A la Une

Mourinho : « Trois points très importants, même si nous n’avons pas bien joué »

José Mourinho a commenté la victoire 2-0 à l’Olimpico face à la Spezia lors de la 17è journée de série A. Voici son analyse.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

Malgré l’avantage, vous sembliez hésitant. Y avait-il quelque chose qui vous tracassez dans la gestion de l’avantage ?

« J’étais inquiet pour mon équipe, j’étais inquiet pour le match que je regardais de l’extérieur. Même à 2-0, nous n’avons jamais eu le contrôle du match en seconde période. Evidemment, on a eu beaucoup de problèmes : quand Smalling sort, Cristante doit reculer. Et quand on a ce genre de problèmes, l’équipe en souffre. Et depuis le banc, j’ai senti que même à 2-0, le match n’était pas terminé.

Puis j’ai regardé mon banc trop jeune : à ce moment là, ce n’est même pas facile pour eux d’entrer. Nous sommes dans un moment super difficile de la saison. Pour cette raison, prendre les trois points est très, très important même si nous n’avons pas bien joué ».

Comment jugez-vous l’expulsion de Félix ?

« Je préfère ne pas parler de l’arbitre. Pour moi, ça a bien marché. Je n’ai vu aucun des deux épisodes qui ont conduit aux cartons jaunes et je préfère ne rien dire. Cependant, nous continuons à avoir cet incroyable record jaune. Même les jaunes d’abord : Vina, Kumbulla… c’est trop. Nous sommes une équipe naïve, nous ne sommes même pas agressifs, mais nous avons le record de cartons ».

Depuis la défense à trois, vous avez fait quatre clean-sheet. Resterez-vous à trois même lorsque les joueurs actuellement absents – comme Spinazzola – reviendront, ou s’agit-il d’un système adopté par nécessité ?

« Avoir tous les joueurs disponibles est une grande question, car match après match, vous perdez toujours quelqu’un. Vous parlez de Spinazzola : je ne peux même pas vous dire si on le récupérera en janvier ou février, car je ne sais pas non plus. Pour demander à sortir à l’heure de jeu avec un résultat encore dans la balance, Smalling a certainement quelque chose.
Nous avons toujours des problèmes et il m’est difficile de penser à construire quelque chose de stable. Match après match, je dois penser à construire une équipe avec les joueurs disponibles. C’est maintenant le cas. Nous sommes en difficulté. Aujourd’hui encore, nous récupérons Mancini pour le prochain, mais nous perdons Smalling et Felix. Il y a toujours un problème qui m’amène à être coach d’urgence, et non de planification ».

Combien de buts Abraham a-t-il dans les jambes ? Le sentiment est que parfois il veut le faire trop bien.

« En première mi-temps, je suis d’accord, Tammy et Borja ont peut-être senti qu’il y avait de l’espace et du temps pour jouer. Mais comme je le disais aux joueurs, dans Fantasy Football, vous jouez en retrait, pas ici. Ici le but est de jouer simple, de bien choisir, de décider rapidement et de rester objectif. L’équipe s’est un peu perdue là-dedans, elle a perdu trop de ballons faciles. Et même les personnes présentes au stade, qui ont juste besoin d’être remerciés parce qu’ils viennent à chaque match, ont eu des réactions frustrées. Et c’est nous qui avons mené le jeu dans la direction où il s’est terminé. Nous sommes responsables ».

« Tammy fait un travail fantastique pour l’équipe, il continue son combat difficile avec les poteaux, c’est un joueur trop important pour notre jeu et nous l’avons ressenti à chaque fois qu’il n’a pas joué, par exemple avec l’Inter. Mais en tant qu’équipe – vous avez raison – nous devons être plus méchant. Par exemple, le but de Félix, nous en avions besoin. A 2-0, le match reste ouvert, contre-attaque et boum. A 3-0, on rentre à la maison. Nous avons besoin de cette objectivité ».

Qu’avez-vous dit avec Thiago Motta ?

« J’ai commencé à entraîner en 2000 et en ce maintenant j’ai beaucoup d’anciens joueurs qui sont entraîneurs. La vérité est que je souffre avec eux : chaque week-end je regarde les résultats et je souffre un peu avec eux. Et quand ils ont fait une carrière à très haut niveau comme dans le cas de Thiago, je pense qu’ils ont besoin de beaucoup de force pour former des joueurs qui ne sont pas de la même qualité qu’eux ».

« Et je le dois aussi à Inter, Real Madrid, Chelsea… J’avais les meilleurs effectifs du monde et j’ai aussi besoin de force pour lutter contre certaines frustrations. Cependant, nous sommes amoureux du football : Thiago m’a confirmé qu’il aimait beaucoup être entraîneur, c’est un garçon très intelligent et a eu de nombreux entraîneurs de qualité, de nombreuses expériences de qualité dans trois ligues différentes – France, Espagne et Italie – il a une belle formation et un bel avenir en tant que manager. Décidément, cette saison, il doit souffrir pour atteindre ses objectifs. Je suis avec eux : avec lui, avec Stankovic et avec Sheva. Je suis avec tous ceux qui ont été mes joueurs ».

Pourriez-vous expliquer ce que vous entendez par « moi aussi j’ai besoin de force » ?

« Parce que j’ai eu l’habitude de moins souffrir sur le banc. Par exemple, au Real Madrid, si je perdais 0-1 à la 15ème minutes, je savais que ça finirait 5-1. Maintenant, à 2-0 je souffre sur le banc en attendant que l’arbitre siffle ».

Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.