A la Une

Mourinho : « Un seul résultat possible et nous aurons un stade entier avec nous »

José Mourinho s’est exprimé en conférence de presse à la veille du dernier match de la phase de groupe de l’Europa League. Match qui se jouera ce jeudi 03 novembre à 21h00.

Comment survivre demain, étant donné que la Roma ne peut que gagner ? Et comment va Zaniolo ?

« Si nous ne gagnons pas, nous allons en Conference League. Mais nous voulons aller en playoffs et n’avons qu’un seul résultat pour y arriver : la victoire. Match difficile, car il y a cette pression, mais elle existe aussi pour l’adversaire ».

« Le stadio est à nouveau complet et pourra recréer l’ambiance d’un match décisif, comme l’année dernière contre le Bodo, Leicester et le Vitesse, où vous savez que si vous ne gagnez pas, vous êtes éliminé. Et avec cette ambiance, et avec la motivation de nos joueurs qui veulent avancer en Ligue Europa, on peut le faire ».

« Quant à Zaniolo, justice a été rendue, car il avait reçu une disqualification de 3 matchs pour quelque chose qui, à mon avis, pouvait lui coûter au plus un match. L’UEFA a rendu justice et, en ce sens, c’est important pour nous : d’abord pour le sens de la justice et ensuite parce que cela peut nous aider à gagner. En ce moment, avant le dernier entraînement, je ne peux pas vous dire s’il est capable de jouer ou non, car son hématome était gros et la douleur d’hier était importante. Voyons comment il se sent aujourd’hui, mais j’aimerais qu’il soit disponible ».


Quels Ludogorets attendez-vous et quelles différences attendez-vous par rapport au match aller ?

« Je m’attends à ce qu’un Ludogorets joue pour deux résultats. Ils en ont deux, nous un seul. Cela fait la différence. C’est une équipe dangereuse et qui a des joueurs rapides. Et une équipe qui a des joueurs rapides peut défendre davantage, car même lorsqu’elle est dominée, elle a la possibilité de créer des situations dangereuses. C’est la principale différence : l’un joue pour un résultat et l’autre pour deux »

« Mais c’est peut-être mieux pour nous : on sait qu’il faut prendre des risques, on sait aussi qu’on a un stade pas petit derrière nous. L’ambition des joueurs n’est pas de gagner à nouveau la Conference League mais d’aller en playoffs, même si on sait qu’en Europa League il y aura des équipes équipées pour gagner la Ligue des champions, et pas la Ligue Europa »

« Cependant, c’est là que nous voulons aller et demain nous irons sur le terrain en pensant uniquement à cela, sans penser aux autres matchs et à ce que nous avons fait en Bulgarie. Nous devons juste penser au fait que nous avons un match à gagner »

« La dernière victoire en championnat était importante, car rentrer à la maison après la défaite contre Naples est différent de revenir après une victoire : vous pouvez respirer une positivité différente. Ce ne sera pas un match facile pour nous, mais ce ne sera pas facile pour eux non plus »


La question concerne Abraham. Comment un entraîneur expérimenté comme vous peut-il aider un joueur qui traverse une période difficile ?

« Je dis toujours à mes joueurs que pour moi, le gardien qui fait une erreur sensationnelle, l’attaquant qui ne marque pas et le défenseur qui se trompe, sont secondaires. L’essentiel c’est l’attitude, c’est de penser à l’équipe, c’est de travailler sérieusement, c’est de ne pas pleurer dans les moments difficiles, c’est d’avoir le courage de se remettre à faire. Par exemple, Pellegrini a raté un penalty avec Empoli qui aurait pu être décisif. Et au match suivant, à nouveau Lorenzo a eu le courage de le tirer et il a marqué. Mais s’il n’avait pas marqué, cela n’aurait pas été un problème. Mais il voulait tirer ce penalty »

« Concernant Tammy, je ne sais pas quelle expression tu as vue sur mon visage, mais tu n’as pas vu celle d’une personne en colère. Je vous en dis plus, j’étais très content de son match. A-t-il raté deux buts ? Oui, l’un était un filet vide et l’autre était bon, car il s’est transformé en passe décisive pour Zaniolo. Mais ce n’était pas un problème »

« Le problème, c’était quand, en début de saison, dans certains matchs, il y avait une Tammy qui n’était pas super concentrée. Mais pas maintenant. Maintenant, il travaille dur pour l’équipe, il crée beaucoup de problèmes à ses adversaires, il joue un jeu d’équipe. Mes joueurs ne savent toujours pas qui joue et qui ne sait pas, mais je vais les laisser jouer  »


Estimez vous que c’est une source de fierté d’avoir lancé autant de jeunes joueurs dans l’équipe première. Et pensez-vous que c’était la tâche la plus importante? Et puis, maintenant que vous avez tous ces jeune, etes vous plus confiant dans l’apport qu’ils peuvent apporter à l’équipe ou plus inquiet par les titulaires qui marquent peu ?

« Je n’ai jamais eu autant besoin de faire grandir et jouer de jeunes joueurs, mais cela ne veut pas dire que j’accepte le fait qu’il y a beaucoup de gens qui disent que dans ma carrière j’ai lancé peu de jeunes joueurs : il n’y en a pas eu quelques-uns. et beaucoup d’entre eux étaient bons »

« Ici, c’est un peu une nécessité et aussi un peu une conséquence de notre profil de travail. Comme vous l’avez vu avec Volpato. Je ne suis pas un héros parce que je donne une chance aux joueurs. Le héros est un imbécile s’il met des joueurs qui ne sont pas préparés »

« C’est un processus : d’abord un joueur joue uniquement en Primavera, ensuite il joue en Primavera en s’entraînant avec l’équipe premièr, et puis c’est un joueur de l’équipe première qui prend occasionnellement le terrain avec la Primavera pour accumuler des minutes qu’il n’a pas en équipe première, alors il devient un joueur de la première équipe et attend sa chance de venir. C’est un processus, où quand vient le temps de jouer, il y a de la confiance de ma part, une confiance qui peut compenser la nervosité d’un joueur qui joue pour la première ou la deuxième fois »

« Ce procédé me plaît. Pour le Club, c’est évidemment important. Comme il est important pour tous les jeunes qui sont là de sentir que la porte est ouverte et que leur heure peut venir. Cela ne me plaît pas seulement, mais aussi à tous les joueurs de l’équipe première, car vous pouvez voir qu’ils sont heureux lorsqu’un enfant fait ses débuts, lorsqu’il réussit bien, lorsque Volpato marque le but gagnant. C’est un groupe qui aide les jeunes enfants à grandir. Et vivre cette chose me rend heureux »

« Je veux gagner des matchs et je ne suis pas trop inquiet pour A ou B. Quand on perd, c’est différent. Mais quand on gagne, je suis content. Evidemment je suis content que les enfants s’en sortent bien, et je suis aussi ravi de l’attitude de mes attaquants, qui ne marquent pas autant ou pas assez en ce moment. Mais j’aime leur attitude »

« Prenez Belotti avec Vérone : il n’a pas marqué le but de la victoire – Volpato l’a fait – mais regardez l’attitude, les problèmes qu’il a créés pour l’adversaire, le courage de prendre un coup dur et de jouer avec un visage blessé et enflé »

« L’attitude est la chose la plus importante de toutes. Quand l’attitude est bonne, les choses changent et les attaquants marquent. Je ne serais pas surpris que Tammy marque demain. Car au-delà des buts manqués face à Vérone, il a joué pour l’équipe. Et c’est la base de tout »


Matic est-il prêt à jouer dès la première minute ? Et quel impact a-t-il sur les jeunes ?

« Ce sont des exemples dont les jeunes se nourrissent, de manière positive ou négative. Un joueur de 34 ou 35 ans est blessé, mais il veut être là pour aider, il est de nouveau blessé et il veut toujours être là pour aider. Et ça aide. C’est un avantage pour un jeune joueur d’avoir ces joueurs à proximité »

« Quand Nemanja arrive, il vient parce que je le connais bien : je savais exactement ce qu’il pouvait faire non seulement sur le terrain, mais aussi dans ce type de situation »

« Si Volpato parle déjà de Matic comme ça, imaginez Tahirovic parlant la même langue que Nemanja, jouant au même poste, et être ensemble avant et après l’entraînement : vous pouvez comprendre ce que jouer avec Nemanja signifie pour Tahirovic »

« Voyons comment il est aujourd’hui, s’il peut jouer en tant que titulaire ou non, et si nous voulons qu’il joue en tant que titulaire ou non. J’ai déjà dit qu’Abraham jouera. Stephan jouera aussi. Il n’en manque que neuf…  »


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.