AS ROMA équipe 1Conférence de presseSérie A

AS Roma / Sassuolo – Mourinho : « Je ne pense pas au turnover – les meilleurs joueront – Tous disponibles sauf Vina »

José Mourinho a donné aujourd’hui à Trigoria la traditionnelle conférence de presse de veille de match. La Roma recevra Sassuolo demain dimanche 12 septembre 2021 à 20h45 au stadio Olimpico pour le compte de la 3ème journée de série A.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

La relation sélections nationales et clubs est un problème ancien. Des joueurs qui reviennent à la dernière minute dans leur club avant la reprise des championnats. Votre idée là-dessus ?

« Mon idée? Vous avez raison, c’est un problème depuis de nombreuses années. Mais vous avez aussi raison de dire qu’il est difficile de trouver une solution. Les clubs et les équipes nationales ont des intérêts différents. J’ai décidé de ne pas perdre de temps à penser à des solutions ou à des choses que je ne peux pas contrôler. Évidemment, dans notre cas, il n’est pas facile d’accepter qu’un joueur joue le jeudi à minuit et qu’il arrive à Rome le samedi matin. Cependant, nous avons peut-être la chance de n’en avoir qu’un. D’autres clubs peuvent avoir des situations plus compliquées. J’ai décidé de ne pas pleurer, de ne pas être négatif, je veux être positif. Il n’y a rien à faire de toute façon, il faut faire avec  ».

Félicitations pour le millième match sur le banc avec les compliments de Sir Alex Ferguson. Questions : Où en est Zaniolo et vous attendiez à le voir déjà à ce niveau ?

« Merci. J’en profite pour remercier la League Manager Associations, je vais faire partie du club des 1000 au Hall of Fame. C’est une belle chose. Bien sûr, je remercie Sir Alex pour ses parolesJe remercie également Dionisi de Sassuolo pour ses paroles. J’ai beaucoup de respect pour lui, et pour cette nouvelle génération d’entraîneurs qui font des parcours comme le sien. Comme Italiano et d’autres. Un parcours qui les mène là où ils sont, avec beaucoup de mérite. 
Zaniolo ? Le club a été prudent l’année dernière car il était déjà question que Nico puisse s’entraîner avec l’équipe première, jouer quelques matchs ou être appelé pour la fin de la saison. On parlait aussi de sa possible présence à l’Euro. Le club a été prudent et le garçon a attendu le bon moment, faisant preuve de grande maturité.
Il a pris son temps et s’est très bien préparé en pré-saison. En ce moment, c’est quelqu’un qui a complètement oublié le problème qu’il a eu, il a confiance en son corps, il a confiance dans les personnes qui travaillent avec lui, et il va bien. Je pense également que c’est une bonne chose pour lui d’avoir un nouveau Carles Perez. Le Carles Perez de Barcelone n’était pas celui de Rome. Cette année, nous voyons un Carles Perez confiant, qui va bien quand il joue. Avoir Nico et Perez dans la même position est fantastique pour l’équipe et pour eux. Dans l’équipe nationale, il a joué en 9, c’était le choix de Roberto. Roberto ne me commente pas et je respecte ses idées. En équipe nationale, celui qui décide pour Nico décide bien ».

Zaniolo est-il celui qu’il était avant la blessure ? Et puis, du haut de vos 1000 matchs, Zaniolo vous rappelle-t-il des talents que vous avez formés ou rencontrés ?

« Il est plus facile pour vous de comparer ce Zaniolo à celui d’avant la blessure. Mais lorsqu’une comparaison est faite, la comparaison est également faite sur un garçon plus âgé qu’il y a deux ans. Avec deux ans de plus, il a eu le temps de réfléchir à sa vie qu’il vivait à 200 km/h. C’est un garçon avec plus de maturité. 
Y a-t-il une marge d’évolution ? Sûrement. Je serais un très mauvais entraîneur si je n’avais rien à donner à un garçon de 22-23 ans. Il a certainement beaucoup plus à donner, Il doit apprendre, mieux connaître le jeu, être capable de jouer tactiquement de deux manières différentes. Il doit comprendre comment jouer contre une équipe avec un bloc bas ou avec un pressing haut. Apprendre beaucoup de choses qui arriveront avec l’expérience.
Mais c’est un gars qui apprend bien, super professionnel. Certaines informations que j’ai eues avant d’arriver m’ont dit qu’il avait parfois peu de maturité, peu de responsabilités. Je peux dire le contraire. Même le rouge qu’il a pris avec la Fiorentina avec deux jaunes, ce n’était pas un rouge stupide. Il voulait aider l’équipe, avoir une transition positive pour l’équipe. Je ne peux que dire du bien de lui. Notre relation est bonne, calme, ouverte. Il se sent à l’aise avec moi, tous les jours. Je suis content pour lui. Le comparer avec certains joueurs que j’ai eu ? Je n’aime pas beaucoup faire des comparaisons, mais il n’y a pas beaucoup de joueurs avec son potentiel physique et technique ».

Vous attendiez-vous à un tel impact de Abraham ? Et Pellegrini a t-il écouter votre conseil de signer sa prolongation après la pause ?

« Pellegrini ? chaque jour qui passe est un jour qui le rapproche de plus en plus de la signature de son contrat. Pour moi, il n’y a pas d’histoire là-dedans. Je le veux, le club le veut et lui veut tellement rester avec nous. La situation est très proche d’une conclusion positive. Évidemment, son agent essaie de faire au mieux pour son client. Il veut être ici avec nous, faire partie de notre projet. Au début, je devais comprendre les choses, apprendre à connaître les joueurs non seulement individuellement, mais aussi en groupe. Même quand Dzeko était ici, je n’ai jamais voulu décider de qui serait le capitaine.
Je voulais comprendre le groupe, sa culture, sa personnalité. Sans n’avoir rien dit publiquement, Pellegrini est notre capitaineMancini est le deuxième et Cristante est le troisième. Mais ce capitaine doit être un capitaine pour aujourd’hui et pour demain. Pour cette raison, je n’ai jamais officiellement dit que Pellegrini était notre capitaine avant de signer le contrat. Mais je suis tellement convaincu qu’il signera bientôt. Je peux dire qu’il sera notre capitaine pour de nombreuses années, avec deux bons capitaines comme Mancio et Cristante avec lui ».

« L’impact d’Abraham ? En tant que joueur je m’y attendais, mais après il y a toujours un doute lié à l’adaptation. Il venait de son habitat naturel, il vivait avec sa famille à Londres. Un garçon de Londres sera toujours un garçon de Londres. Le doute ne portait que sur son adaptation. Mon doute s’est alors arrêté là. Je pense qu’il aime vraiment être ici. Il est déjà parfaitement intégré à l’équipe d’un point de vue humain. Il a ses amis, il a une vie avec eux ici, mais aussi une vie avec eux en dehors de Trigoria. Nous sommes très heureux avec lui et il est très heureux avec nous ».

Votre avis sur la Coupe du monde tous les deux ans ? Et vous sentez-vous changé d’un point de vue tactique ? peut-être pour vous aligner sur la nouvelle génération d’entraîneurs comme Dionisi dont vous avez parlé ?

« Je ne veux pas parler des équipes nationales. Le jour où j’entraînerai une équipe nationale, à 80 ans, je répondrai à cette question sur la coupe du monde. Maintenant, je ne veux pas répondre. Pour le reste, je dis non. Je suis différent comme nous sommes tous différents. Toi aussi, peut-être, avant tu avais plus de cheveux qu’aujourd’hui… C’est juste l’évolution naturelle des choses. Les moyens dont nous disposons, au niveau de l’analyse du jeu, entraînent inévitablement des changements dans les idées et dans la manière de travailler. 

A l’époque de Barcelone et de Porto, j’étais analyste de match. J’allais au stade avec un stylo et du papier. C’est ainsi qu’on faisait les analyses. Après mon retour à la maison, si j’avais la chance d’avoir la vidéo du match, il fallait mettre la cassette … Par rapport à aujourd’hui, c’est une chose totalement différente. Et cela implique aussi un changement au niveau de l’analyse, du travail. Je ne dis pas qu’aujourd’hui c’est plus facile grâce à toutes les informations que vous avez, mais vous devez être meilleur pour rendre les informations qui sont bonnes pour vous et pour ce qui doit atteindre les joueurs. »

Comment vont Pellegrini, Zaniolo et Smalling ?

« Tout va bien. À l’exception de Vina qui est arrivé il y a une heure, les autres sont tous disponibles pour jouer ».

La Roma va jouer 7 matchs en 21 jours. Pensez-vous au turnover ?

« Je n’ai pas encore pensé au turnover parce que je n’ai pas encore pensé aux sept matchs. Je comprends ce que tu dis et je le sais. J’ai un écran dans mon bureau avec tout ça, mais je ne pense qu’au match de demain. Pas même à celui d’après. Et demain, il n’y aura pas de turnover. Les joueurs qui sont les meilleurs pour ce match joueront. Comme je l’ai mentionné plus tôt, si un jour Carles Perez joue et pas Zaniolo pour moi ce n’est pas du turnover, mais une option. Quand vous avez de bons joueurs dans la même position, c’est comme ça. Karsdorp-Reynolds ? Ibanez peut également être un arrière latéral. Evidemment pas un latéral offensif, mais un latéral de stabilité. Il a fait ça en pré-saison, et il peut le faire ».

Le mercato est fini. Manquez-vous d’expérience dans l’équipe et pensez-vous faire des ajustements en janvier ?

« la chose importante, est que moi, le directeur et la società sommes tous d’accord. Si je dis que nous avons besoin d’un joueur de plus, ils ne disent pas non. Nous sommes tous d’accord. Cependant, il y a des circonstances dans lesquelles parfois ce n’est pas possible. L’expérience ne s’achète pas, elle se construit. Nous ne pouvons pas avoir d’autres joueurs avant janvier, le mercato est fermé. Nous devons penser aux joueurs que nous avons : Reynolds, Zalewski, Bove, Calafiori. Pour eux aussi, c’est un moyen de grandir. La vérité est que si nous comparons notre effectif à celui des clubs qui sont en haut du classement, il y a une différence significative. Mais je ne veux pas en parler. Je fais confiance aux jeunes. S’ils doivent jouer, ils joueront. Après, nous verrons ce qui se passera en janvier ».

Êtes-vous plutôt inquiet pour la récupération physique des équipes nationales ou pour trouver la concentration nécessaire pour affronter un match difficile ?

« Aucun de vous ne m’a posé de question sur Sassuolo… Je dois parler de Sassuolo. C’est une équipe très difficile à jouer. Et je ne dis pas cela uniquement en fonction des résultats de la Roma contre eux ces dernières années. Je dis cela avec conscience. C’est une équipe difficile, il faut qu’on joue très bien si on veut les trois points
Je ferais avec les joueurs qui peuvent bien faire pour nous. Je ne pense pas à la Conference League, à qui a été occupée en équipes nationales. Cristante et Mkhi ont joué 90 minutes il y a deux jours. On verra aujourd’hui, mais ils semblent prêts pour jouer. Mancini et Pellegrini ont récupéré sans problème. Zaniolo aussi. Nous sommes là et nous devons essayer de gagner ».

Afficher plus

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de pub pour continuer à naviguer sur notre site