Suivez-nous :

AS ROMA équipe 1

Walter Samuel revient sur son passage à la Roma

Photo tirée du site asroma.com

Walter Samuel, vainqueur du scudetto avec la Roma en 2000-2001, était l’invité de l’émission A casa dell’ex sur Roma TV.

Comment allez-vous?

“Eh bien, je suis ici à la maison, maintenant un peu plus libre, mais tout va bien. Heureusement, la situation va en s’améliorant.”

Cette période vient de se terminer?

“Oui, je voudrais saluer les membres de ma famille que j’ai en Argentine et les personnes que je connais qui sont décédées, c’était très difficile. Je me sens argentin, mais je vis ici depuis de nombreuses années, deux de mes enfants sont nés en Italie. Je suis désolé pour ce qui s’est passé, nous espérons que cela se terminera dès que possible pour revenir à la normale “.

Qu’avez-vous fait pendant le confinement?

“J’étais cuisinier le soir, ça m’a plu. J’ai un petit espace derrière la maison et j’en ai profité pour apprendre à faire des plats que j’aime mais que je n’avais jamais faits. Certains étaient bons, d’autres moins”.

Comment était la nourriture à Rome?

“très bien. C’était une belle époque, j’ai d’excellents souvenirs de Rome, ma première fille est née là-bas, nous avons fait une chose incroyable en remportant le Scudetto. Pour manger il y avait tout, ils vous disaient “je vais m’en occuper” et ils n’ont pas cessé d’apporter des trucs à manger. En Argentine je ne mangeai pas beaucoup de poisson, mais à Rome j’ai commencé à le faire et j’aime beaucoup “.

Capello contrôlait-il tout?

“Oui, l’entraîneur était un bon martelleur, personnellement il m’a beaucoup fait grandir. Il a gardé tout le monde en rang, il savait comment réprimander l’équipe et l’adoucir, comme après l’élimination en Coupe d’Italie. Il m’a donné beaucoup de confiance, je le remercierai toujours”.

En tant qu’adversaire, quels sentiments aviez-vous en affrontant la Roma ?

“Les premières fois, ce n’était pas une mauvaise impression, mais étrange. Il y avait des joueurs avec qui j’avais joué, comme Totti, De Rossi, Cufré, c’était étrange de leur faire face. Lentement, ça s’est passé et ensuite l’envie de gagner a pris le dessus. A Rome, j’ai toujours tout donné, j’étais calme, je n’ai pas ressenti de pression. Les fans m’aiment toujours, ils m’écrivent aussi souvent sur les réseaux sociaux, je suis content d’être resté dans leurs pensées. J’ai joué dans un groupe fantastique pendant les quatre ans à Rome.”

Sur De Rossi à Boca Juniors?

“Il a fait un choix courageux, aller en Argentine avec sa famille aussi, j’ai fait le chemin inverse. C’était un grand défi. Pour moi il a bien fait s’il en avait envie, j’ai joué dans des stades incroyables, mais ce stade est unique. Je suis également désolé qu’il soit parti, car peut-être encore six mois ou un an, il aurait pu faire quelque chose d’important. Comme l’a dit Burdisso, il pourrait aussi aider les autres garçons à grandir, parce que Daniele est un garçon intelligent à la fois en football et en dehors du terrain. Cela n’a pas duré longtemps, mais je pense qu’il l’a beaucoup apprécié.”

Quel genre d’entraîneur êtes-vous?

“Je n’ai pas de formation précise en tête, peut-être 4-2-3-1 ou 4-3-3. En regardant le football et en entendant les autres entraîneurs, je pense que tout le monde doit décider en fonction des joueurs disponibles, ils sont peu qui peuvent choisir les joueurs. Peut-être que seuls ceux qui entraînent les équipes importantes peuvent choisir les joueurs à prendre. Ce qui m’apparaît clair, c’est que j’aime le courage dans l’équipe, quand elle prend le jeu en main, je ne veux pas d’une équipe attentiste.”

Vous aimez la Roma de Fonseca?

“Oui, je l’aime beaucoup, j’ai aussi eu le plaisir de le rencontrer, quand nous sommes allés le rencontrer avec le cours. Lui et son équipe semblent très préparés, j’espère qu’à l’avenir il pourra se battre pour le Scudetto. Fonseca semble être une personne intelligente, avec des idées claires. Il nous a très bien reçus, je l’en remercie encore une fois. Le football qu’il produit me plait et il a des joueurs à sa disposition qui peuvent grandir comme Zaniolo et Pellegrini, la Roma peut encore s’améliorer.”

Votre but face à Lecce durant l’année du Scudetto avec l’aide de Candela?

“Je ne me souvenais même pas de qui avait fait le centre. J’étais très content, c’était un match très difficile. En Italie, aucune rencontre n’est facile, c’était un match fermé, dans lequel nous avions souffert, même si nous devions gagner par la force. J’ai eu de la chance de marquer le but et la joie a explosé. Vincent était unique, il était un meneur de jeu à gauche à l’entraînement. Je pense honnêtement qu’avec cette équipe on aurait pu gagner plus, dommage.”

Libre antenne
Rendez-vous tous les lundis de 21h00 à 22h00 pour la “libre antenne”
Emission en Live! exclusivement sur le Instagram Amoroma







Prochains matchs

22/10/20 à 18h55 : Europa Ligue J1
⚽ Young boys / AS Roma

22/10/20 dès 21h sur YouTube
🎙Debrief du match avec Rabal

24/10/20 à 15h00 : série A Primavera
⚽ Lazio U19 / AS Roma U19

Publicité

Articles récents

Connect
Inscription newsletter