Pellegrini : “Nous ne devons plus faire d’erreurs individuelles pour rester dans le top 4”

Lorenzo Pellegrini s’est exprimé en conférence de presse à la veille de la réception du Shakhtar Donetsk au stadio Olimpico en 1/8è de finale d’Europa League.

Conférence de presse parue sur Asroma.com – traduite par AmoRoma.fr

Avez-vous appris de votre défaite à Seville ls saison passée ? Vous sentez-vous comme une équipe solide, prête à aller jusqu’au bout ?

« Il doit en être ainsi. Ca fait pratiquement que nous avons la possibilité de travailler ensemble, avec le coach, dans un groupe consolidé. Nous savons que demain nous affronterons une équipe issue de la Ligue des champions. Nous en sommes conscient mais nous jouerons notre match, avec ce que nous avons préparé ».

Comment vivez-vous cette alternance de jugement chez les tifosi ?

« Je pense que le football est beau parce qu’il concerne tout le monde. Chacun a ses propres idées sur un joueur ou un manager. Nous devons être habitués aux jugements. Ils ne me poussent certainement pas à faire quelque chose de plus. Ce qui me pousse à m’améliorer, c’est mon ambition. Mon souci est de faire de mieux en mieux, à l’entraînement puis dans le match, pour rester en accord avec moi-même et j’espère aussi avec les autres ».

Vous êtes le meilleur passeur décisif sur corners et coup francs. Sur les coups francs directs, vous n’avez toujours pas réussi à marquer. Est-il vrai qu’à l’entraînement vous êtes parmi les meilleurs et que pour cette raison vous insistez à les tirer ?

« Cela rejoint le discours ci-dessus. Je suis heureux d’avoir fait tant de passes qui ont amené à des buts. Les statistiques, je vous les laisse. Quant aux coups francs directs, ce n’est pas à moi de le dire. A la fin de l’entraînement, on essaye de s’améliorer à cet exercice, l’important étant d’essayer de faire de mieux en mieux, puis les choses viendront. Cependant, nous avons beaucoup de joueurs qui les tirs très bien, tout comme les corners. Nous alternons souvent comme vous le voyez ».

1103 Pellegrini

À plusieurs reprises, le PDG Fienga a déclaré : « Nous allons convaincre Pellegrini de prolonger avec un projet ambitieux ». Depuis l’arrivée du Friedkin, comment jugez-vous le projet du club ?

« Je le définis comme un projet ambitieux. J’ai pu en parler avec les Friedkins, Tiago Pinto et Fienga lui-même. Cela me fait plaisir de faire partie d’un projet qui veut grandir. Je suis un gars qui vient chaque jour à l’entraînement pour s’améliorer et qui veut grandir. Et en connaissant bien les intentions du club, mais aussi du coach et du staff technique, cela te donne envie de venir t’entraîner avec le sourire ».

Vous avez concédé de nombreux buts aux autres équipes, en particulier aux formations les plus fortes. Comment l’expliquez-vous ?

« Comme l’entraîneur l’a déjà dit, nous nous sommes créés nous-mêmes des difficultés. Ce n’est pas un problème de style de jeu, nous étudions chaque détail pendant l’entraînement. Nous sommes une équipe très organisée qui souffre rarement, sauf si nous nous créons nous-mêmes des problèmes. Nous devons améliorer ce fait de concéder des buts alors que nous avons la possession du ballon. Et si nous voulons rester au sommet, ce que nous voulons tous, nous n’avons plus le droit de commettre des erreurs individuelles ».

Lors de ce championnat, la Roma n’a pas gagné contre les grandes équipes. Shakhtar est une grande équipe. Quel plan avez-vous pour gagner ?

« La seule façon de s’améliorer est d’essayer de gagner ces deux matchs. À l’aller et au retour. Nous pouvons commencer par faire tout ce que nous avons préparé, en restant concentrés et conscients de ce que nous faisons ».

De nombreux clubs italiens sont en difficulté au niveau européen. Vous, en tant que footballeur, quelle but vous êtes-vous donnée ?

«De mon point de vue, la Serie A n’a pas baissé son niveau, bien au contraire. Nous vivons un très beau championnat, après le monopole de la Juventus depuis 9 ans. La Serie A est un championnat très compétitif, comme la Liga et la Premier league. Les difficultés en compétitions européennes sont un peu subjectives car cela concerne équipe par équipe. Nous allons essayer de ne pas rejoindre ces équipes qui peinent en Europe. Nous essayons de gagner demain pour renverser le fait que nous ne gagnons pas contre les grands et pour changer la tendance des Italiens en Europe ».

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires