A la Une

Mourinho : « Nous avons dominé mais aurions pu finir à 1-1 » Roma / Cagliari

José Mourinho s’est exprimé après la victoire 1-0 contre Cagliari à l’Olimpico. Un succès obtenu grâce à penalty de Sergio Oliveira.

Pourquoi la Roma n’a t-elle pas été capable de clôturer le match plus tôt ?

« Excellente question, je n’ai pas de réponse ».


Quelle est l’importance de cette victoire ?

« Évidemment, elle est très importante. C’était un match pour la tranquillité, un match où nous aurions du marquer immédiatement en deuxième mi-temps, puis deux, trois, quatre… Un match totalement maîtrisé. Mais ça aurait aussi pu finir 1-1 : Rui Patricio fait un arrêt sur Joao Pedro et le ballon passe au-dessus de la transversale. Cela me semble être un grand arrêt, mais c’est complètement hors du contexte du match. Le jeu a été dominé par nous, et quand je parle de domination, je parle avec et sans ballon. Sans le ballon, nous avons très bien joué contre un adversaire qui joue un football très direct et qui est venu aujourd’hui avec deux attaquants plus Pereiro.

Nous avions le contrôle, le contrôle, le contrôle, mais un match que nous aurions pu gagner aurait pu se terminer 1-1, 4-0, 5-0, 6-0. C’est pourquoi j’ai toujours ressenti la pression. Quand tu ne fermes pas un match, tu peux perdre des points comme cela nous serait arrivé sans cet arrêt de Rui Patricio »


Au-delà des mauvaises décisions dans la phase de finition, je voudrais parler des deux acteurs de la défense centrale à quatre : quel regard portez vous sur leurs prestations ?

« Pour moi, Kumbulla a été le meilleur de la Roma. Il a fait un match fantastique et cela me donne une grande satisfaction, car à un certain moment de la saison, il a eu quelques difficultés et j’ai été très négatif dans les retours et l’agressivité que j’ai mis avec lui à l’entraînement. Et il a toujours été très calme, toujours très humble et a grandi. Je pense que c’est plus un joueur pour une défense à 3, le système dans lequel il a grandi et avec lequel il se sent le plus à l’aise ».

« Mancini a également fait un très bon match, tout comme la couverture des deux joueurs au milieu de terrain a été très bonne, contrairement au match contre la Juve, où nous ne l’avons pas bien fait. On a travaillé là-dessus et aujourd’hui les deux joueurs les plus centraux, Veretout et Sergio, l’ont très bien fait ».

« Hier, j’ai terminé la dernière séance d’entraînement à quatre contre le gardien : Félix, Tammy, Zaniolo et Pellegrini. Histoire d’essayer de leur donner de la confiance et de faire les bons choix ».


Et à quatre contre zéro, ont-ils marqué des buts.

« Ils ont marqué mais ont aussi pris de mauvaises décisions. A Félix, c’est difficile de lui en demander plus. C’est un garçon à qui je demande les choses les plus élémentaires possibles : l’utilisation de sa vitesse et de sa profondeur. Je ne peux pas lui demander la tranquillité, la vision, la sérénité d’esprit devant la cage ou devant l’adversaire. Tammy souffre de frustration. Lorsqu’il ne sort pas bien le ballon pour lui ou pour les autres, il est incapable de cacher sa frustration. Il souffre un peu à ce niveau.

Quant à Nico (Zaniolo, ndlr), hier je l’ai fait pour lui redonner confiance. Honnêtement, à mon avis, il a joué un match très, très positif. Pour nous, il est également important dans son travail de conserver le ballon et de récupérer le ballon et même dans un moment difficile dans les 10, 15 dernières minutes, il a été bon pour prendre le ballon. Cependant, dès l’entame de la première mi-temps, il doit tirer sur un ballon de Felix, lorsque le ballon arrive et que le gardien est à mi-chemin. Au lieu de cela, il le contrôle, puis le ballon va dans la jambe droite. J’espère que dans certains matches, on marquera beaucoup de buts, parce qu’on a les occasions : j’ai vu rapidement quelques statistiques et on est l’équipe qui tire le plus ».


Vous parlez de personnalité. Pensez-vous que cela pourra être vu dans le prochain cycle de cinq matchs ?

« Hey ! nous avons joué Cagliari et nous avons eu du mal à gagner ».


Mais vous avez gagné.

« Bien sûr, je sais, c’était important de gagner et j’ai dit aux joueurs : qu’importe le résultat 4-0, 5-0 ou 1-0 à la dernière minute, l’important est de gagner. Et ils ont montré ce sacrifice, ils sont arrivés à la fin, souffrant comme dans une finale. Vous parlez des cinq ou six prochaines équipes car elles sont dans la seconde moitié du tableau ? et moi je pense aussi aux matchs perdus contre Bologne et Venise et aux deux points perdus avec la Sampdoria. Il n’est pas évident que nous gagnerons ces matchs. Cependant, les garçons avaient besoin d’une victoire et aujourd’hui, c’est arrivé. C’est très important pour nous  ».


Cette équipe avait-elle besoin de Sergio Oliveira ? Il a été partout.

« Pour dire la vérité, nous avons besoin de plus de Sergio Oliveira. Au sens d’un joueur performant, de 29 ans avec de l’expérience, qui sait quoi faire à certains moments du jeu. J’ai dit qu’il n’est pas ce qu’on appelle en Italie un réalisateur, ce n’est pas un Pirlo ou un Pjanic, mais c’est un joueur dont notre équipe a vraiment besoin.

Maitland-Niles nous donne des options : aujourd’hui, Karsdorp est arrivé sans entraînement et est allé sur le banc sans entraînement. Sans Maitland-Niles, l’équipe aurait été en grande difficulté aujourd’hui. Pour cette raison, nous avons fait notre mercato des transferts avec ces deux gars qui, au minimum, peuvent améliorer les options de l’équipe ».

Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.