A la Une

Mourinho : « La Lazio a dépensé 39 millions, sont-ils da scudetto ? ».

José Mourinho s’est exprimé en conférence de presse à la veille de la 1ère journée de Serie A. La Roma se déplacera ce dimanche à 20h45 sur la pelouse de la Salernitana.

Ancelotti dit que le Milan, l’Inter et la Juve sont devant et que la Roma est la quatrième force. C’es comme ça ?

« Ancelotti est Ancelotti. Il sait tout sur le football, il sait tout sur ce métier, il sait beaucoup sur ce club et cette ville, et bien sûr il sait tout sur la Serie A. Ses paroles doivent toujours être écoutées et respectées. Ensuite, vous pouvez être d’accord ou non. Pourtant, Carlo est Carlo ».


Maintenant que le mercato est l’épilogue, la frustration estivale est-elle passée ?

« Tout d’abord, le mercato n’est pas terminé, malheureusement… Je dis malheureusement, car c’est une chose qui ne m’a jamais plu : la saison commence, le championnat commence et trois ou quatre matchs se jouent avant la fin du mercato. Faire une évaluation maintenant, je pense que c’est prématuré ».

« Je pense qu’il vaut mieux attendre. Parce qu’il me semble évident que nous avons pris cinq joueurs pour 7 millions, et le fait que nous ayons cinq joueurs de cette qualité pour 7 millions signifie que nous avons très, très bien fait. Cependant, évaluer maintenant quand le mercato est encore ouvert, tant pour les entrées que pour les sorties, est prématuré. Mieux vaut attendre ».


Je voulais savoir si le mot frustration a disparu.

« La frustration est peut-être un mot trop fort en ce moment. Parce que la vérité est que nous en avons pris cinq utiles pour améliorer notre équipe. Évidemment, deux joueurs importants pour nous sont partis : Mkhitaryan et Veretout. Miki était un titulaire absolu et Veretout, s’il ne l’a pas été toute la saison, faisait parti des douze, treize éléments les plus utilisés ».

« On a pris quatre joueurs de champ et un très bon jeune gardien. Parler de frustration, c’est trop. Au contraire, je dois parler d’une grande satisfaction, car j’aime ces cinq joueurs. J’ai dit ‘oui, allez’. Car évidemment aucun des cinq n’a été pris par le club et le directeur sportif (Tiago Pinto, ndlr) sans que j’en sois content. Nous avons une relation qui empêche ce genre de situation. Et parler de frustration est impossible. En effet, il faut applaudir : avoir pris ces cinq pour 7 millions, c’est fantastique ».

« Si vous me demandez ensuite si j’ai besoin de quelque chose de plus pour avoir un plus grand équilibre, et plus de chances d’avoir une saison sans craindre des imprévus, alors je réponds que oui il nous faut quelque chose de plus. Mais pour ces cinq joueurs de cette qualité, je ne peux qu’applaudir le travail réalisé par le directeur et le club ».

Photo : asroma.com

Cette équipe a un très fort esprit de compétition, débordant souvent sur des principes de bagarreurs. Pour vous, est-ce un élément positif ou faut-il le corriger ?

« Je n’ai pas vu cela. Je n’ai vu qu’une équipe de garçons sérieux, qui dès le premier jour ont toujours travaillé dur. Tous les matchs amicaux ont été joués dans le but de s’améliorer, d’être compétitifs. Il n’y a pas eu de ‘bagarre’ ».


Vous faites généralement encore mieux dans les deuxièmes saisons que dans la première. Cela dépend de quoi ? Et comment faire mieux à Rome ?

« D’habitude, la deuxième saison signifie plus de temps de travail, cela signifie plus de conscience de qui nous sommes, des joueurs que nous avons, du potentiel des adversaires. Quand vous changez de pays, comme je l’ai souvent fait jusqu’à présent, vous comprenez même la culture meilleur football, la philosophie et le potentiel des autres équipes ».

« Ce n’est pas seulement vrai pour moi mais pour tous les entraîneurs : en deuxième saison, il y a les conditions pour faire mieux. La vérité, c’est qu’en Europe, pour faire mieux, il faut gagner la Ligue Europa. Et dans la Ligue Europa, il y a des équipes qui ont un potentiel économique sans précédent, aussi éloignées que la Terre de Mars. Des gens qui dépensent 100, 150 millions d’euros chaque saison. Cependant, nous irons en Ligue Europa pour jouer notre jeu, en essayant de faire du mieux que nous pouvons ».

« En championnat, nous avons terminé sixième. Jusqu’à présent, je peux dire que notre équipe s’est améliorée. Mais les autres se sont également améliorés. Pour cette raison, dans cette période que je ne qualifierais pas de silence, mais où je n’ai pas eu la nécessité de vous parler, cela m’étonne un peu quand on parle de nous d’une manière qu’on ne parle pas des autres : pour dire que la Rome est l’un des candidats pour le Scudetto ».

« Je peux le comprendre s’il y avait 18 titres de champion, car seuls la Sampdoria et Lecce ont dépensé moins que nous. Milan et Inter, juste pour donner un exemple, ont terminé avec 25 et 23 points de plus que nous et ont amélioré leurs équipes. Comment serions nous candidats à …? ».

« Il y a beaucoup de bruit autour de nous car on a fait un match intéressant contre Tottenham, on a aussi fait un bon match pour l’ambiance contre le Shakhtar. On parle de nous et c’est le silence autour des autres équipes. La Lazio a dépensé 39 millions : sont-ils candidats ? S’ils le sont, alors ok, parlons de nous ».

« Mais parler de nous semble vendre un produit irréel. Notre Scudetto qui a déjà été gagné est le Scudetto de l’amour des supporters : jouer des matchs amicaux avec le stade à guichets fermés, avec la passion qui existe, avec la relation qui existe, avec la confiance qui existe. C’est notre Scudetto ».

« Nous n’en avons jamais parlé, on a toujours dit qu’il y avait un projet et du temps. Nous ne sommes pas une équipe pour faire ce genre d’investissement massif. Temps : treize mois, c’est le premier de la deuxième saison. Quelqu’un comme Ancelotti le comprend. Mais Ancelotti ne vend pas de fumée, Ancelotti entraîne le plus grand club du monde et gagne. Il ne vend pas de fumée, il ne vend pas d’histoires. Il y a tellement de gens qui vendent de la fumée, qui vendent des histoires et qui ne vendent pas la vérité ».

« La vérité est que nous avons amélioré l’effectif par rapport à l’année dernière, nous voulons faire mieux principalement en championnat, où nous avons terminé sixièmes. Mais ne vous inquiétez pas, laissez nous travailler et parlons de la Salernitana, car il y aura un match difficile demain ».


Avez-vous déjà été touché par l’idée de revenir à la défense à quatre ? Et puis, est-ce que quelque chose change dans le projet tactique de Roma ?

« La défense à 4 est quelque chose sur lequel il faut travailler. Et ce que nous avons fait, principalement en seconde partie de saison dernière, c’est travailler sur la défense à trois, plus adaptée aux caractéristiques de nos joueurs. Nos défenseurs centraux se sentent tous plus à l’aise à trois. Nos arrières latéraux, ceux qui ont joué l’an dernier (Karsdorp et Zalewski), sont beaucoup plus à l’aise dans une défense à trois, faisant les ailiers. Et c’est pourquoi nous sommes allés dans une certaine direction ».

« Cette année, nous avons la possibilité de jouer à quatre, mais nous devons y travailler. Parce que nous sommes un Club où, pour faire ce type de transformation, nous avons besoin de temps de travail, parce que nous ne pouvons pas faire comme toutes les équipes de la ligue anglaise font et certaines en Italie, où quand quelqu’un veut changer, il prend et achète. Nous ne pouvons pas le faire. Pour jouer à quatre, nous devons travailler avec les joueurs que nous avons ».

« L’année dernière, il y a quelque chose que je n’ai pas tellement aimé : d’habitude, quand on était devant au score, on avait l’impression de vouloir juste contrôler la situation positive. Parfois oui, mais parfois non. Parfois, il faut être conscient de son potentiel, et être capable de clore un match, car un match avec un avantage minime reste ouvert ».

« A voir l’évolution de l’équipe. Nous avons certaines limites, je ne veux pas le cacher. Mais, en même temps, on a aussi du potentiel, on a un groupe de joueurs dont la principale qualité, c’est le jeu avec le ballon, c’est la création, et en ce sens j’espère qu’on pourra faire équipe avec ces deux versions. D’un côté, être capable de gérer, et de ne pas faire des choses comme l’an dernier parfois, quand on a perdu à domicile face à la Juventus. Et d’autre part, en même temps, pouvoir se sentir fort, dominant, se sentir capable de boucler un match au plus vite ».


A quel match vous attendez-vous demain ?

« Tout d’abord, je tiens à féliciter un entraîneur (Davide Nicola, ndlr) pour qui, le moment venu de faire le choix de la ‘panchina d’oro’, je voterai pour lui. Il a connu une mi-saison quasi épique, où l’équipe était en grande difficulté, et il a réussi à faire ce qu’il a fait. Tout d’abord, félicitations à M. Nicola ».

« Et puis, comme toujours au premier championnat – peu importe si tu joues à domicile ou à l’extérieur – je m’attends à une course passionnante, dure, voire difficile à gérer. Plusieurs fois, l’émotion vous dit que vous avez travaillé pendant deux mois pour ce jour. Ce n’est pas la vérité, nous travaillons depuis deux mois pour les dix prochains mois. Ce sera un match difficile, sur un terrain difficile, face à un club qui a dépensé quelque chose comme quarante millions pour embaucher dix joueurs ».

« La Salernitana est devenue très forte. Pour cette raison, j’envisage ce match non seulement avec la responsabilité habituelle, mais avec la conscience que ce sera très difficile pour nous ».


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.