A la Une

Zaniolo se livre sur ses blessures, sa relation avec Mourinho, l’arrivée de Dybala et sur son avenir.

Nicolò Zaniolo s’est exprimé devant la presse à la veille du premier match à domicile d’Europa Ligue. Voici ses réponses aux questions des journalistes.

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez essayé de tout faire pour revenir au plus vite de votre blessure à l’épaule ?

« Parce que ce n’est jamais agréable d’être en dehors. J’ai vécu la blessure à l’épaule comme une injustice, parce qu’on peut s’entraîner, on peut tout faire, mais on ne peut pas éviter de tomber. J’ai essayé de faire du mieux que je pouvais. Le mister m’a demandé si j’étais disponible et moi pour l’équipe, pour la Roma, pour le mister, j’avais envie d’aller à Empoli et j’étais prêt à entrer ».


Vous avez vécu un été très chargé : beaucoup de rumeurs mercato, puis grâce à un bon travail au Portugal, le mister vous a remis au centre du projet. Etes vous prêt à vous inscrire dans la durée à la Roma ?

« Je n’ai pas vécu d’été particulier, parce que maintenant j’ai l’habitude d’entendre chaque année qu’il faut que j’aille par là, qu’il faut que j’aille là-bas, mais au final je reste toujours ici. Il y a plus de films que vous vous faites vous, que se fait la presse, que de choses auxquelles je pense vraiment ».

« Quant à la préparation que j’ai faite avant de venir à Trigoria, je la fais toujours, car avec les blessures que j’ai eues, je veux être toujours prêt et pas en retard sur les autres ».

« Et pour le contrat, on a encore un an et demi pour en parler, mais ce n’est pas le bon moment, car demain c’est Helsinki et dimanche c’est Atalanta. Je suis concentré à 100% pour jouer et je laisse les choses qui ne concerne par le terrain en dehors ».


Vous aimeriez vous inscrire dans la durée à Rome ? 

« La Roma est ma priorité. Elle m’a beaucoup donné, elle m’a tout donné et je dois juste la remercier. Je joue pour la Roma et on espère gagner d’autres titres ».

Photo : asroma.com

Au Portugal, nous vous avons vu parler à Lorenzo Pellegrini. Pouvez-vous nous raconter une anecdote de ce moment et s’il a changé quelque chose ? Et vous êtes-vous fixé un objectif en termes de buts ? 

« Nous parlons souvent avec Lorenzo, certaines photos sont sorties au Portugal mais j’ai une excellente relation avec lui et avec toute l’équipe. Nous sommes une famille, nous sommes un groupe et les choses que nous nous disons restent ici à Trigoria. Mon objectif personnel ? Aider l’équipe autant que possible, se sentir bien, s’amuser et se réjouir avec tout le monde comme nous l’avons fait l’été dernier ».


Jusqu’à l’année dernière, vous jouiez à droite. Avec l’arrivée de Dybala, vous êtes passé de l’autre côté. Qu’est-ce que ça change pour vous ?

« Cela ne change pas grand chose, car les tâches sont plus ou moins similaires par rapport à la saison dernièreCette année, j’ai plus la tâche d’attaquer la profondeur pour étirer l’équipe, et avec des joueurs de qualité entre les lignes, comme Lorenzo et Paulo, on peut mal faire ».


L’entraîneur a eu des mots importants pour vous à Empoli et a souvent demandé votre permanence à Rome. Combien as-tu grandi mentalement grâce au coach ?

« Je dois remercier le mister, car même l’année dernière, quand les choses allaient peut-être moins bien de mon point de vue personnel, il était toujours prêt à me tendre la main et à me donner toujours une autre chance sur le terrain ».

« Il me fait grandir, d’un point de vue personnel et footballistique. C’est un grand entraîneur et aussi une grande personne. Je suis très content de l’avoir comme technicien ».


Vous en êtes à votre cinquième année ici : entre-temps, la Roma est-elle devenue une équipe à la hauteur de vos ambitions ? À quoi rêves-tu?

« Chaque année, nous ajoutons une pièce de plus. Nous devenons plus une équipe. Cette année, nous sommes une équipe solide et nous pouvons avoir notre mot à dire dans toutes les compétitions que nous disputons. D’un point de vue personnel, chaque joueur a l’objectif, le rêve de remporter des trophées. Heureusement, je l’ai gagné ici à Rome et c’était une chose fabuleuse. Et j’aimerais en gagner beaucoup ici à Rome ».


Vous avez joué contre la Finlande avec les équipes nationales de jeunes. Quelle souvenir en garde tu ?

« Je garde un bon souvenir de la Finlande, car nous avions disputé un beau Championnat d’Europe des moins de 19 ans. Je me souviens qu’il y avait vingt-quatre heures de soleil et que je n’arrivais pas à dormir. C’était un beau groupe, un groupe important, beaucoup de ces joueurs sont en Serie A. Je n’ai que des souvenirs positifs ».


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.