AS ROMA équipe 1Conférence de presseCoupe d'Europe
A la Une

Mourinho : « Roma-Zorya est une finale. Zaniolo, Patricio, Abraham et Veretout titulaires »

José Mourinho s’est exprimé à la veille de la réception des ukrainiens du Zorya Luhansk. Les giallorossi jouerons un match qui vaut pour une finale ce jeudi 25 novembre à 21h00 à l’Olimpico. Match comptant pour l’avant dernière journée des phases de groupe de la Conference League.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

A quel match vous attendez-vous ? Le groupe s’est compliqué…

« Si nous gagnons, nous assurons la 2ème place, si nous perdons, nous n’auront plus notre destin entre nos mains. Un match nul et tout se jouera au dernier match. Dans ce cas, nous aurions le destin entre nos mains et nous qualifieront en remportant le dernier match en Bulgarie. Qu’est-ce que ça veut dire? Ça veut dire que c’est une finale pour nous et pour eux. Et c’est un match important. Ce sera dur pendant des mois de jouer les deux compétitions, championnat et Conference League, mais c’est un problème que nous voulons avoir. Nous ne voulons pas sortir. Pour cette raison, demain nous mettrons tout en œuvre pour gagner ».

Qu’attendez-vous de la performance de Zaniolo ?

« Rien de particulier dans le match de Zaniolo. J’attends tout de la performance de l’équipe. En tant qu’équipe, nous avons gagné à Gênes, en tant qu’équipe, nous devons jouer et en tant qu’équipe, nous devrons tout faire pour gagner demain. Je n’attends rien de différent de lui. Ce que je lui ai dit à Gênes ? Même s’il n’a pas joué une seule minute, j’ai aimé la façon dont il a célébré dimanche. C’est comme s’il avait joué 90 minutes. J’attends un joueur d’équipe, rien de Zaniolo d’un point de vue individuel ».

Dans les matchs de coupe, le gardien titulaire effectue généralement une rotation et se repose. Rui Patricio sera t-il titulaire pour les prochains match en Conference League ?

« Oui, il jouera. Ce n’est pas Rui qui fait partie des meilleurs gardiens de la ligueC’est nous – bien que nous ayons encaissé 3 buts à Venise et à Vérone – en tant qu’équipe qui réussissons à faire partie des équipes avec la meilleure défense. Fuzato pour sa façon de travailler est fantastique. Absolument incroyable. S’il doit jouer un match de championnat ou de coupe, j’aurai une confiance totale en lui. Je ne passerai certainement pas une nuit sans dormir. Mais demain, Rui jouera ».

Êtes-vous satisfait de la performance d’Abraham ?

« Je suis heureux, oui. Lorsque vous êtes l’attaquant d’une équipe qui crée beaucoup et que vous faites partie d’une équipe offensive, vous avez une chance de marquer plus. Mais il travaille dur pour l’équipe, pour la construction. Ce n’est pas un problème pour moi. Il est dans la dynamique d’équipe, c’est un joueur d’équipe, il fait des mouvements offensifs, voire défensifs dans sa manière de fermer les espaces, de presser et d’analyser les adversaires. Il a appris à avoir une autre dimension de joueur d’équipe qu’il n’avait peut-être pas auparavant.
Tôt ou tard, il y aura plus de buts. Après, il aura tout. Il aura le travail d’équipe et le fait de marquer plus. Pour le moment, je ne suis pas inquiet. Abraham a fait un bon départ, il a étonné tout le monde, même les tifosi, puis il a actuellement cette petite baisse. Cela me semble tout à fait normal, compte tenu également de la blessure subie en équipe nationale anglaise. Je suis vraiment content. Et il jouera demain. Zaniolo, Tammy et Rui Patricio joueront. Il vous en reste huit à trouver ».

L’expérience de la ligne défensive à trois s’est-elle limitée à l’urgence du moment ou va-t-elle se poursuivre ? Il semble que même au milieu de terrain, la dynamique des joueurs soit différente.

« Je n’aime pas jouer à cinq. Parce que le concept de trois est une chose, le concept de cinq en est une autre. Et je n’aime pas jouer à cinq. Nous avons perdu des arrières gauches et avons choisi de jouer à trois, El Shaarawy n’étant pas un arrière latéral et ne faisant pas jouer l’équipe à cinq. Cette solution s’est très bien passée au niveau du jeu, pas au niveau du résultat en ce qui concerne le match à Venise. Mieux à Gênes..

L’équipe n’a pas été conçue pour jouer à trois. Lorsque vous créez une équipe pour des joueurs à trois, vous n’avez pas que 4 défenseurs centraux. Vous n’auriez pas autant de joueurs offensifs comme Zaniolo, Perez, Mkhitaryan, Zalewski. Cette dynamique est très adapté pour certains éléments, moins pour d’autres. Mais on y a joué et les joueurs se sont sacrifiés. Et ils l’ont bien fait. C’est quelque chose qu’on doit toujours avoir dans nos poches en option.
Le but sera toujours de revenir à un modèle de jeu que nous voulions développer, mais c’est important d’avoir développé cela. Je le vois bien. Pour El Shaarawy, par exemple, c’est plus facile de jouer à l’extérieur dans une attaque à trois. Mais ça va, on va trouver l’équilibre. Demain, une ligne de défense à 4 ? Je peux vous dire un quatrième joueur qui va prendre le terrain : Veretout ».

Vina et Calafiori seront-ils appelés ?

« Nous déciderons aujourd’hui lors d’une réunion avec nos collaborateurs. Comme nous avons choisi Smalling pour Gênes avant de voyager, nous ferons de même aujourd’hui. Ils sont là, ils se sont entraînés avec l’équipe ce matin, je pense que c’est possible ».

Qu’avez-vous compris de plus ces derniers mois qu’à votre arrivée à Rome ?

« Je connais mieux mes joueurs. Par exemple, en voyant El Shaarawy dans cette position, je ne pensais pas qu’il pouvait la jouer. Je l’ai vu l’année dernière comme un joueur avec des hauts et des bas. Avec des problèmes physiques, avec des problèmes d’adaptation à une intensité de jeu élevée. J’ai toujours pensé qu’il était un joueur de qualité, peut-être pour jouer un match, pas un autre, pour en entrer encore un autre. Au lieu de cela, il a eu une évolution et une direction dans laquelle il joue désormais 90 minutes.
Et lors de la seule opportunité de Gênes dimanche dernier, il a fait l’arrêt. C’est un El Shaarawy que je n’ai jamais rencontré. Je n’ai jamais connu. C’est un exemple de la façon dont je peux apprendre des joueurs. Les années peuvent passer, vous pouvez. toujours connaître certaines nouvelles caractéristiques des joueurs ».



Pouvez-vous nous parler du match de demain ? Est-il difficile d’affronter une équipe plus inconnue ?

« Zorya n’est pas une équipe inconnue. Ce sont des équipes inconnues jusqu’à ce que nous les affrontions. Nous étudions tout ce qu’il est possible d’analyser, nous avons vu beaucoup de matchs de Zorya en championnat et tous ceux en Conference League. Il n’y a aucune raison de ne pas les étudier et de ne pas travailler comme avec toutes les autres équipes. Il y a toujours du respect pour ces équipes, ce n’est qu’ainsi que nous pourrons nous préparer et gagner des matchs ».

Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de pub pour continuer à naviguer sur notre site