Interview exclusive avec Emanuele Mazzucco. Rome / Cap Nord en 56 jours à vélo.

5000 km et 56 jours seul à vélo. Destination? Cap Nord. C’est l’exploit accompli cet été par Emanuele Mazzucco, notre invité d’aujourd’hui qui a atteint le point le plus septentrional de l’Europe – le long de Bodø, où la Roma a disputé le match européen – avec les Giallorossi dans son cœur.

Interview réalisée par RCT IL PODCAST en partenariat avec Amoroma.fr.

Avant de parler de l’aventure, parlons de votre amour pour la Roma, de comment et quand cet amour est né.

Mon amour pour la roma a commencé il y a longtemps. Lorsque la Roma a remporté son deuxième Scudetto, j’avais 5 ans. A 6 ans j’ai vécu ma première grosse déception : la finale de la Champions Cup. Je me souviens parfaitement des deux épisodes, avec les yeux d’un enfant regardant le monde. J’ai grandi avec la roma les plus forts de tous les temps et dans un contexte où il était normal d’être. J’ai grandi avec la roma de Falcao, Cerezo, Bruno Conti, Pruzzo et Di Bartolomei. Durant mon adolescence ce fut la Rome de Giannini, Hassler, Aldair et Voeller. Ma première fois au stade, c’était en 1991, quand j’avais 13 ans, en finale de la Coppa Italia Roma-Sampdoria, nous avons gagné 3-1 contre les champions d’Italie. Qui oublie la rigueur de Voeller sous mes yeux, avec le ballon qui a mis une vie à empocher derrière Pagliuca.

Vos meilleurs souvenirs avec la Roma ?

Mes meilleurs souvenirs avec Roma sont nombreux, même si certains fans ont récemment perdu leurs repères, je pense que notre histoire est belle et unique en son genre. Il suffit simplement de renouer les fils de la mémoire et de savoir les reconstruire. Je ne peux certainement pas oublier la victoire du championnat 2001, une fête qui a duré tous les mois d’été de cette année-là, les funérailles de la Lazio à Testaccio pour avoir défait le championnat. Les Coupes d’Italie 2007 et 2008. La magnifique et poétique course de Ligue des Champions qui nous a menés à une demi-finale inattendue en 2018. Le but de Voeller à Brøndby reste pour moi le but où j’ai le plus applaudi dans ma vie, où je n’ai pas pu retenir les larmes de joie. Le but de Toni à l’Inter était le plus gros rugissement que j’aie jamais entendu et que je n’entendrai peut-être jamais en direct pour le reste de ma vie. Tous les buts de Delvecchio et Montella dans les derbys. La présentation de Batistuta en ce très chaud juin 2000. Toutes les splendides carrières de deux monuments vivants comme Totti et De Rossi. Chaque diapositive de Samuel et chaque avancée d’Aldair. Il y a tellement de beaux souvenirs liés à Rome qu’il m’est difficile de dire avec certitude lequel est le plus beau.

Votre joueur préféré dans l’histoire de la Roma ?

Question très difficile à laquelle il est vraiment difficile de répondre. Il y a beaucoup de joueurs de la roma que j’ai aimés, mais ce qui reste le plus dans ma tête et dans mon cœur, malgré le fait que je n’étais qu’un enfant à l’époque, reste et restera toujours un gentleman, de nom et de fait , appelé Agostino Di Bartolomei. Agostino représente pour moi l’authenticité et l’amour viscéral pour ce maillot que personne d’autre n’a jamais pu incarner sur le terrain. Après tant d’années, je ne peux m’empêcher d’être ému quand je croise ce regard timide qui sait en même temps brûler ton âme. C’est la plus belle des célébrations, celle du visage transfiguré et des bras au ciel : je crois qu’il n’y a rien de plus romaniste.

Comment votre aventure a-t-elle commencé ?

Mon aventure est née parce que je suis passionnée par les défis, et j’ai toujours voulu en faire une dans ma vie.
Il est né du besoin de découvrir mes limites physiques et mentales. Je voulais aussi montrer qu’en additionnant des kilomètres jour après jour, on peut atteindre n’importe quel objectif. Même les plus improbables. Dans mon cas, c’était le Cap Nord.

Quand avez-vous eu l’idée de cette aventure ?

L’idée de concevoir et de créer cette aventure vient de loin. Mais c’est cette année que j’ai pu réaliser tout cela. Je me demandais en moi-même pour combien de temps encore je pouvais reporter et la réponse était que je n’avais plus le désir et le désir de le faire. Et donc, à 43 ans, me voici : avec un rêve devenu réalité et avoir montré que rien n’est impossible quand on a la persévérance et la force de ne jamais baisser les bras.

Les détails de votre voyage ?

Le voyage était le suivant : je suis parti de Rome et je suis remonté vers l’Italie du Nord. J’ai visé Bologne, puis Vérone, enfin j’ai traversé la frontière italienne en franchissant le col du Brenner (1375 m) arrivant en Autriche. Depuis l’Autriche, j’ai longé la rivière Inn et je suis arrivé en Allemagne. De l’Allemagne, j’ai traversé les villes en séquence : Munich, Nuremberg, Leipzig, Berlin, jusqu’à Rostock. Plus tard, j’ai pris le ferry pour la Suède. De Trelleborg, je suis allé à Helsingborg. Plus tard, je suis arrivé à Stockholm puis j’ai grimpé le long de la mer Baltique jusqu’à ce que j’atteigne Haparanda / Tornio. De Finlande, je me suis dirigé vers la Norvège en passant par la Laponie. Enfin d’Alta je suis remonté vers Olderfjord jusqu’à Honnisvag. Et enfin Nordkapp.

Comment avez-vous organisé vos journées pendant cette aventure ?

J’ai structuré les journées de cette façon : réveil très tôt le matin avec un petit déjeuner très copieux (œufs, jus de fruits, bananes, miel, fruits secs, chocolat) et départ vers 07h30/08h00. En milieu de matinée, j’ai fait une pause pour me ressourcer et signaler la situation. Déjeuner vers 13h. J’ai continué dans la marche sans m’arrêter et vers 18h00/18h30 je devais me retrouver à destination. Arrivé à destination, j’ai immédiatement cherché un supermarché pour faire le plein de nourriture pour le soir même et pour le lendemain. J’irais me coucher à 22h/22h30 maximum après avoir prévu le lendemain. En pratique j’essayais de profiter au maximum de la plage horaire de la journée puis de me reposer (8/9 heures) la nuit. Quand j’étais fatigué, je n’ai jamais arrêté, je suis plutôt descendu et j’ai poussé le vélo à pied, essayant de récupérer activement.

Combien de temps a duré l’aventure ?

Mon aventure a duré 56 jours.
J’ai quitté Rome le 5 juillet et suis arrivé au Cap Nord le 29 août.

Vous avez réussi à voir les matchs de la Roma pendant le voyage ?

J’ai pu voir le premier match du championnat Roma-Fiorentina et les deux matchs des éliminatoires de la Conference League contre Trabzonspor.

Quelles sensations avez-vous ressenties à votre arrivée ?

Pendant tout le voyage où je pensais à la phase finale de mon voyage, je l’avoue, j’ai ressenti des émotions fortes et il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir versé plus que quelques larmes. J’ai ressenti en moi une émotion intense que je ne pouvais pas contenir. Bizarrement, le jour de mon arrivée, j’ai ressenti des sensations complètement différentes : je me sentais calme et détendu comme je ne l’ai peut-être jamais été de toute ma vie. Plus je m’approchais du but, plus je me sentais calme et en paix avec moi-même, comme si je n’avais plus rien à prouver. En arrivant à destination, ce sentiment s’est clairement amplifié : j’étais plus que convaincu que j’allais trouver une mer agitée et au contraire c’était complètement le contraire. La mer de Barents est une étendue immense et sans limites de calme plat que je ne pourrai jamais oublier pour le reste de ma vie.

Retouvez RCT IL PODCAST sur Instagram et Facebook
Interview réalisée par Farouk Jaouadi, président du Roma club Tunisia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.