ce sont de bonnes personnes, ce sont des gens sérieux, qui aiment la Roma et qui veulent réussir, mais c’est en partie une question d’ADN et en partie une question de zone de confort. Et si à domicile on arrive habituellement à injecter cette mentalité dans l’équipe, à l’extérieur c’est un peu plus difficile. Mais évidemment, nous aurions pu gagner même avec ces choses que je n’ai pas aimées ».


Quelle est l’importance des joueurs que vous avez mentionnés (Bergomi, un talent de Sky Sport, a posé la question) : le fait qu’ils soient des exemples positifs pour ces jeunes qui n’arrivent pas à se concentrer, en plus de ce que vous parvenez à transmettre au niveau du caractère.

« Bergomi sait parfaitement de quoi il parle et l’importance de ce profil de joueurs. Il était définitivement l’un d’entre eux. Nous avons ce type de personnes, que je définis comme superficielles, avec peu de responsabilités dans le sens de dire ‘monsieur, je suis là, je veux jouer, je veux jouer plus, je veux toujours le faire’ ».

« Ils ont un peu de crédit : si l’un d’eux frappe à la porte de mon bureau et me dit qu’il veut jouer plus, je lui répondrais “comment ça tu veux jouer plus ? tu joueras plus quand les autres seront morts”. Parce que les joueurs qui répondent présents sont toujours les mêmes ».


ODDI Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr & AmoRomaTour.com ⚡ Accrédité AS Roma 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)