A la Une

Mourinho : « Nous devons gagner ce match même 1-0 à la dernière minute » Roma / Cagliari.

José Mourinho s’est exprimé à la veille d’affronter Cagliari ce dimanche 16 janvier 2022 à 18h00. Un match qui arrive après 2 défaites face à Milan et à la Juventus.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

L’impression est que ce sera un match beaucoup plus compliqué que ne le dit le classement. Quelle est votre analyse ?

« Je suis d’accord avec toi. Le classement est un moment et je ne pense pas qu’ils seront là à la fin de la saison. C’est une équipe expérimentée, ils ont un entraîneur expérimenté, ils ont trouvé le moyen de jouer et de marquer 6 points lors des deux derniers matchs. Ils viendront à Rome pour tenter de marquer des points. Il me semble que dans un moment difficile pour eux ils ont battu la Lazio à l’Olimpico. Cela signifie qu’ils sont aussi une équipe capable de jouer contre des équipes avec un plus grand potentiel ».

« Evidemment, pour nous c’est un match très important. On a perdu les deux derniers et on a pris un seul point dans les trois derniers. Marquer quatre points lors des quatre derniers matchs serait toujours un nombre insuffisant, mais c’est le mieux que nous puissions faire maintenant. Oublions les trois derniers et pensons au prochain contre Cagliari. Nous avons travaillé toute la semaine avec les problèmes que nous avons ».

« Comme vous pouvez l’imaginer, après un match perdu comme celui de la Juve, le problème n’est pas seulement de travailler, mais de récupérer, de motiver et de faire en sorte que les gens se lèvent et aient le courage de jouer le match suivant. Il n’y a pas de public, car avec 5 000 supporters, le stade est vide. Je suis désolé pour l’équipe, mais encore plus pour les personnes qui voulaient venir, qui viennent toujours et qui cette fois doivent rester chez elles. Nous essayons d’en faire une motivation supplémentaire, dans le sens d’essayer de donner quelque chose à ceux qui sont amoureux de la Roma et ne peuvent pas venir à l’Olimpico ».

Dans quel position peut jouer Sergio Oliveira ? Et concernant le penalty, 3 sur 4 ont été raté. Oliveira peut t-il devenir le tireur ?

« Je n’y ai pas encore pensé. On a travaillé sur beaucoup de choses cette semaine, mais pas sur les penalty. Nous avons essayé de donner à Sergio et Maitland une connaissance un peu plus tactique de l’équipe. Et pas seulement à eux, mais aussi à ceux qui sont avec nous depuis longtemps, depuis six mois et qui ne sont pas encore proches de la perfection d’un point de vue tactique. Concernant la première question, permettez moi de dire que je ne pensais pas qu’il serait possible de prendre Sergio avec la formule de prêt.
Sergio est un joueur différent, c’est un joueur avec un caractère dont on a besoin, avec la personnalité, l’expérience, le savoir-faire dont on a besoin. Il s’est entraîné dans un club avec une mentalité que je connais très très bien et j’ai tout de suite pensé que du point de vue de la personnalité, de son comportement sur le terrain, c’était un joueur important pour nous. Ensuite, c’est un joueur multifonctionnel, c’est un joueur qui peut tirer de l’extérieur de la surface, qui a de l’expérience, qui améliore notre équipe ».

« Ce mercato a été positif pour nous : on a pris deux joueurs tôt, le mercato fermant le 31 janvier, et le mérite en revient à Pinto. On a pris deux joueurs qui améliorent beaucoup nos options. Jusqu’à présent, nous avons joué pendant sept mois avec un arrière droit. Bien sûr, chaque fois que Karsdorp avait un problème, c’était une tragédie pour nous. Maintenant, avec Maitland, Karsdorp n’a pas joué contre la Juve et ce n’était pas un problème pour nous. Maitland peut aussi jouer arrière gauche, il peut aussi nous aider dans la défense à trois. Et Sergio dans tous les systèmes tactiques, à tous les postes de milieu de terrain. Il peut tout faire sauf jouer seul devant la ligne défensive. Mais à part ça, il peut tout faire. Pour notre profil d’équipe, il est important d’améliorer les options petit à petit. Et ces deux joueurs nous donnent plus d’équilibre ».

Concernant El Shaarawy ?

« L’avantage d’avoir la conférence de presse à 14 heures et que je ne peux pas donner une réponse que j’aurais donnée à 19 heures. El Shaarawy ne s’est jamais entraîné avec nous une seule fois. Voyons s’il s’entraîne aujourd’hui. Si c’est le cas, il ira sur le banc ».

Qui sont les indisponibles ?

« Je ne peux pas le dire. Je peux vous dire qu’en plus de ceux qui sont suspendus, El Shaarawy, Smalling et Karsdorp ne se sont pas entraînés avec l’équipe. Nous verrons leur condition aujourd’hui ».

Veretout semble connaître une phase compliquée. Ça dépend de quoi ?

« Veretout est important pour nous, car c’est un joueur de qualité. Mais je suis d’accord avec vous que lors des derniers matchs, il n’a pas été au mieux par rapport à son potentiel. Mais c’est toujours un joueur important pour nous ».

Avec ces deux greffes, l’effectif est-il complet ou manque-t-il encore quelque chose ? Le mercato de la Roma est-il terminé ? 

« Je suis content, car je connais le profil de mercato que nous pouvons faire. Je reconnais et remercie les efforts du club et le travail acharné du DS pour améliorer l’équipe. Et parce que je suis une personne intelligente et équilibrée, je pense que nous avons fait un bon mercato par rapport à qui nous sommes. Trouver deux joueurs en prêt en janvier, deux joueurs prêts à jouer est une bonne chose. Nous avons trouvé deux options qui améliorent le profil de l’équipeSergio peut jouer dans les trois positions au milieu de terrain, Maitland peut jouer l’arrière des deux côtés et un ailier dans le système à trois. Si nous pensons au temps de jeu de Calafiori, Mayoral et Villar depuis le début de saison, nous pensons que Sergio et Maitland est une amélioration pour nous. »

« Est-ce que j’attends un troisième joueur ? Non, je ne m’y attends pas. Je pense que nous avons fait ce que nous pouvions faire. Et le DS l’a fait rapidement, dès que cela a été possible. Je suis satisfait de la façon dont ça s’est passé » ».


Quand est prévu le retour de Spinazzola ? Dans la phase de non-possession, très souvent je vois que les deux de devants sont très attirés par le ballon. Je pense au but de Dybala. C’est un défaut que je remarque souvent chez Cristante ?

« Je demande exactement le contraire de ce qu’ils ont fait. Lorsque je joue à deux devant, je demande toujours une pression des côtés du ballon et une couverture diagonale du deuxième milieu de terrain. Même lorsque nous essayons de presser haut, comme nous l’avons fait contre la Juve, c’est une chose de presser haut et une autre lorsque le bloc s’abaisse ».

Lorsque vous pressez haut, vous pouvez avoir plus de références individuelles, lorsque le bloc s’abaisse, c’est un travail de zone. Presser du côté du ballon, et le deuxième milieu de terrain doit fermer la diagonale. Le but de Dybala était la deuxième fois que cela se produisait dans ce match, car la Juve n’a tiré au but qu’une seule fois en première mi-temps et a marqué. Et l’autre demi-occasion qu’ils ont eu avant le but, était une photocopie de la situation du but de Dybala. Le milieu droit presse du côté du ballon, le second est attiré par l’adversaire et ne couvre pas à l’intérieur. Ce que nous avons fait est le contraire de ce sur quoi nous travaillons. Il peut arriver aux joueurs de faire des erreurs ».

« Sur Spinazzola, j’aimerais avant tout savoir qui est le phénomène qui a dit en août qu’il reviendrait dans l’équipe en novembre. Est-ce un fou qui l’a écrit ou un fou qui a décidé de dire à quelqu’un de le faire écrire après cette blessure ».

C’est lui qui l’a déclaré dans une interview.

« Alors, lui aussi est fou. Ultra optimiste, informé par quelqu’un qui a peut-être voulu le motiver mais je l’ai mal motivé. C’est une blessure très difficile, impossible à récupérer pour novembre. Nous devons être tranquille. Dès le premier jour, je pensais que je n’aurais pas Spinazzola cette saison. Nous finirons de jouer en mai, et à chaque instant où il arrivera, je serai heureux « Sur Spinazzola, j’aimerais avant tout savoir qui est le phénomène qui a dit en août qu’il reviendrait dans l’équipe en novembre. Est-ce un fou qui l’a écrit ou un fou qui a décidé de dire à quelqu’un de le faire écrire après cette blessure ».

Comment l’équipe a-t-elle pris vos paroles après Roma-Juventus ? 

« Je pense bien. Dans le sens où ce n’est pas facile de ne pas entendre ou de ne pas lire, mais pour des gens bien, qui veulent s’améliorer, des gens qui font confiance en mon expérience, je vois toujours ces gens très ouverts, très positifs quand on se parle. Parce que toutes les choses que je dis à la presse, je leur dis mais bien évidemment en approfondissant plus la question. Et c’est ce que nous avons fait.
Ils veulent s’améliorer : ils ne sont pas susceptibles, ils ne sont pas mécontents des critiques. Pour cette raison, même dans les moments les plus difficiles, je dis que j’aime travailler avec ces personnes. Les joueurs sont ouverts. La situation psychologique était évidente pour tout le monde. Cependant, pour donner un exemple de notre type de profil, dans cette période où nous avons encaissé les trois buts, nous n’avons fait qu’une seule faute. Si j’avais été sur le terrain, j’en aurais fait quatre à moi tout seul. Nous sommes un peu naïfs dans ce sens aussi. Hier encore, Sergio en savait long sur nous mais quand on n’est pas à l’intérieur, il ne comprend pas grand chose. Il a dit qu’il y avait beaucoup de joueurs ici, et que même les plus expérimentés n’avaient pas plus de 30 ans. Petit à petit… Patience ».

Le résultat détruit 70 minutes bien jouées. Quel était le focus de la semaine ? Oliveira vous rappelle-t-il des joueurs que vous avez déjà entraînés ? Et quelles seront vos indications pour lui ?

« Vous avez bien dit, le résultat terni 70′ de bon match. Ça les frustre à l’extérieur, pas à l’intérieur. Ca les frustre pour les fans, pour vous, pas pour nous qui travaillons à l’intérieur, pas pour nous qui avons travaillé si dur pour ce match-là. Non, on ne peut pas oublier ces 70 minutes. Nous devons les prendre et analyser ce que nous avons fait de bien. En effet, dans la rencontre d’analyse après Roma-Juve, pendant 35 des 45 minutes on a analysé les fantastiques 70 minutes bien plus que la catastrophe en 10 minutes ».

« Nous avons fait tant de bonnes choses que nous ne pouvons pas les oublier. Vous oui, les fans oui. Le résultat est la chose la plus importante et la douleur ressentie est pour le résultat. Mais pendant soixante-dix minutes on a bien fait beaucoup de choses : la gestion du ballon, le pressing, l’attitude, l’entrée en seconde mi-temps après le 1-1 et la même attitude après le 2-1. On a bien fait beaucoup de choses : la construction, la pression… A chaque fois que l’équipe s’est trompée, on l’a analysée ».

« Concernant Cagliari, je connais Walter (Mazzarri, ndlr) comme il me connaît. Nous savons que c’est une équipe compétitive, qui vient pour prendre un point. Mais parfois, quand vous cherchez à prendre un point, vous en obtenez trois. Nous savons que ce ne sera pas facile. Mais nous nous sommes préparés pour une équipe qui, nous l’espérons, jouera comme ça. S’ils ont besoin de points pour atteindre leur but, nous avons aussi besoin d’eux. Avec ou sans public, 3-0, 2-0, 1-0 à la dernière minute, nous sommes prêts à les prendre ».


Source
asroma.com/it/

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.