A la Une

Mourinho sur Roma / Napoli : « Naples est favori, mais parfois le favori perd »

José Mourinho s’est exprimé à la veille de la réception du Napoli à l’Olimpico. Match qui aura lieu ce dimanche 23 octobre 2022 à 20h45 comptant pour la 11è journée de Serie A.

C’est un match important, chargé de sens, comment la Roma se présente t-elle à ce défi ?

« Nous avons Dybala, Wijnaldum, Darboe et Celik indisponibles. Peut-être que Celik sera en mesure de jouer pour le prochain match de championnat. On est dans une bonne condition, après tant de matchs d’affilée, on a eu une semaine de travail, une semaine pour récupérer des joueurs qui ont cumulé beaucoup de minutes et qui avaient besoin de récupérer ».

« Il n’y a pas grand chose à dire, nous affrontons les premiers du classement. Une équipe qui se classe première après 10 journées a déjà un sens, peut-être qu’après deux ou trois matchs ce n’est pas le cas, mais après 10 – avec 30 points disponibles -, celà a un sens. On le sait, on joue contre les leaders. On a le droit de jouer, on a le droit de penser qu’on a vraiment envie de jouer. L’opinion générale est que Naples est favori, mais parfois le favori perd ».


Avec les cinq joueurs au milieu de terrain, avec trois médianes, il semble que l’équipe sur le terrain va mieux. Est-ce une formule qui peut être confirmée ? Et, en général, Zaniolo peut-il être un intermédiaire au milieu de terrain ? 

« Je pense que Zaniolo est encore à un moment de sa carrière où il doit grandir, il doit comprendre son jeu, il doit améliorer son interprétation. En ce sens, lorsque vous êtes un joueur plus offensif, vous êtes généralement plus instinctif. Quand on est un milieu de terrain, un meneur de jeu, il faut être un joueur plus cérébral, il faut comprendre les moments, mieux comprendre le jeu. Il est à l’étape de sa carrière où il a besoin de mieux comprendre cela ici »

« Ce que j’aime vraiment chez Nicolò, même dans le match contre la Sampdoria, c’est qu’il me montre clairement une croissance émotionnelle. Habituellement, Zaniolo qui ne débute pas le match est un joueur triste, plus individualiste, qui pense plus à lui qu’à l’équipe. Contre la Sampdoria, il a débuté sur le banc avec une seule idée en tête : « Je suis un joueur de la Roma, je veux que mon équipe gagne, je comprends le choix du coach » »

« J’ai vu un Zaniolo avec une grande tranquillité, c’est pour moi une phase de croissance que j’aime beaucoup. Je ne sais pas si la question viendra, au cas où je l’anticipe : trois matchs de suspension en Europe me paraissent hallucinants. Je ne comprends pas. Le rouge pouvait être jaune. Si l’assistant a décidé de l’expulser, une journée de disqualification aurait déjà été une punition importante. Trois matchs me semblent trop »

« Sur ce garçon, c’est toujours exagéré. Dans ce cas, je dois le défendre, je ne voulais pas le faire avant la sortie. Maintenant que c’est sorti, je le fais. Ce n’est pas tant parce que je n’aurai pas ce joueur pour deux matchs importants, mais plutôt à cause du ressenti du joueur. Pour le sentiment qu’il aura. C’est l’UEFA, mais demain c’est une autre histoire »

« Sur le système de jeu ? On réfléchit, il faut faire des changements en fonction de la situation. Il y a des équipes où il n’y a qu’une seule idée de jeu, dans notre cas quand un joueur est perdu il faut revoir les choses, trouver des solutions. Sans Dybala, nous devons penser différemment. Jouer avec trois ou deux peut sembler pareil, mais ce n’est vraiment pas le cas. Tout est une question d’équilibre tactique »

« Par exemple, Camara. L’un de ses problèmes en grandissant avec nous était initialement la défense. Ensuite, il y a les comportements tactiques d’un garçon qui doit apprendre à jouer avec nous. J’ai l’impression que quand on joue à trois au milieu de terrain, l’équipe n’est pas à l’aise, mais c’est sûr que ça fait du bien »


Napoli est l’une des équipes qui a le plus marqué, la Roma fait de la solidité défensive sa meilleure arme. La Roma va t-elle attendre Naples ou attaquer ?

« C’est ce que vous dites. Si les chiffres sont les buts marqués, c’est comme ça, si les chiffres sont les opportunités créées, c’est autre chose. Quand une équipe marque pe, mais crée de nombreuses occasions de marquer, on ne peut pas dire qu’elle soit défensive. Naples a certes beaucoup marqué, mais on ne peut pas dire que nous ne soyons pas offensifs. On est la huitième attaque du championnat, c’est vrai, mais parce qu’on rate des buts, pas parce qu’on est défensif. Vous nous avez déjà vu attendre quelqu’un ? Ou nous avez-vous vu rater des buts ? Si nous nous sommes trompés, comment pouvons-nous être sur la défensive ou attendre les adversaires ? »

« En ce moment, il y a une contradiction entre le nombre d’occasions que nous créons et le nombre de buts que nous marquons. Mais cette chose doit être interprétée. Avec l’Atalanta on a tiré 20 fois, on a perdu en prenant un seul tir au but. Je crois que tôt ou tard un jour une équipe paiera tout ça. Peut-être allons-nous avancer quatre fois et marquer quatre buts, gagnant 4-0. Un jour ça arrivera. Nous jouerons notre match demain, dans le but de gagner le match. Naples est le favori, Naples est une grande équipe, Naples marque beaucoup, Naples défend bien. C’est tout Naples. On y va et on verra ce qu’on peut faire »


Comment pouvez-vous corriger le fait de ne pas marquer autant ? C’est une question psychologique, de sécurité, technique ?comment travaillez-vous ?

« Tout d’abord, beaucoup travailler. C’est la première chose. Ce n’est pas seulement un fait psychologique, pas seulement un niveau de confiance, pas seulement un fait technique. Il existe des profils de joueurs. Il y a des joueurs qui ne marquent pas, avec un historique personnel de buts marqués très bas. Nous avons ce profil de joueur. Mais nous avons aussi des profils de joueurs qui marquent »

« Tammy marque. Belotti marque. Pellegrini marque. Nous avons des profils de joueurs qui marqueront. C’est ce que j’ai dit. Le travail d’équipe est important, les buts viendront. Mon sentiment est qu’un jour une équipe paiera. Un jour on marquera 5 buts avec 5 occasions. Ce jour-là, ils diront « Fantastique Rome, jeu offensif ». Non, la Roma joue toujours pareil. Ce jour-là tous les ballons entreront, avec le genou, avec l’épaule. Pensez si à Gênes le jeune Quagliarella avait marqué le 1-1 à la fin, ils auraient dit que la Roma est défensive. Ce n’est pas ainsi. On joue notre jeu avec les qualités qu’on a »


Spalletti a prononcé de grands éloges à votre encontre et pour la Roma lors de la conférence de presse. Est-ce que cela peut être prétactique ?

« Je n’ai pas encore entendu sa conférence, mais je ne pense pas qu’il bluffe. C’est mon ami, c’est vrai. Qu’on se respecte, c’est vrai. C’est un très bon entraîneur, je ne suis pas mauvais. Il n’y a pas d’hypocrisie, tout est vérité, iIl sait qu’il peut gagner demain, mais il sait aussi qu’il peut perdre. Son équipe est au top, mais il sait que ce ne sera pas facile. Il n’y a pas de bluff, tout est honnête. Pensez-vous qu’il peut aller à la conférence de presse et dire qu’il peut facilement gagner ? Ils sont premiers, mais nous sommes aussi quatrièmes après 10 matchs. Le quatrième n’est pas là au hasard. Et cela, Luciano le sait. Nous avons joué à l’extérieur à Turin, Milan, Udine. Ils savent que ce sera un match difficile. Je le pense aussi »


La Roma était-elle également intéressée par Kvaratskhelia ? Comment s’arrête un joueurde ce type ? Que doit-on attendre de vous ?

« De moi? De ma part, rien. Peut-être que je peux lui donner un coup de pied s’il passe près de moi… (rires, ndlr). Sérieusement, maintenant c’est trop facile de dire qu’ils étaient tous intéressés. La seule chose qui compte, c’est que Naples a bien choisi, il a bien choisi Naples. Ils ont maintenant un grand joueur »


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.