A la Une

Mourinho : « Satisfait du résultat, mais je n’ai pas aimé le jeu proposé » AS Roma 5 – 1 CSKA Sofia

José Mourinho s’est exprimé après la victoire 5 – 1 face au CSKA Sofia ce jeudi 16 septembre 2021. Match comptant pour la 1ère journée de phase de groupe de la Conference League. Un sixième succès en six matchs pour les Giallorossi.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

Beaucoup de bonnes nouvelles dans ce match : sept nouveaux titulaires par rapport à Sassuolo et immédiatement une réponse importante. Cela signifie-t-il que tout le monde se sent impliqué dans le projet ?

« Nous n’avons pas bien joué. Nous sommes impliqués, le groupe est très fort. Une équipe est vraiment en train de se créer. Nous en avons déjà parlé : si nous sommes une équipe maintenant que nous gagnons, alors nous devrons l’être davantage lors d’une défaite. À ce moment-là, il sera encore plus important d’être une équipe. Mais nous n’avons pas bien joué ce soir ».

Pas satisfait du résultat ? Qu’est-ce que vous n’avez pas aimé ?

« Satisfait du résultat, oui, mais je n’ai pas aimé la qualité de jeu. Nous n’avions pas le ballon comme nous nous sommes entraînés à le faire ces deux derniers jours. Le milieu de terrain avait peu d’intensité, les deux arrières latéraux n’ont pas poussé assez fort et nous avons perdu beaucoup de duels défensifs. »

« Shomurodov et Pellegrini ont travaillé dur, essayant de presser haut, avec une très bonne dynamique. Je ne peux pas dire que nous avons mal joué, mais nous ne méritions pas de gagner 5-1. Pour eux, c’est un résultat lourd : gagner oui, parce que nous sommes plus une équipe, nous avons plus de qualité, mais je n’ai pas aimé ».

Pellegrini a fait un saut de qualité sensationnel : est-ce grâce à vous ?

« Nous grandissons tous ensemble, je grandis avec eux aussi. C’est quelque chose qu’il faut lui demander, mais c’est un footballeur de grande qualité, avec un grand potentiel. Je ne veux pas en dire beaucoup plus. Hier, il m’a dit qu’il signerait son contrat dans les prochains jours : cela aussi, de manière définitive, peut donner plus de force à sa relation avec les fans. C’est un joueur avec de grandes qualités, il est capitaine et maintenant il signe un nouveau contrat. Cela crée de l’empathie, le lie aux tifosi et c’est très important pour nous ».

Ne pensiez-vous pas qu’en changeant, vous pourriez avoir une moins bonne qualité que dans les matchs précédents ? Et à l’avenir, pourrait-on voir Ibanez latéral, si nécessaire ?

« Les cinq changements me donnent, en tant qu’entraîneur, une façon différente de gérer les matchs. Notre banc d’aujourd’hui était un super banc, ce qui m’aurait permis de faire quelque chose même si nous avions atteint la mi-temps avec un résultat négatif. Pratiquement toutes les options offensives étaient là. Cela m’a donné la tranquillité d’esprit de laisser les autres jouer.
J’ai déjà dit que la différence fondamentale entre nous et les autres équipes de haut niveau est exactement le nombre d’options que les autres ont pour tous les postes et que nous n’avons pas pour le moment. C’est une réalité. Les gars doivent grandir, ils doivent avoir le temps de passer de jeunes joueurs à joueurs de compétition. Nous avons terminé le match avec quatre défenseurs centraux. Cela ne se fait jamais ».

Faut-il gérer cet enthousiasme ?

« Bien sûr. L’autre jour, je plaisantais avec mon staff et je leur disais que nous sommes le genre d’équipe qui doit chaque jour se rendre à Saint-Pierre pour prier pour ne pas se blesser. Nous sommes une équipe avec des limites : la saison est un marathon et nous devons gérer ces émotions. Je ne cesse de répéter un concept : j’ai dit que cinq victoires ne font pas cinquante et aujourd’hui je dis que six ne font pas soixante, et si la septième arrivait, ils n’auraient pas soixante-dix. Nous devons faire les choses calmement. Nous sommes très, très heureux de ce que nous sommes en train de construire : d’abord une âme.
En même temps, l’équipe doit s’améliorer tactiquement. Mais nous devons être calmes. L’empathie entre l’équipe et les tifosi est très positive pour nous. Mais quand l’obscurité viendra, parce qu’elle viendra, ce sera à ce moment-là qu’on devra être encore plus une équipe, plus qu’un club. En ce moment je suis très content de ce qu’on fait, de la réponse du groupe, même si on n’a pas très bien joué. Les joueurs avaient un approche positive, ils voulaient bien faire et finir premiers. ce groupe est possible. A 12 points je pense que l’histoire se termine : il en reste 9 ».

À Tottenham, vous disiez que les garçons gentils gagnent pas. Et à la Roma aujourd’hui, on ne voit plus les gentils garçons.

« Non, mais nous devons avoir un esprit de compétition, un esprit différent. L’autre jour, à l’entraînement, j’ai dit qu’il restait une minute pour finir le match, puis 45 secondes, puis 30… Et un joueur qui gagnait par un but est sorti du terrain pour prendre le ballon et le remettre sur le terrain . Je lui ai demandé ‘qu’est-ce que tu fais ?’ et il m’a dit qu’il voulait s’amuser. Je lui ai dit que s’amuser, c’est gagner. Ce genre de message doit passer et c’est surtout important pour les plus jeunes, qui doivent apprendre ma philosophie. Peut-être que je me trompe, mais s’amuser, c’est gagner ».

Source
asroma.com

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.