A la Une

Mourinho : « Bruno Peres et Juan jesus auraient été utiles aujourd’hui » Venezia / Roma

José Mourinho s’est exprimé après la défaite 2-3 sur le terrain de Venezia ce dimanche 07 novembre 2021.

Traduction française AmoRoma.fr – source : asroma.com

Roma a beaucoup tiré, plus que Venise. Manque t-il l’agressivité que vous demandez ?

« Il est difficile de parler de méchanceté. Une partie importante de l’histoire du match est notre jeu offensif : ce sont les nombreuses opportunités que nous avons créées, ce sont ce que j’appelle des demi-opportunités, c’est-à-dire quand vous arrivez dans une position super dangereuse et que vous êtes incapable de faire la dernière passe et donc le but. Nous avons eu énormément de facilité pour accéder à la position de centre : Karsdorp y est parvenu une vingtaine de fois et El Shaarawy la même chose. Après, on a eu un jeu intérieur : deux attaquants avec une bonne mobilité, deux joueurs offensifs comme Pellegrini et Veretout proches d’eux. Une partie de l’histoire du match est notre jeu offensif. Il est difficile d’expliquer comment, avec autant de jeu offensif, nous n’avons réussi à marquer que deux buts.

La deuxième partie de l’histoire – c’est une histoire plus petite – sont les deuxièmes et troisième buts encaissés, car le premier but a été marqué sur un ballon inactif. Hier encore, nous nous sommes entraînés sur cette situation et nous avons fait une erreur. Le troisième objectif est une interprétation négative d’un éventuel hors-jeu et nous n’avons pas pu trouver de solution. Ensuite, il y a une petite histoire, mais qui à mon avis devient un moment important du match : c’est le deuxième but de Venise… Je dois me protéger, et donc je dois rester avec mes sentiments, c’est pour ça que je ne veux pas m’exprimer sur ce qui s’est passé ».

Je suppose que vous faite référence aux événements d’arbitrage.

« Le deuxième but ? On peut aussi parler des joueurs qui ont dû écoper du carton jaune pour des fautes tactiques, mais ce sont des petits détails. Bien sûr, je peux aussi dire que oui, nous avons eu de nombreuses occasions de porter le score à 3-1 et la plus évidente est celle d’El Shaarawy. Mais la réalité est que nous étions à 2-1, avec le match sous contrôle. Que s’est-il passé… Pour moi… Je ne veux rien dire de plusJe préfère dire seulement que c’était un moment très important du match, et c’est tout ».

Le club et les critiques sportifs se sont-ils trompés en pensant que c’était au moins une équipe de quatrième place, ou est-ce vous qui n’avez pas trouvé l’équilibre de l’équipe ?

« Vous avez vos opinions, j’ai les miennes ».

Giancarlo Marocchi (Sky Sport) : Pour moi, cette équipe est une équipe de sixième place. 

« Mon idée est qu’en tant qu’entraîneur, je dois mettre un peu d’ambition, un peu de motivation non seulement pour les joueurs, mais aussi pour moi-même. Et dire que la quatrième place serait l’objectif pour lequel il faut se battre ne veut pas dire que nous seront quatrièmes. Je n’ai jamais dit que nous étions une équipe de quatrième place, mais je dis et je continue de dire, et je dirai jusqu’au dernier match, tant que c’est mathématiquement possible, que la quatrième place est l’objectif pour lequel il faut se battre. Mais pour une raison quelconque, nous avons terminé sixième, septième au cours des deux dernières saisons et l’effort fourni par le club cet été, à mon avis et à notre avis en interne, a été un mercato réactif, dans le but de renforcer l’équipe.

Je ne pense pas que cette équipe soit meilleure que l’année dernière : nous avons perdu des joueurs expérimentés et des joueurs de l’équipe. Par exemple, aujourd’hui les deux arrières latéraux sur le banc étaient Tripi et Reynolds : le premier vient de la Primavera, le second a joué – je ne sais pas – deux, trois matches de Serie A. Aujourd’hui Bruno Peres et Jesus auraient été utile. Le mercato a été réactif et je suis absolument du côté de la Société et du directeur (Pinto, ndlr). Parce que le mercato a été réactif.

Quant au gardien, non, c’était un premier choix : j’ai fait une demandeSur l’arrière gauche – parce qu’on avait perdu Spinazzola – le mercato a été réactif, tout comme Tammy pour Dzeko. Tous les autres joueurs sont de l’année dernière. Je ne pense pas que ce soit la saison pour se donner des objectifs au classement. Pour moi, en tant qu’entraîneur avec trois ans à travailler ici, cela peut être une saison de douleur pour le cœur et l’âme, mais c’est une saison très, très importante pour comprendre quelque chose que je n’avais peut-être pas compris avant d’arriver. Mais en ce moment je comprends plus qu’il y a deux, trois mois.

Quant à donner ou ne pas donner d’équilibre à la Roma, les équipes sont construites sur un modèle de jeu, et le modèle de jeu, lorsque vous avez une équipe dans laquelle vous n’avez pas deux joueurs avec des potentiels similaires à chaque poste, même toi en tant que manager, tu deviens réactif. Au lieu d’être proactif et constructif, vous devenez réactif. Aujourd’hui par exemple, outre le fait qu’on a fait un grand match d’un point de vue offensif, suffisant pour gagner, on a eu du mal à construire l’équipe, même sur le banc : Karsdorp s’est blessé et a pris un carton jaune.

Regardez l’Inter : si Darmian prend un carton jaune et est en difficulté, Dumfries entre. Si à Milan Kjaer est blessé et écope d’un carton jaune, Romagnoli entre. Je peux donner mille exemples. Nous sommes une équipe qu’il faut construire. Cependant, notre motivation, tant que cela est mathématiquement possible, sera toujours de nous battre pour la quatrième place. La cible doit être mise au-delà de votre potentiel. Et pour les épisodes, peut-être qu’un jour je comprendrai. Parce qu’il y a des choses qui au fil des années, des choses cachées, que peut-être un jour je comprendrai ».

Oddi Stephane

▶ Consultant digital marketing freelance 📝 Créateur et rédacteur du blog AmoRoma.fr 📍 Rome depuis 2019 - Originaire d'Avignon (France)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.