A la Une

Mourinho sur Sassuolo / Roma : « Demain sur le terrain : Ibanez et 10 autres joueurs »

José Mourinho s’est exprimé à la veille du déplacement sur la peouse de Sassuolo. Match qui aura lieu ce mercredi 09 novembre 2022 à 18h30.

Quelle réponse attendez-vous des joueurs ? Et compte tenu de la blessure de Pellegrini, Volpato peut-il être son remplaçant ? Quelle est votre opinion sur son prétendu refus de rejoindre l’équipe nationale australienne ?

« Concernant la question sur l’utilisation du Volpato : le seul joueur que je confirme pour demain est Ibanez. L’équipe de demain est Ibanez plus dix. Et quant à la relation de Volpato avec l’équipe nationale, c’est avant tout une affaire personnelle. En tant qu’entraîneur, je me refuse de commenter les choix personnels ».

« Mais ce que j’ai compris, c’est que c’est le début de sa carrière, et le fait de grandir avec la Roma, et de jouer plus de minutes que la saison précédente signifie qu’il est dans un processus de croissance où il doit se concentrer sur la construction de son avenir et ne pas penser à certaines décisions. Peut-être aussi que quelqu’un veut accélérer un processus qui ne doit pas être accéléré ».

« Je m’attends à la réaction habituelle lorsque cette équipe perd un match. C’est un groupe de bonnes personnes, des gens qui souffrent quand ils perdent. On sait qu’à chaque fois qu’on perd un joueur, on se met en difficulté, on peine à trouver des solutions, mais au final quelque chose arrive toujours ».

« Je m’attends à un match très difficile contre une équipe très difficile, qui nous a donné deux matchs très difficiles l’an dernier. Et cette année, il y a encore plus de talent que la saison dernière. Cependant, j’attends tous les efforts possibles des miens pour retrouver le sourire. Sourire que nous n’avons pas depuis deux jours ».


revenons sur Ibanez…

« Il n’y a rien à rajouter. J’en ai déjà parlé. Demain, c’est Ibanez plus dix. Quelle que soit votre question, voici la réponse. Nous devons respecter ceux qui, depuis le jour de mon arrivée jusqu’à aujourd’hui, ont tout donné. Et parfois, même dans des situations difficiles »

« L’année dernière, nous avons eu une période où il était le seul défenseur central, avec Smalling blessé, Mancini et Kumbulla suspendus. Il était là à chaque match. Quand nous sommes allés à Séville cette année, je l’ai vu le matin et j’ai pensé qu’il lui serait impossible de jouer, et il a joué »

« C’est quelqu’un qui est toujours concerné. Quand nous gagnons, nous gagnons tous, et quand on perd, on perd tous. Pour moi, c’est intouchable. Il n’y a pas d’histoire. Cela m’aide à lire très peu de presse et pas de Social Media. Car au-delà de mon drôle de compte Instagram, où je poste des bêtises juste pour rire, je ne lis rien. Demain ce sera lui plus dix »


Une explication quant au meilleur rendement de la Roma à l’extérieur qu’à domicile ?

« A domicile, il y a trois matchs où nous n’avons pas marqué : Naples, l’Atalanta et la Lazio. J’ai aussi le droit de pleurer, n’est-ce pas ? Les autres entraîneurs pleurent, pleurent, pleurent et je ne le fais jamais : donc je vais pleurer aussi »

« Ces trois matchs se sont joués sans notre joueur le plus créatif (Dybala, ndlr). Le joueur avec le plus de buts, celui avec le plus de buts sur coup de pied arrêté, celui avec le plus de mobilité sur le terrain, celui qui peut ouvrir le bloc bas compact adverse. Et l’Atalante a joué comme ça »

« Nous ne parlons même pas de la Lazio, car c’était un exemple fantastique de ce que c’est que de jouer d’une manière qui, si je joue comme ça, me tuera. Mais l’important est de gagner et j’ai gagné de nombreux matchs dans ma carrière en jouant comme ça. Pour nous, quand ce joueur est absent, c’est difficile »

« Naples est différent. Le Napoli a joué un match contre nous en essayant de gagner. Ils défendent très bien, ils ont de bons défenseurs. Mais même ainsi, nous avons eu nos chances, et ce n’est pas facile pour nous, en raison de nos caractéristiques »

« Si vous regardez notre dernier match, si je ne me trompe pas, nous avons joué avec pratiquement la même équipe que l’année dernière, avec Mady au poste de Mkhitaryan. Cela signifie que le beau mercato que nous avons fait, avec tant d’efforts, avec tant de dévouement, avec tant de sacrifices, avec tant de bon travail par le directeur et par la société, ce mercato ne joue pas maintenant »

« Dybala, notre homme fondamental – je dois pleurer aussi, un peu – n’a pas joué depuis combien de matchs ? Contre tous ces grands, il n’a joué aucun match »

« Il a joué contre l’Inter, a marqué et nous avons gagnéIl a joué contre la Juve, a fait une passe décisive et nous avons fait match nul. Il ne joue pas ces trois matchs à domicile et nous sommes en difficulté »

« Ensuite, il y a Lorenzo, qui est un peu plus multifonctionnel, qui joue au milieu de terrain quand il le faut. C’est l’autre joueur qui a cette lumière qui s’allume là. mais il joue trop, trop de matchs, trop de minutes, et ça le met en difficulté. Et de temps en temps, étant un joueur avec une certaine faiblesse musculaire, se blesse. Il n’est pas non plus à 100% à chaque match. Ensuite on joue nos matchs qui, quand on marque, c’est très difficile de perdre, car c’est une équipe solidaire et homogène, au-delà de quelques matchs, comme avec l’Udinese, où ça a été une catastrophe totale »

« Nous sommes une équipe compacte qui prend des points. Et avec les points pris, en ce moment nous avons les mêmes points qu’il y a un an après 15 matchs. Ça veut dire que, si on marque quelques points contre Sassuolo ou à domicile contre le Torino, après 15 matchs on peut avoir deux points, un point, quatre points, six points de plus que l’an dernier »


Actuellement, il y en a déjà trois de plus.

« Je pense au quinzième match, au moment de la pause. Et avec toutes ces difficultés, on est là, on fait juste notre boulot. Et nous essayons de combattre nos problèmes. Cependant, nous ne pouvons pas cacher que nous en avons »


Êtes-vous satisfait de l’évolution individuelle de certains joueurs après la finale à Tirana ?

« Mancini est meilleur cette année que l’an dernier : beaucoup plus équilibré, beaucoup plus contrôlé. Il n’a pris que trois cartons jaunes dans tous ces matchs »

« Je pense qu’Ibanez, au-delà de cet épisode dans ce jeu, est très équilibré. Il y a une chose qui a aussi une influence générale pour moi : nous avons perdu trois milieux de terrain. Trois. Trois. Tous trois peuvent être définis comme propriétaires : Mkhitaryan, Veretout et Sergio Oliveira. Wijnaldum n’a même pas joué à un match. Donc, au milieu de terrain, nous n’en avons que deux, pas trois. Et des deux, l’un est un gars qui est arrivé le dernier jour du marché des transferts (Camara, ndlr), qui grandit petit à petit, mais qui cherche encore la dynamique collective de l’équipe : les mouvements offensifs et défensifs. . Il va mieux, mais il la cherche. L’autre est Nemanja, qui n’est pas venu pour jouer avec Cristante, et qui se retrouve souvent à côté de Cristante »

« Malheureusement, nous avons eu des problèmes inattendus sur ce mercato comme sur celui de l’année dernière. Parce que quand Spinazzola se blesse au Championnat d’Europe, nous avons dû avoir une réaction inattendue et, sur le mercato, nous avons dû aller dans une direction que nous ne voulions pas prendre. Malheureusement, nous avons eu ce genre de blessures »

« Aujourd’hui, je pleure beaucoup et je n’aime pas beaucoup pleurer. J’aime dire : ok, tous ces problèmes ont ouvert une porte : à Volpato, à Zalewski l’an dernier, ils ouvrent progressivement la porte à Bove. Et je vous dis déjà, pour ne pas vous surprendre, que bientôt Tahirovic jouera et peut-être qu’il sera titulaire, car je vois une belle évolution depuis qu’il s’entraîne avec nous. Et nous voyons aussi les choses positivement »

« Voyons : il reste deux matchs avant l’arrêt, voyons les points que nous pouvons prendre et voyons le classement que nous aurons à ce moment là, même si ce n’est pas la moitié du championnat. Un stop à mi-parcours du championnat aurait été plus logique »

« Quant à ta question, y a-t-il des personnes dont j’attendais plus ? Oui, je ne peux pas me cacher, je ne peux pas dire que je suis satisfait de l’évolution ou de l’involution de certains joueurs »


Même au niveau du comportement, pour être clair : Karsdorp sort et se dirige directement vers les vestiaires.

« Il est revenu. Il est revenu deux minutes plus tard. Vous ne savez pas ce qu’il est allé faire »


Une urgence ?

« Non, tu ne sais pas ce qu’il a fait. Tu ne sais pas s’il a pris de la glace, car il souffre constamment : c’est un garçon qui s’il n’a pas de problème au genou en a à l’adducteur, ou alors il a de la fièvre. Je l’ai vu là, après deux minutes sur le banc. Je ne voyais pas ça comme une attitude. Ce n’est pas un problème. Le problème que je vois, que nous pouvons ou devrions améliorer, c’est l’acceptation d’un défi différent de celui de l’année dernière »

« Montée en mentalité, responsabilité, ambition : le fait de ne pas être satisfait d’avoir atteint ce niveau ici et d’être content d’essayer d’aller au-delà. Et nous ne parlons pas de Karsdorp, mais en général. A ce niveau, oui. Par exemple, si j’avais été satisfait de ma carrière en 2010… »


Vous auriez arrêté ?

« Et peut-être que j’avais des raisons d’être satisfait de tout ce que j’avais accompli à ce moment-là. Je pense que c’est un peu la même chose pour les joueurs : ils doivent toujours exiger plus d’eux-mêmes, jusqu’au dernier jour »


Envisagez vous un changement de module, peut-être dès le prochain match ? Ensuite, vous avez dit que Matic et Cristante n’étaient pas fait pour jouer ensemble : alors pourquoi Camara est il sorti lors du Derby ?

« Bonne questionParce qu’il n’y avait pas de Wijnaldum, parce qu’il n’y avait pas de Mkhitaryan. Vous jouez avec ceux que vous avez. Malheureusement, nous n’avons pas beaucoup de joueurs et quand nous avons des problèmes dans l’effectif, nous avons plus de difficultés. Simplement ceci. Je ne fais pas le module : les joueurs le font avec leurs caractéristiques »


On a souvent parlé d’Abraham en termes de buts, mais l’an dernier, il avait presque le même score. Cette année pourtant, je le vois plus absent, moins dans le cœur du jeu.

« C’est peut-être une bonne question à lui poser. C’est la personne idéale pour vous répondre : ‘j’ai un problème, je n’ai pas de problème, je suis absent, je ne suis pas absent, je pense à la Coupe du monde’. Je ne sais pas. C’est la personne idéale pour vous répondre. Il faut attendre qu’il vienne en conférence de presse pour lui poser cette question »


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.