Suivez-nous :


Actualité

Spalletti revient sur ses deux passages à Rome

©Sync

L’ex-entraineur giallorosso Luciano Spalletti (2005-2009, 2016-2017), est revenu sur ses expériences romaines auprès de Sky Sport et sur sa relation compliquée avec Francesco Totti.

Que pensez-vous du football italien?

“Il est clair que la solution qui sera adoptée pour terminer le championnat fera des heureux et des mécontents. Quand on est obligé de changer les choses en cours, il n’y a pas de solution pour tout le monde. Je crois que nous devrons recommencer à penser avant tout en mettant la main sur notre cœur. Les gens veulent voir le football, je serais heureux de voir notre championnat redémarrer. Cela devra être fait pour les gens, pour tout ce qu’ils ont souffert pendant cette période, sachant que le football est l’un des outils les plus puissants pour revenir à la normale. Dans les limites de la sécurité, il faut aussi y penser.”

Ndlr : On lui transmet une déclaration de Walter Sabatini.

Spalletti / sabatini
Spalletti / Sabatini

Sabatini : “Spalletti est un génie. Les choses qu’il a faites dans le football, 130 points pour la Roma, puis aussi pour l’Inter. Il y a toujours une parcelle de folie dans le génie. Maintenant, il est parti en retrait dans sa campagne en Toscane et sera hanté par ses souvenirs dans le football. Je lui souhaite de revenir bientôt pour trouver une solution. Il a transformé Nainggolan, le rapprochant du but de 30 mètres plus loin. Il a pu jouer dans l’équipe adverse dans son ensemble. Un génie. Il a tout de suite compris Emerson Palmieri, il l’a fait jouer immédiatement “.
Spalletti répond: “Je l’ai défendu. C’est un vrai génie, un grand professionnel, c’est un grand ami. Au début on se sentait un peu comme des animaux errants, on essayait de comprendre qui était devant nous. Puis ce fut une amitié totale, faite de professionnalisme et d’estime. Chacun de nous savait que nous avions encore un malade du football devant nous. Nous avons passé des nuits entières à parler du football et des joueurs de football. Si Marzullo avait pensé à nous, nous lui aurions consacré des nuits d’émissions.”

Vous réalisez un record de points pour la Roma puis vous êtes allé à l’Inter. Deux génies peuvent vivre ensemble…

“Il a une subtile ironie, il dit des choses avec une synthèse que lui seul peut faire. Si le football était un film, il en serait le réalisateur. Je me souviens que sur le marché d’hiver en 2015/16, sans argent, il a réussi à m’amener Perotti et El Shaarawy. Ce qui fut fondamental pour diriger et bien faire dans ce qui suivit. Il avait du respect pour le mercato et une parfaite connaissance du marché.”

Vous avez demandé à Totti de faire le faux neuf et vous avez élevé Perrotta. Où voyez-vous ce que les autres ne voient pas ?

“En ce qui me concerne, j’essaie toujours de faire des joueurs des protagonistes. Nous allons défendre ce qui concerne le club, mais ce sont eux les protagonistes absolus. Nous allons leur parler, nous allons entendre ce qu’ils disent, parce qu’ils parlent correctement. Désormais, ils sont tous dans leur réalité et veulent bien faire et créer une marque dans l’histoire du football. J’ai essayé de voir quelles étaient leurs capacités. Perrotta a commencé au milieu, je l’ai vu au Chievo qu’il savait comment s’intégrer. Cela ressemble un peu à Vecino, qui a cependant besoin d’un espace défini et ne changera probablement pas d’avis car il a l’empattement long. Perrotta a su combiner d’autres situations avec le choix fait au départ. Les deux savent bien finaliser les actions. Nainggolan également. Pour ce faire, vous avez besoin de l’espace à l’intérieur de la surface de réparation à utiliser, avec le faux neuf devant. Le faux neuf c’était Totti, qui ne se laissé jamais prendre par les défenseurs adverses. Il est allé se mettre là où ce n’était pas faisable et les espaces sont venus se remplir par lui. Ils écoutent leur comportement à l’entraînement.”

Vous avez changé la Roma. Face à Lyon, à Madrid et ainsi de suite. Comment est née votre première Roma ?

“C’était une équipe embrassée par le soleil de Rome. Faite de joueurs qui se passaient le ballon sans jamais mettre leurs partenaires en difficulté. “La façon dont je dois vous le donner, c’est comment j’aimerais le recevoir.” Ce sont les nombreuses étapes faciles qui réussissent qui font la différence pour bien jouer ainsi que cette équipe le faisait.”

Ndlr – On lui transmet une question de David Pizarro : Aimerais-tu entraîner un jour la Fiorentina?

david pizarro
david pizarro

“Lui, c’était un footballeur qui m’a donné un atout fondamentale. Pizarro est toujours connecté. C’est le joueur qui maintient l’équipe connectée en permanence. Je l’ai rencontré la première fois lorsque Pozzo m’a amené à Udine. Il m’a emmené dans la salle de l’équipe, il était sur la table de massage. Il avança d’un mètre sur le lit. Lors du premier match qu’il a fait c’était incroyable, il a touché deux mille balles, il semblait y avoir toujours joué. Il savait respecter la façon dont il jouait. Il a également joué des matchs de haut niveau à Rome. Il est similaire à Brozovic, il veut toucher tous les ballons. Parfois, ce n’est pas possible, surtout à ce niveau. Alors ils font ces 50 mètres pour pouvoir le retoucher puis ensuite y disperser leur fraîcheur. Il est un élément exceptionnel dans les vestiaires, il est un ami unique pour tous ses compagnons. Il chante très bien, quand je suis arrivé en Serie A, nous sommes allés participer à la pesée de l’équipe. Il y avait des amendes sur le kg supplémentaire, Pizarro était sujet à prendre du poids. Avant de monter sur la balance, il cherchait toujours le consentement de ses compagnons. Pour l’y faire monter, il a fallu une heure. Si ça se passait bien, il chantait en rejoignant son casier et prenait des douceurs à la crème pour les manger devant moi.”

La Roma 2016/17 était-elle l’équipe la plus complète de votre carrière?

“Oui, c’était une formation très forte. Elle avait cette qualité de bien passer le ballon. Il y avait des joueurs fantaisistes, des champions. Salah, Nainggolan, Strootman … Ce n’est pas facile de retrouver tous ces champions ensemble, ainsi que Manolas, Rudiger puis Dzeko en attaque. Avec lui, vous pouvez jouer à n’importe quel type de football. Avec lui, il était difficile de comprendre la forme qui le faisait le mieux s’exprimer. Il montre qu’il peut marquer 30 buts, tout en en faisant marquer 30 autres à ses coéquipiers. C’est vraiment un footballeur total, il sait marquer des buts, attaquer la zone, être regista, garder le ballon et aller en profondeur. Il est vraiment complet, ce qui correspond toujours avec n’importe quel football. Habituellement, j’ai une bonne relation avec tous les joueurs que j’ai entraînés, parce que j’y ai passé de nombreuses années, peut-être qu’il était parfois satisfait des bons matchs qu’il a faits. Une fois qu’il avait marqué deux buts, j’essayai de le stimuler lors de la prochaine rencontre en début de semaine. Si vous faites bien, c’est dit, si vous jouez mal, vous êtes silencieux et sans taquiner. Je suis allé l’attaquer un peu et il a répondu sérieusement, car il avait un grand caractère. À certains moments, il était moins performant, peut-être était-il satisfait de deux buts lors du match précédent alors qu’il pouvait en faire deux de plus. “Hier, tu ressemblais à une bouteille d’eau minérale de deux litres”, lui ai-je dit, De Rossi lui a expliqué et il s’est raidi et m’a fait peur (rires, ndlr).”

Ndlr – On lui transmet une déclaration d’Alberto Aquilani : Te souviens-tu quand tu étais venu frappé à ma porte à une heure du matin, que voulais-tu ?

alberto aquilani
alberto aquilani

“J’ai passé 7 ans à Rome, j’ai passé beaucoup de temps dans les mêmes clubs. Cela vous permet d’avoir une confiance qui va au-delà du terrain. Une relation s’établit, pour mettre la main sur des choses profondes cela prend beaucoup de temps. J’avais confiance en lui, car il était un garçon et il était l’un des meilleurs de l’équipe. Ils ont la belle vie mais j’ai dit « prend garde que de temps en temps je vienne te voir”. Les joueurs nous disent ensuite ce qui se passe, alors je suis allé le voir, pour qu’il puisse aussi informer ses autres compagnons. Si vous voulez savoir qui je cherchais, c’était Sabatini, car il aurait pu être là aussi (ndlr: rires).”

Totti a dit qu’avec lui il y avait eu une phase 1 et une phase 2. Dans la seconde, la relation s’est rompue. Qu’est-il arrivé?

Spalletti / Totti
Spalletti / Totti

“Je pense que j’ai toujours été le même dans les deux phases. Il est clair que les deux ont demandé une attitude différente. Je pense que j’avais une bonne relation avec Francesco, alors, comme je l’ai déjà dit, les résultats de l’équipe comptent pour moi. Je dois passer par là, il y a le sentiment à venir, et je dois trouver ce qui me fait avoir un classement important. La Roma méritait toujours d’être en Ligue des champions. Il s’est passé des choses qui ont déterminé mon comportement, mais qui ont toujours mis en avant le bien de l’équipe. Je souhaite à Totti de faire une belle carrière de manager, car il me semble avoir lu qu’il a commencé à agir en tant qu’agent. Je le rencontrerai certainement parce que c’est notre travail.”

D’où vient l’expression “hommes forts destins forts, hommes faibles destins faibles” ?

“Il a vraiment eu une réponse particulière, maintenant nous allons essayer de le mettre en valeur car il mérite un cadre. J’ai été heureux de voir un médecin dans un hôpital, vêtu d’une combinaison étanche, qui s’est écrit derrière cette phrase. Cela m’a rempli de fierté et de plaisir. C’est une phrase qui est recherchée, qui donne immédiatement l’idée à l’auditeur. À mon avis, cela va de soi. C’est venu comme beaucoup d’autres phrases que nous, les entraîneurs, avons mises devant les joueurs.”

Pouvez-vous nous raconter une autre anecdote de votre carrière?

“Nous en échangeons de toutes sortes de façons lorsque nous parlons avec d’autres entraîneurs. Nous mettons souvent en place des règles dans les vestiaires, mais il y a toujours des failles. Nous avons dit que nous ne pouvions pas utiliser le téléphone dans les vestiaires. À ce jour, il est utilisé, mais une fois, il a été tenté de l’éviter. Il y avait une amende à la fois si le téléphone sonnait et si l’un répondait. Il s’agissait de deux amendes différentes. J’étais là devant lui et je l’ai vu, il a sorti son portefeuille, pris le montant et m’a donné l’argent, puis a répondu: “Bonjour mon amour, allons-nous dîner ensemble ce soir?”. Je ne pensais pas que quiconque se permettrait de répondre devant moi, mais il l’a fait et j’ai été stupéfait. Mieux vaut ne pas dire quel joueur c’était, mais il était brillant.”






La Gazetta

Recevez chaque semaine par mail l'actualité de l'AS Roma en Français, le programme des matchs et des lives....

Prochains matchs / Live

26/11/20 à 21h00 : Europa League – J04
⚽ CFR Cluj / AS Roma

26/11/20 dès 23h00 ▶ Live Youtube
🎙 “Le débrief avec Rabal”

29/11/20 à 20h45 : série A – J09
⚽ Napoli / AS Roma

30/11/20 dès 21h00 ▶ Live Instagram
🎙 “La libre Antenne 100% AS Roma”

Articles récents

Articles les plus lus

J4-fonseca J4-fonseca

Fonseca : “Possible défense à 4, Calafiori titulaire, Dzeko jouera quelques minutes”

AS ROMA équipe 1

251120-squad 251120-squad

Cluj / Roma squad list : Calafiori de retour, Smalling, Ibanez, Kumbulla, Mancini, fazio OUT – UEL J04

AS ROMA équipe 1

251120-juanjesus 251120-juanjesus

Juan Jesus seul défenseur central disponible pour CLUJ ?

Actualité

251120 251120

Tommaso Milanese jusqu’en 2024. La Roma continue de prolonger ses jeunes.

Actualité du club

Connect
La Gazetta

Recevez chaque semaine par mail l'actualité de l'AS Roma en Français, le programme des matchs et des lives....